Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

FRANCE

La Croix-Rouge se prépare "au pire"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/03/2011

Alors que les combats s'intensifient entre les opposants au régime libyen et les forces armées restées loyales à Mouammar Kadhafi, le Comité international de la Croix-Rouge dit se préparer à toute éventualité.

AFP - Le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Jakob Kellenberger, a indiqué jeudi qu'il se préparait au "pire" en Libye, évoquant une "guerre civile".

"Nous devons nous préparer au pire", a déclaré M. Kellenberger, lors d'une conférence de presse à Genève, soulignant n'avoir "aucun problème" à utiliser le "terme de guerre civile."

"Nous devons toujours nous préparer au pire. Dans ce cas spécifique, nous devons nous préparer à une intensification des combats", a-t-il insisté.

"Je crois comprendre maintenant que nous avons maintenant un conflit armé non international", a-t-il ajouté.

"Nous voyons un nombre accru de civils blessés arriver dans les hôpitaux et nous sommes très inquiets" a insisté M. Kellenberger.

Citant des témoignages de médecins locaux, il a notamment fait état "d'une forte augmentation du nombre de blessés" arrivant dans les hôpitaux d'Ajdabiya (est) et Misrata (ouest).

Une équipe du CICR à Ajdabiya a fait état de 55 personnés blessés amenées à l'hôpital cette semaine. En outre, 40 patients ont été traités dans un centre médical à Misrata où 22 cadavres ont été également amenés, selon le CICR citant des "sources sûres".

M. Kellenberger a souligné que le nombre de réfugiés quittant la Libye et le nombre de personnes déplacées pourrait encore s'accroître si les combats s'intensifient.

Il s'est aussi s'est déclaré "très déçu" de ne pas avoir encore obtenu l'accès à la partie occidentale du pays contrôlée par les forces pro-Kadhafi.

"Il est inacceptable que 24 jours après le début des combats une grande partie du pays reste coupé de toute aide humanitaire" s'est-il indigné.

"Il serait faux de dire que nous n'avons pas eu des discussions avec des dirigeants de Tripoli, moi-même j'ai parlé à quelqu'un d'assez proche du pouvoir", mais sans résultat a-t-il reconnu.

"Nous avons fait des efforts pour obtenir l'accès et nous n'avons pas réussi" a-t-il regretté.

"On m'a dit que tout était sous contrôle, que les hôpitaux travaillaient parfaitement bien et qu'il n'y avait nul besoin d'aide internationale" a-t-il dit.

"Nous sommes inquiets" a-t-il réitéré, relevant que circulaient beaucoup de rumeurs et d'informations contradictoires sur la situation en Libye.

Il a souligné combien il était "important de pouvoir se rendre sur place et d'évaluer la situation par nous-même".

Le chef du CICR a rappelé que "dans un conflit armé, les parties concernées doivent toujours faire la distinction entre cibles civiles et militaires".

"Il est interdit d'attaquer les civils. Répandre la terreur parmi la population est interdit. Les malades et les blessés de tous bords doivent être soignés et les installations médicales, les ambulances et le personnel doivent être respectés et protégés" a-t-il martelé.



 

Première publication : 10/03/2011

  • LIBYE

    La France reconnaît le Conseil national de transition libyen

    En savoir plus

  • LIVEBLOGGING

    Retour sur les événements de jeudi en Libye et dans le monde arabe

    En savoir plus

  • LIBYE

    Trois journalistes de la BBC "arrêtés et battus" par des soldats et des policiers

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)