Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Andrej Plenkovic : "Je ne pense pas qu’il y ait une menace d’éclatement des États au sein de l’UE"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stéphanie Gibaud, lanceuse d'alerte : "Dire la vérité est un acte citoyen"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Glyphosate : l’herbicide de la discorde

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

G5 Sahel : l’ONU prête à s’engager auprès des forces africaines dans la lutte antiterroriste ?

En savoir plus

FRANCE

Plongée au cœur des combats de Ras Lanouf

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/03/2011

Les combats s’intensifient dans la ville portuaire de Ras Lanouf. Jeudi, comme nos reporters ont pu le constater, les forces loyalistes ont bombardé les positions des insurgés, également pris par surprise par des tireurs embusqués...

"Ils sont lâches, je vous le promets, ce sont des lâches ! On va gagner, on va gagner !" Malgré les appels à resserrer les rangs, la confusion règne jeudi parmi les rebelles libyens. À la sortie de la ville de Ras Lanouf, base la plus avancée des insurgés à l'Est, les forces loyalistes sont visées. Tirs d’artillerie, frappes aériennes... Les insurgés ne sont plus seuls dans les rues de ce port pétrolier stratégique, situé à plus de 500 km de Tripoli.

Certains insurgés signalent la présence de tireurs embusqués et de snipers pro-Kadhafi qui seraient cachés dans des immeubles. Un homme, qui tente de se mettre à l'abri des balles, affirme qu’un insurgé "a la tête toute éclatée", il a été touché par "un obus de roquette". "Ils utilisent des roquettes longue portée et des avions, la ville se vide de plus en plus...", constate un autre combattant.

L’hôpital de la ville est à son tour pris pour cible ; les ambulances quittent les lieux. Une partie des insurgés, en déroute, fait de même. "Ceux qui ont des armes et des munitions, venez les mettre dans le camion, on recule. Ils vont rentrer dans la ville !" crie un homme dans un haut-parleur.

"Nous ne sommes en sécurité nulle part à Ras Lanouf", constate un ambulancier. Selon une source hospitalière, au moins quatre personnes ont été tuées dans la journée, et 35 blessées. Contraints de fuir, les insurgés de Ras Lanouf affirment pourtant qu'ils reviendront.

De son côté, Seïf al-Islam, l'un des fils de Mouammar Kadhafi, a affirmé jeudi soir que les forces loyales au régime allaient lancer une offensive de grande ampleur pour regagner du terrain sur les insurgés. "La victoire est en vue", a-t-il affirmé devant ses partisans.

 

Première publication : 10/03/2011

  • LIBYE

    La France reconnaît le Conseil national de transition libyen

    En savoir plus

  • LIBYE

    La zone d'exclusion aérienne, une option délicate

    En savoir plus

  • LIBYE

    La Croix-Rouge se prépare "au pire"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)