Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

  • Christophe de Margerie : disparition d’un patron Total

    En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Confusion autour de la tenue du procès de Simone Gbagbo mercredi

    En savoir plus

  • Un présumé terroriste canadien abattu après avoir fauché deux militaires

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Ligue des Champions : à Nicosie, le PSG veut consolider sa première place

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

Asie - pacifique

Sherry Rehman, une parlementaire indépendante menacée par les islamistes

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 08/03/2011

Après les assassinats du gouverneur du Penjab et du ministre des Minorités, Sherry Rehman se sait menacée par ceux qui lui reprochent de vouloir amender la loi antiblasphème qui punit de mort quiconque insulte le prophète.

Les islamistes ont les yeux braqués sur elle. Sherry Rehman, 50 ans, parlementaire libérale du Pakistan Peoples Party (PPP), le parti au pouvoir, pourrait bien être la prochaine victime des extrémistes de Tehrik-e-Taliban, une mouvance islamiste au Pakistan. Et elle le sait.

Cette femme politique, qui milite pour une révision de la loi sur le blasphème, souhaite y supprimer la peine capitale – ajoutée en 1986 - prévue en cas d’offense au prophète Mahomet. Une hérésie en terre d’Islam que deux de ses confrères Salman Taseer, le gouverneur du Penjab, et Shahbaz Bhatti, ministre des Minorités, ont déjà payé de leur vie. Ils ont été respectivement assassinés le 4 janvier et le 2 mars dernier, à Islamabad, après avoir appelé à modifier cette loi qu’ils jugeaient "inique".

La députée ne compte pas se défiler même si elle apparaît désormais peu en public, pour des raisons de sécurité. "Pardon, peur de qui, où ? Je suis au Pakistan et j’y reste", a-t-elle affirmé dans une interview au Journal du Dimanche (JDD), le 7 mars. Selon le quotidien français, Sherry Rehman reçoit plus de 150 menaces de mort par courriel chaque jour. Ce n'est pas tout. En février dernier, un commerçant l’a même accusé d’impiété après que la député eut défendu l’amendement de la loi anti-blasphème dans un discours tenu en novembre 2010. Un tribunal a alors enregistré la plainte, mais n'a pas donné suite.

Le cas Asia Bibi a mis le feu aux poudres

Qu’à cela ne tienne, la député a maintenu la cap malgré les critiques qu'elle suscitait et les menaces qui la guettaient. "Les victimes de la loi sur le blasphème sont de plus en plus nombreuses, les histoires de plus en plus horribles. Comment voulez-vous les ignorer ?", se défend-t-elle dans des propos rapportés par le Guardian. "Il n’y aura jamais de bon moment pour s’y attaquer", rétorque-t-elle à ceux qui la jugent impétueuse et irréfléchie.

C’est vraisemblablement le cas d'Asia Bibi, cette chrétienne accusée de blasphème en novembre dernier, qui a mis le feu aux poudres et braqué les projecteurs sur Sherry Rehman, Salman Taseer et Shahbaz Bhatti. "Taseer était allé rencontrer Asia Bibi en prison, une véritable provocation pour les religieux, explique Mariam Abou Zahab spécialiste du Pakistan rattachée au Centre d’études et de recherche internationale (CERI), Bhatti l'a défendu en tant que ministre des Minorités où il était dans son rôle, et Rehman l’évoque longuement dans ses discours". Un parti pris qui peut coûter cher dans un pays "de plus en plus intolérant", souligne la spécialiste .

Poussée par son parti PPP, Sherry Rehman a finalement dû faire marche arrière. Elle a été contrainte de retirer son projet d’amendement le mois dernier. "Il faut savoir qu’au Pakistan, personne ne souhaite toucher à cette loi", explique la spécialiste, "une telle initiative relève du suicide politique".

Preuve s'il en est, les manifestations contre cette proposition d’amendement ont mobilisé plus de 40 000 personnes dimanche 9 janvier dernier à Karachi. "Touchez au prophète et vous avez des milliers de personnes dans la rue", note Mariam Abou Zahab.

Une femme "glamour"

Au-delà de cette affaire d'amendement, l’aplomb de Sherry Rehman n’est pas nouveau. Cette ancienne journaliste, rédactrice en chef du magazine pakistanais The Herald, a toujours fait valoir ses convictions, explique Karen Lajon, l’envoyée spéciale du JDD à Karachi. Formée à l’Université de Sussex, au sud de Londres, elle a étudié l’histoire, avant d'entamer une carrière parlementaire. Elle est devenue ministre de l’Information en 2008 avant de démissionner en 2009. Féministe, elle continue de défendre le droit des minorités, des femmes et la liberté d’expression. "C’est incontestablement une femme courageuse, occidentalisée et investie", confie Mariam Abou Zahab.

Peut-être même un peu provocatrice aux yeux d'une société conservatrice. En 2008, une vidéo qui montre la femme une cigarette à la main dans son bureau fit le tour du web et mit le Pakistan religieux dans tous ses états. Une attitude "glamour" selon les termes du Guardian qui n’est pas nouvelle. "Il est vrai que c’est une belle femme qui ne correspond pas vraiment à la société traditionaliste pakistanaise, elle peut donc être victime de certaines rumeurs", conclut la chercheuse du CERI. Désormais, il n'y a pas que des rumeurs dont elle pourrait être victime.

Première publication : 07/03/2011

  • PAKISTAN

    Le ministre Bhatti, nouvelle victime de la loi anti-blasphème

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)