Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

#ActuElles

En finir avec les violences faites aux femmes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le président Ouattara exige des militaires un retour au calme

En savoir plus

Afrique

Cinq personnes tuées dans l'explosion d'une bombe artisanale

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/03/2011

Cinq personnes ont été tuées par une bombe artisanale qui a explosé au passage de leur véhicule dans la région de Djelfa, à 270 km au sud d'Alger. Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier intervenu dans le pays depuis cinq mois.

AFP - Cinq personnes, dont trois membres d'une même famille, ont été tuées mardi par l'explosion d'une bombe artisanale au passage de leur véhicule, dans la région de Djelfa (270 km au sud d'Alger), a rapporté mercredi la presse algérienne.

L'explosion s'est produite au passage du véhicule qui transportait les cinq personnes sur une route de campagne à Selmana, près de Djelfa.

Cet attentat, non revendiqué, est le plus meurtrier en Algérie depuis plus de cinq mois.

La dernière action d'envergure attribuée aux groupes islamistes armés en Algérie remonte à octobre 2010, quand cinq soldats avaient été tués pendant une opération de ratissage d'un maquis islamiste en Kabylie (est).

Un chef local d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, Mourad Bouher alias Abou Tourab, a par ailleurs été tué lundi soir par l'armée algérienne à Bordj Menaïel, selon plusieurs journaux.

Les violences impliquant des islamistes armés ont endeuillé l'Algérie pendant deux décennies mais ont considérablement baissé d'intensité ces cinq dernières années. Elles persistent toutefois dans les régions de Boumerdès et Tizi Ouzou, en Kabylie, dans l'est du pays, et sont attribuées à des groupes se réclamant d'Aqmi.

Première publication : 09/03/2011

  • FRANCE

    Les trois ex-otages d'Aqmi reçus à l'Élysée

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Le gouvernement désormais confronté à la grogne des gardes communaux

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)