Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Afrique

L'Union africaine confirme l'élection de Ouattara à la tête de la Côte d'Ivoire

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/03/2011

À l'issue d'une réunion à Addis-Abeba, l'Union africaine a confirmé l'élection d'Alassane Ouattara à la présidence de la Côte d'Ivoire. Plus tôt, le camp de Laurent Gbgabo rejetaient les propositions de l'organisation pour mettre fin à la crise.

AFP - L'Union africaine a confirmé jeudi l'élection à la présidence ivoirienne de Alassane Ouattara, selon ce dernier, mais le camp de son adversaire Laurent Gbagbo a rejeté cette décision et agité la menace d'une reprise de la guerre civile.

"Le groupe de haut niveau confirme mon élection par le peuple de Côte d'Ivoire, à une large majorité et avec une forte participation, comme Président de la République de Côte d'Ivoire", a déclaré à la presse à Addis Abeba M. Ouattara, rendant compte des conclusions d'un panel mandaté par l'UA sur le sujet.

"Et donc maintenant la question est définitivement résolue, Alassane Ouattara est bien le président de la république de Côte d'Ivoire", a ajouté l'intéressé.

M. Ouattara s'exprimait après avoir rencontré le panel de cinq chefs d'Etat africains chargé d'émettre des conclusions réputées "contraignantes" pour mettre fin à la crise née de l'élection présidentielle contestée du 28 novembre en Côte d'Ivoire.

Le panel, réuni depuis mercredi, n'avait pas rendu publiques ses recommandations jeudi soir, mais elles semblent en effet favorables à M. Ouattara, à en juger par la réaction très négative du camp de son rival, le président sortant Laurent Gbagbo.

"Nous avons estimé que c'est une proposition inacceptable", a déclaré le président du Front Populaire Ivoirien (FPI) Pascal Affi N'Guessan, rendant compte de ses consultations avec le panel.

Une source diplomatique africaine à Abidjan a confirmé que "la reconnaissance de la victoire de Ouattara (était) le point de départ" des conclusions du panel, dans la droite ligne des positions précédentes de l'UA, qui a rapidement jugé M. Ouattara vainqueur du scrutin, à l'unisson du reste de la communauté internationale.

"Malheureusement, nous avons constaté que le panel de haut-niveau s'est contenté de reprendre ce que nous savons déjà. Le panel est dans l'incapacité de nous donner les arguments qui fondent cette décision", a dénoncé M. Affi Nguessan, représentant à Addis Abeba M. Gbagbo qui avait renoncé à faire le déplacement.

M. Ouattara a ajouté pour sa part que le panel lui avait demandé "de faire preuve d'ouverture dans la formation de (son) gouvernement et de trouver une sortie honorable à monsieur Laurent Gbagbo", ce qu'il avait accepté.

Mais de telles propositions censées accompagner l'arrivée au pouvoir de M. Ouattara ont déjà été émises lors des précédentes médiations de l'UA, et ont été rejetées par M. Gbagbo.

Le "principe même d'un partage du pouvoir" est "inacceptable", a réaffirmé jeudi à l'AFP Ahoua Don Mello, le porte-parole du gouvernement du président sortant.

Dans ces conditions, la question sera de savoir comment l'UA compte rendre "contraignantes" ses décisions. "Les mesures qui sont annoncées sont contraignantes, très rapidement, Laurent Gbagbo devra donc quitter les fonctions usurpées qu'il assume depuis le 28 novembre", a assuré M. Ouattara, sans donner davantage de précision.

Les partisans de M. Gbagbo estiment au contraire que les recommandations de l'UA vont précipiter encore plus la Côte d'Ivoire vers une nouvelle guerre civile, après les combats de 2002-2003 qui avaient coupé le pays en deux. "Nous craignons qu'en accompagnant ce coup d'Etat là, l'Afrique, l'Union Africaine ne contribuent a aggraver la situation et être comptables d'une éventuelle guerre civile qui pourrait avoir lieu parce que la population n'aurait pas été convaincue de la pertinence de ce choix", a menacé M. Affi Nguessan.

Plus de 370 personnes ont été tuées dans des affrontements depuis fin 2010 en Côte d'Ivoire, selon l'ONU.

Le panel de l'UA a présenté dans l'après-midi ses conclusions au Conseil de paix et de sécurité de l'organisation continentale, réunissant 15 pays africains.


 

Première publication : 10/03/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    À Addis-Abeba, le camp de Gbagbo rejette les propositions de l'UA

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Affrontements meurtriers à l'issue d'une manifestation à Abidjan

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Laurent Gbagbo décrète la prise de contrôle de la filière cacao

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)