Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Afrique

À Addis-Abeba, le camp de Gbagbo rejette les propositions de l'UA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/03/2011

Les émissaires que le président ivoirien sortant a dépêchés à Addis-Abeba, en Éthiopie, ont refusé les propositions de l'Union africaine destinées à trouver une issue à la crise post-électorale qui menace de plonger le pays dans une guerre civile.

AFP - Les représentants du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo ont rejeté jeudi à Addis Abeba les propositions supposées "contraignantes" présentées par un panel de chefs d'Etat mandaté par l'Union africaine (UA), agitant le spectre d'une reprise de la guerre civile.

Des Ivoiriens fuient vers le Libéria

"Nous avons estimé que c'est une proposition inacceptable", a déclaré le président du Front Populaire Ivoirien (FPI) Pascal Affi N'Guessan, à l'issue d'une consultation avec les membres de ce panel, réunis depuis mercredi au siège de l'UA.

Le panel de cinq chefs d'Etat n'a pas rendu publique ses conclusions, réputées "contraignantes", qu'il devait adopter pour tenter de mettre fin à la crise née de l'élection présidentielle contestée du 28 novembre en Côte d'Ivoire.

Il était cependant attendu que ce panel réitère la position de principe de l'UA, selon laquelle le rival de M. Gbagbo, Alassane Ouattara, est le vainqueur de ce scrutin.

"Malheureusement, nous avons constaté que le panel de haut-niveau s'est contenté de reprendre ce que nous savons déjà. Le panel est dans l'incapacité de nous donner les arguments qui fondent cette décision", a affirmé M. Affi Nguessan.

"(...) Nous continuons la fuite en avant. Tout le monde s'appuie sur l'annonce du haut-représentant de l'ONU (en Côte d'Ivoire, Choi Youg-Jin)", a-t-il estimé, en référence à la reconnaissance par l'ONU de la victoire de M. Ouattara.

"Mais si cet élément était faux? S'il ne reflétait pas la réalité?", a lancé le représentant de M. Gbagbo.

L'asphyxie financière fonctionne en Côte d'Ivoire
A l'issue d'une réunion entamée la veille, les membres du panel de l'UA ont présenté jeudi leurs conclusions au camp de M. Gbagbo, représenté par M. Affi Nguessan, ainsi qu'à Alassane Ouattara, qui s'est déplacé pour sa part au siège de l'UA dans la capitale éthiopienne.

M. Ouattara n'a fait aucun commentaire sur les propositions du panel de l'UA.

Mais pour M. Affi Nguessan, "si cette initiative ne débouche pas sur des propositions pertinentes et irréfutables, suffisamment convaincantes, nous craignons que l'UA contribue en quelque sorte à parachever le coup d'Etat entamé en 2002, et qui s'est mué en coup d'Etat électoral à travers les dernières élections présidentielles".

"Nous craignons qu'en accompagnant ce coup d'Etat là, l'Afrique, l'Union Africaine ne contribuent a aggraver la situation et être comptables d'une éventuelle guerre civile qui pourrait avoir lieu parce que la population n'aurait pas été convaincue de la pertinence de ce choix", a-t-il menacé.

Le panel de l'UA devait présenter dans l'après-midi ses conclusions au Conseil de paix et de sécurité de l'organisation continentale, qui a débuté vers 17H30 locales (14H30 GMT) et réunit 15 pays africains, dont près d'une dizaine représentés jeudi par leur président.

Les réunions d'Addis Abeba sont largement considérées comme l'ultime chance laissée à la diplomatie pour résoudre la crise ivoirienne et écarter la menace d'une guerre civile, dans laquelle s'enfonce inexorablement la Côte d'Ivoire.

Plus de 370 personnes ont été tuées dans des affrontements depuis fin 2010 selon l'ONU, alors qu'une situation insurrectionnelle se développe dans plusieurs quartiers d'Abidjan, que des hostilités à grande échelle ont repris dans l'ouest du pays, et que l'économie est progressivement étouffée par les sanctions internationales contre le président sortant.

Le Conseil de paix et de sécurité de l'UA de ce jeudi est par ailleurs consacré à l'autre grande crise africaine du moment, l'insurrection en Libye contre le régime du colonel Mouammar Kadhafi.

La Libye, traditionnellement l'un des principaux bailleurs de l'organisation panafricaine, y sera représentée par son ministre des Affaires étrangères, Moussa Koussa.

Première publication : 10/03/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Affrontements meurtriers à l'issue d'une manifestation à Abidjan

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Laurent Gbagbo décrète la prise de contrôle de la filière cacao

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Les forces pro-Ouattara mettent la main sur Toulépleu, dans l'ouest

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)