Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les jihadistes consolident leurs positions en Irak et en Syrie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Athènes menace de ne pas rembourser le FMI en juin

En savoir plus

Afrique

Mohamed el-Baradei compte se présenter à l'élection présidentielle

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/03/2011

Mohamed el-Baradei, ancien directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a déclaré au cours d'un entretien télévisé qu'il serait candidat à l'élection présidentielle égyptienne dans les mois qui viennent.

REUTERS - Mohamed ElBaradeï a annoncé mercredi soir à une télévision privée qu'il a l'intention de se présenter comme candidat à l'élection présidentielle en Egypte qui doit avoir lieu cette année.


C'est la première fois qu'ElBaradeï, 68 ans, lauréat du prix Nobel de la paix en 2005, fait publiquement état de son ambition présidentielle.

"Quand débutera la période d'inscription des candidatures à la présidentielle, je compte me présenter", a déclaré l'ancien directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA)à la chaîne ONTV.

Présent lors des manifestations qui ont conduit à la chute d'Hosni Moubarak, ElBaradeï a indiqué qu'il ne votera pas pour les réformes constitutionnelles qui doivent être soumises à référendum le 19 mars.

"Je ne voterai pas pour ces amendements constitutionnels, je voterai contre ces amendements", a-t-il dit. "L'actuelle Constitution s'est effondrée. Ce serait une insulte à la révolution si nous essayions de réparer cette Constitution", a-t-il expliqué.

ElBaradeï a souhaité que la transition s'effectue dans l'ordre suivant, une nouvelle Constitution, l'élection présidentielle et des élections parlementaires.

"Nous allons dans la mauvaise direction. Je demande au conseil militaire de reporter ou d'annuler le référendum", a-t-il encore dit.

Un Conseil suprême des forces armées assure le pouvoir intérimaire en Egypte depuis le départ de Moubarak. Les militaires ont promis de remettre les rênes aux civils après la tenue de législatives et d'une présidentielle dans un délai de six mois.

Plusieurs voix se sont fait entendre pour contester l'ordre des scrutins, faisant valoir qu'il ne laisse pas suffisamment de temps aux partis politiques placés sous l'éteignoir pendant des décennies pour organiser une campagne législative.

ElBaradeï a estimé que si la réforme constitutionnelle est adoptée et que le parlement est choisi avant le président, cela servira uniquement les intérêts du Parti national démocratique qui soutenait Moubarak et des Frères musulmans, principale formation de l'opposition.


 

Première publication : 09/03/2011

  • ÉGYPTE

    Hosni Moubarak privé de ses avoirs et interdit de sortie du territoire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)