Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

Economie

Que fait le Web pour le PIB ?

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 09/03/2011

Un rapport publié par le cabinet de conseil américain McKinsey évalue, pour la première fois, l’impact de la filière Internet sur l’économie française. 3,2% du PIB français seraient à mettre au compte du Web. Peut mieux faire.

L’Internet en France représente 3,2 % du PIB en 2009 et 700 000 emplois créés depuis 1995. L’impact de la filière Internet sur l’économie française peut dorénavant être chiffré. Du moins, le cabinet de conseil américain McKinsey publie, mercredi, le premier rapport sur ce sujet.


Soutenu financièrement par le géant de l’Internet américain Google, l’enquête, réalisée au premier trimestre 2010, donne pour la première fois une dimension concrète à ce qui n’était jusqu’à présent qu’un pressentiment : l’Internet est devenu un acteur majeur de l’économie française. Autant que l’affirme le rapport McKinsey ? Lecture critique du rapport sur FRANCE 24.

Un secteur plus valorisé que l’agriculture. Le terroir français va en prendre un coup. Selon le rapport du cabinet McKinsey, la filière Internet a pesé 60 milliards d’euros, soit 3,2% du PIB en 2009. L’agriculture, selon les données de la Banque mondiale, ne représentait à la même époque qu’1,7% du PIB. Des chiffres qui restent encore largement inférieur à ceux de l’industrie, responsable à elle seule de près de 19% du PIB selon la Banque mondiale.

Un quart des créations d’emplois ? A lire le rapport, 25% des emplois créés en France depuis 1995 sont liés à ce secteur. Drôle d'arithmétique. En effet, le cabinet McKinsey attribue 700 000 créations nettes d’emplois à la filière Internet… et a rapproché ce chiffre de l'augmentation de la population active entre 1995 et 2009 pour conclure au fameux 25%. Sauf que la population active n'est pas composée uniquement de salariés.

Un poids grandissant dans la croissance. Entre 1995 et 2009, la filière Internet a contribué à hauteur de 20% à la croissance française. Mieux : en 2010, la part du secteur de l’Internet passerait à 25%. Pour établir cette dernière donnée statistique, le cabinet McKinsey avait retenu une prévision de croissance du PIB de 2,9% pour 2010. Depuis lors, l’horizon s’est assombri et la croissance n’a finalement été en 2010 que de 1,5%. La contribution de la filière Internet semble même être plus importante que ce que McKinsley a évalué dans son rapport.

L’Internet, un sésame pour les PME ? Plus une entreprise utilise les outils d’Internet (site, messagerie, campagne en ligne), plus elle croît rapidement. Le rapport a, en effet, établit que les PME qui ont davantage recours à ces technologies ont connu, en moyenne, une croissance de 7% sur les trois dernières années contre 3,1% pour celles qui ne se sont encore que peu converti aux vertus du Net. Un chiffre qui doit, cependant, être pris avec des pincettes. En effet, le rapport ne dit pas dans quels secteurs évoluent les PME du groupe des "7% de croissance". Elles appartiennent peut-être à des secteurs qui – avec ou sans outils Internet – connaissent actuellement un dynamisme certain, comme les biotechnologies ou l'informatique.

Et demain, l’Internet roi ? Le cabinet McKinsey se projette également vers l’avenir. Le rapport estime qu’à l’horizon 2015, la filière Internet devrait peser 129 milliards d’euros du PIB français tout en estimant que l'Hexagone pourrait faire bien mieux. En fait, il chiffre à 150 milliards l’apport potentiel du secteur à l’économie française. Comment ? La France devrait "atteindre la maturité numérique des cinq premiers pays de l’OCDE". A l’heure actuelle, elle n’est classée que 17e sur 27. Afin d’y parvenir, le rapport préconise la mise à jour des infrastructures pour réduire la fracture numérique, l’incitation à la création d’entreprises dans le secteur de l’Internet et l’augmentation de l’investissement publics dans dans les "outils Internet".

Crédit photo : Don Hankins/Flickr

Première publication : 09/03/2011

COMMENTAIRE(S)