Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Gaza au bord de l'asphyxie, selon la Banque mondiale

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Quelle stratégie face à l'organisation de l'Etat islamique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La prise de Ramadi : la faute aux Américains ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : pourquoi la coalition échoue-t-elle ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'Etat Islamique : pourquoi la coalition échoue-t-elle ? (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : la Belgique arrêtera son aide directe en cas de 3è mandat de Pierre Nkurunziza

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Une histoire de fou" : la mémoire du génocide arménien au cinéma

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Palmyre en danger

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : David Letterman fait ses adieux au "Late Show"

En savoir plus

Afrique

Le roi Mohammed VI annonce une réforme constitutionnelle

Vidéo par Mounia Ben Aïssa

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/03/2011

Dans un discours à la nation, le roi Mohammed VI s'est prononcé en faveur d'une réforme constitutionnelle susceptible de répondre aux attentes des Marocains en matière de pluralisme et de libertés.

AFP - Le roi Mohammed VI du Maroc a annoncé une importante "réforme constitutionnelle globale", prévoyant notamment "l'élargissement des libertés individuelles et collectives", dans un discours à la nation mercredi soir.

"Nous avons décidé d'entreprendre une réforme constitutionnelle globale", a déclaré le souverain, soulignant son "engagement ferme de donner une forte impulsion à la dynamique réformatrice profonde (...) en cours".

Cette prochaine réforme constitutionnelle sera soumise à "un référendum populaire" dont la date n'a pas été fixée par le souverain.

Dans son discours, Mohammed VI a énuméré sept fondements de ses réformes démocratiques, dont la reconnaissance constitutionnelle pour la première fois de la composante berbère "amazigh" le "renforcement du statut du Premier ministre, et "la volonté d'ériger la justice en pouvoir indépendant".

Le Premier ministre sera nommé, selon la prochaine constitution, au sein du "parti politique arrivé en tête des élections" de la première Chambre du parlement marocain" et non plus désigné par le souverain, précise le discours royal.

"En tant que chef d'un pouvoir exécutif effectif", ce Premier ministre sera "pleinement responsable du gouvernement, de l'administration publique (...) et de la mise en oeuvre du programme gouvernemental", selon le souverain.

"La consolidation de l'Etat de droit (...), l'élargissement du champ des libertés individuelles et collectives (...) ainsi que le renforcement du système des droits de l'homme dans toutes leurs dimensions" figureront dans la prochaine réforme constitutionnelle, a précisé le roi du Maroc.

Ce dernier a en outre "décidé d'inscrire", dans le cadre d'une "réforme constitutionnelle globale", le processus de régionalisation dans le royaume, "avec en tête les provinces du Sahara marocain" (ndlr: Sahara occidental).

Le roi a également annoncé la prochaine formation d'une commission ad hoc pour la "révision de la constitution", dont la présidence sera confiée au constitutionnaliste marocain Abdeltif Menouni.

Depuis la promulgation de la première constitution marocaine en 1962, celle-ci a été plusieurs fois révisée, la dernière en date étant en 1996.

Ce dernier présentera au roi, d'ici juin, les propositions de réforme de la constitution, a précisé le souverain.

Ce discours à la nation est le premier après les manifestations du 20 février à l'appel de plusieurs jeunes, via Facebook, réclamant des "réformes politiques profondes".

Première publication : 09/03/2011

  • MAROC

    Une jeune mère célibataire s'immole par le feu

    En savoir plus

  • MAROC

    Cinq personnes décédées en marge des manifestations dans la ville d'Al-Hoceima

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)