Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

FRANCE

Les sondages se multiplient, Marine Le Pen reste en tête

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/03/2011

Selon un sondage publié mardi, la présidente du FN recueille 24 % des intentions de vote pour le 1er tour de la présidentielle de 2012, devançant DSK. Dans cette configuration, Nicolas Sarkozy serait éliminé dès le 1er tour.

AFP - Pour la première fois dans un sondage, Nicolas Sarkozy serait éliminé dès le 1er tour de la présidentielle où il serait devancé par Marine Le Pen (FN) en tête, et Dominique Strauss-Kahn, ce qui constituerait une réédition du 21 avril 2002, mais à l'envers.

Cette étude réalisée par Harris Interactive/Le Parisien à paraître mardi constitue le deuxième coup de tonnerre en l'espace de 48 heures, après celui samedi de l'arrivée en tête de la présidente du Front national au 1er tour, dans un sondage, de Harris Interactive/LeParisien, déjà.

Samedi, Marine Le Pen recueillait 23% des intentions de vote, devant Nicolas Sarkozy et Martine Aubry (PS), tous les deux à égalité avec 21%.

Cette fois, dans le cas d'une candidature PS de Dominique Strauss-Kahn, candidat non déclaré comme Mme Aubry, mais favori dans les sondages pour défendre les couleurs socialistes, c'est le président Nicolas Sarkozy, à son plus bas niveau de popularité depuis 2007, qui serait éliminé du second tour. Mme Le Pen progresserait d'un point à 24%, suivie de DSK à 23% et Nicolas Sarkozy à 21%.

En 2002, le président du FN, Jean-Marie Le Pen, avait été qualifié pour le second tour de la présidentielle face à Jacques Chirac. Lionel Jospin (PS), Premier ministre d'alors, avait été éliminé. Aucun sondage précédent le scrutin n'avait donné la qualification du président FN.

Jusqu'à présent, M. Sarkozy, qui ne dit rien de sa candidature mais dont personne ne doute dans son camp, est présenté comme le "meilleur".

Dans une interview ce week-end au Figaro, avant la publication du premier sondage, François Fillon a dit que le chef de l'Etat était "non seulement le seul, mais le meilleur candidat possible". "C’est lui qui rassemble le plus largement possible la majorité (...) Toute autre candidature serait une candidature de division qui ouvrirait un boulevard à la gauche", a ajouté le Premier ministre.

Lundi, M. Fillon a fait porter la responsabilité de la montée de Mme Le Pen dans les sondages à la gauche.

"L'opposition devait aussi s'interroger sur sa propre attitude et sa propre responsabilité dans cette situation", a-t-il dit, en dénonçant le fait que "depuis 4 ans, jour après jour, avec une violence extrême (...) le Parti socialiste dénigre le président en employant des formules dont les plus récentes sont absolument odieuses".

Après son sondage détonant de samedi, Harris Interactive avait décidé de lancer une nouvelle enquête, testant cette fois les candidatures DSK et Hollande pour le PS. Dans l'hypothèse d'une candidature de François Hollande, Mme Le Pen recueillerait également 24%, suivie alors de Nicolas Sarkozy (21%) et Hollande (20%).

En campagne à Lille pour les cantonales, Mme Aubry a accusé M. Sarkozy de "nourrir" la montée du FN. "Mais qui nourrit le front national ? Ceux qui passent leur temps à parler de la peur de ceux qui sont différents (...) Qui aujourd'hui, fait que des hommes et des femmes se sentent humiliés, abandonnés, oubliés, si ce n'est la politique de Nicolas Sarkozy", a-t-elle lancé.

Le député strauss-kahnien, Jean-Christophe Cambadélis, a "appelé la gauche à la responsabilité", en constatant "la poussée lepéniste". Pour lui, la France est "troublée, inquiète et mécontente" et "le bilan de Nicolas Sarkozy est un désastre".

Qualifiant "d'un peu bizarre" le nouveau sondage, après "le fracas médiatique" du précédent, Stéphane Le Foll, proche de M. Hollande, a estimé que face à la montée du FN, le PS "devait définir sa ligne et son projet" et poser la question du "rassemblement de la gauche".

Il a jugé que les cantonales des 20 et 27 mars constitueraient "un test électoral" permettant de mesurer la situation.

 

 

Première publication : 08/03/2011

  • FRANCE

    Un sondage donne Marine Le Pen en tête du premier tour de la présidentielle

    En savoir plus

  • FRANCE

    Marine Le Pen remplace officiellement son père à la tête du Front national

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)