Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Amel Karboul, ministre tunisienne du Tourisme

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

  • Wade à FRANCE 24 : "Macky Sall m’a empêché d’aller au Sénégal"

    En savoir plus

  • Ukraine : Washington met en garde Moscou contre une "erreur coûteuse"

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Quatre policiers du "36 quai des Orfèvres" placés en garde à vue pour viol

    En savoir plus

  • Standard & Poor's maintient la note "AA" pour la France

    En savoir plus

  • Le NETmundial condamne l’espionnage sur le Web

    En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

FRANCE

La France reconnaît le Conseil national de transition libyen

©

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 18/03/2011

À l'Élysée, deux représentants du Conseil national de transition (CNT) libyen ont annoncé l’ouverture d’une ambassade de France à Benghazi. Paris a pour sa part reconnu le CNT comme seul représentant légitime du peuple libyen.

C’est une victoire diplomatique pour l’opposition libyenne. La France est le premier pays à avoir officiellement reconnu, ce jeudi matin, le Conseil national de transition (CNT) comme seul "représentant légitime" du peuple libyen.

Paris s’est engagé à envoyer un ambassadeur à Benghazi, fief de l’opposition au régime du colonel Mouammar Kadhafi, situé à 650 kilomètres à l’est de Tripoli. Cette annonce faisait suite à une rencontre au palais de l’Élysée, ce jeudi, entre le président français, Nicolas Sarkozy, et deux représentants du CNT.

"La France a reconnu le Conseil national comme le représentant légitime du peuple libyen", a déclaré à la presse Ali al-Issawi, ancien ambassadeur de Libye en Inde qui a démissionné le mois dernier en signe de protestation contre la violente répression des manifestations anti-gouvernementales opérée par le régime de Tripoli. "Nous allons ouvrir une ambassade à Paris, et Paris enverra un ambassadeur à Benghazi", a-t-il ajouté.

"les américains ne sont pas en faveur de ce genre de frappe"

Dans la foulée, Imane Boughaighis, attaché de presse du CNT, a déclaré que les Libyens étaient "très reconnaissants" envers le gouvernement français. "Nous remercions le gouvernement français et le peuple libyen n’oubliera jamais qu’il a été le premier à nous reconnaître et à se tenir à nos côtés en ces temps difficiles", a-t-il ajouté.

Concerts de klaxons et rafales de balles tirées en l’air se sont fait entendre dans les rues de Benghazi, selon des journalistes de Reuters, alors que des membres de l’opposition se rassemblaient devant le siège du CNT pour laisser éclater leur joie.

Interrogée par FRANCE 24, Boughaighis a affirmé espérer que la reconnaissance officielle de l’opposition libyenne par la France aurait un effet domino dans le reste de l’Europe.

L’UE et l’Otan restent prudents

Cette reconnaissance diplomatique a eu lieu alors que deux réunions simultanées des ministres des Affaires étrangères de l’UE, ainsi que des 28 ministres de la Défense de l’OTAN se sont tenues aujourd’hui à Bruxelles afin d’envisager la mise en place, ou non, d’une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye.

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a indiqué que toute opération militaire, dont la mise en place d'une telle zone, devrait répondre à trois critères : le besoin démontrable d'une intervention, un mandat clair et un soutien dans la région.

Lors du sommet européen qui aura lieu vendredi, toujours à Bruxelles, la France pourrait proposer un plan d'action stratégique destiné à mettre fin à la répression meurtrière du soulèvement en Libye, a déclaré l’un des émissaires du CNT reçus dans la matinée par le président Nicolas Sarkozy.

Effet domino ou bras de fer diplomatique ?

L’UE divisée sur la position française

Berlin juge la situation "encore trop confuse pour décider comment on doit procéder", a expliqué le secrétaire d'État allemand aux Affaires étrangères, Werner Hoyer. "Nous ne voulons pas être aspirés dans une guerre en Afrique du Nord", avait dit auparavant le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle.

Quelques heures après l’annonce de l’Élysée, un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères a indiqué que les membres du Conseil national de transition (CNT) étaient des "interlocuteurs valables" avec qui ils espèrent "collaborer étroitement".

La représentante de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, présente à la réunion de l’Otan, a estimé qu'il valait mieux se garder de reconnaître trop précipitamment et "de matière unilatérale […] certains groupes".

"De notre point de vue, toute reconnaissance devrait être menée par la Ligue arabe et discutée à l'ONU. Cela de doit pas être une décision unilatérale", a ajouté son porte-parole.

Catherine Ashton a aussi fait valoir que toute initiative européenne sur l'établissement d'une zone d'exclusion aérienne en Libye devait être prise en étroite coordination avec l'ONU et la Ligue arabe.


 

L'ancienne puissance coloniale, l'Italie, a d'ores et déjà refusé de participer à "des frappes ciblées en terre libyenne", a aussitôt prévenu le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini.

Plus tôt dans la journée, le président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, avait déclaré que son gouvernement solliciterait l’avis des autres pays européens avant de se prononcer sur la reconnaissance - ou non - de l’opposition libyenne. "La décision française est unilatérale, a déclaré Silvio Berlusconi lors d’une conférence de presse organisée ce jeudi. Je pense qu’il vaut mieux attendre la position de l’ensemble de la communauté européenne." L’Italie, principal partenaire commercial européen de la Libye, importe 25 % de son pétrole et 12 % de son gaz depuis son ancienne colonie.

De son côté, Tripoli a entamé un bras de fer avec la France, signalant que les déclarations de l’Élysée ne resteraient pas sans effets. Un porte-parole du ministère libyen des Affaires étrangères a indiqué à l’agence de presse officielle Jana que "les relations avec Paris risquent de se dégrader du fait de l’ingérence regrettable de la France dans ses affaires internes."

Mouammar Kadhafi se cherche des alliés

Alors que la communauté internationale tente de trouver une réponse commune à la crise libyenne, le colonel Kadhafi se cherche des alliés. Selon de nombreuses sources, le "guide" a dépêché plusieurs émissaires aux quatre coins de l’Europe.

Mercredi, le chef de la diplomatie portugaise, Luis Amado, a eu "un rendez-vous informel dans un hôtel de Lisbonne avec un émissaire libyen à la demande de ce dernier", selon un membre de son cabinet. Aucun détail supplémentaire sur la rencontre n’a été révélé.

Le Portugal, qui siège depuis le 1er janvier au conseil de sécurité de l'ONU en tant que membre non permanent, assure la présidence du comité de sanctions sur la Libye, qui doit débuter ses travaux cette semaine.

Franco Frattini a quant à lui confirmé que le régime libyen "cherche à établir des liens" avec la communauté internationale. Un conseiller du colonel Kadhafi est arrivé mercredi au Caire, en Égypte.


 

Première publication : 10/03/2011

  • LIVEBLOGGING

    Retour sur les événements de jeudi en Libye et dans le monde arabe

    En savoir plus

  • LIBYE

    "Les régimes choisis par le peuple vont plutôt affaiblir Al-Qaïda"

    En savoir plus

  • LIBYE

    La zone d'exclusion aérienne, une option délicate

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)