Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Israël et intelligence économique : Un modèle à suivre ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : De Sarajevo à Guantanamo, l'itinéraire des six d'Algérie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Patrick Chauvel, photographe de guerre

En savoir plus

SUR LE NET

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"De sang-froid"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à l'exécution de David Haines

En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Quels sont les enjeux de la conférence internationale sur l'État islamique ?

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

  • Les députés français se penchent sur un projet de loi contre le jihad

    En savoir plus

  • Grève chez Air France : journée noire attendue lundi

    En savoir plus

  • Netflix, le service de vidéos à la demande, débarque en France

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la "team USA" seule au monde

    En savoir plus

  • EI : "Ce ne sont pas des musulmans mais des monstres", affirme Cameron

    En savoir plus

  • Législatives suédoises : la gauche en tête, poussée historique de l'extrême droite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Lille prend la tête, l’OM revient

    En savoir plus

  • Objecteurs de conscience en Israël : 200 vétérans défendent leur unité

    En savoir plus

  • Les pro-russes menacent le processus de paix dans l'est de l'Ukraine, selon Kiev

    En savoir plus

  • Webdocumentaire : Chibanis, l’éternel exil des travailleurs maghrébins

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le nord-est du Japon touché par un tsunami après le séisme

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/03/2011

Un tsunami a frappé les côtes du Japon après un séisme de magnitude 8.9. Les dégâts matériels semblent importants et des dizaines de morts seraient à déplorer. Une vague de 10 mètres a été observée à Sendai. Plusieurs répliques ont été ressenties.

AFP - Un très puissant séisme -- d'une magnitude 8,9 -- a frappé vendredi le nord-est du Japon, déclenchant un tsunami majeur de plusieurs mètres sur les côtes Pacifique qui a fait pour l'instant quatre morts et une dizaine de disparus.

Des vagues de 10 mètres ont déferlé sur les côtes de la préfecture de Sendai, ont rapporté les médias, qui diffusaient des images de maisons inondées et de voitures submergées par les eaux dans les villes côtières.

"Dans les 4, 5 plus gros séismes dans le dernier siècle"

Le bilan provisoire, selon les médias, est de quatre morts et de nombreux blessés, ainsi que huit disparus dans un glissement de terrain. 

Mais selon les images des télévisions, le bilan devrait s'alourdir et le ministère de la Défense a dépêché des navires pour participer aux secours.

Une alerte au tsunami a également été émise sur pratiquement toutes les côtes du Pacifique par le Centre américain pour les tsunami et un ordre d'évacuation a été déclenché aux îles Mariannes. 

La secousse, d'une magnitude 8,9 selon l'Institut de géophysique américain (USGS) qui l'avait auparavant estimée à 7,9, puis 8,8, s'est produite à 24,4 km de profondeur à 14H46 (05H46 GMT) et à une centaine de km au large de la préfecture de Miyagi.

"Il y a pas mal de répliques"

"Nous avons été secoués si violemment qu'il fallait s'accrocher pour ne pas tomber", a témoigné une responsable de la municipalité de Kurihara, la plus durement touchée dans cette préfecture.

"Nous ne pouvions pas nous échapper de l'immeuble parce que les secousses n'arrêtaient pas de se succéder", a-t-elle dit à l'AFP par téléphone. 

Les centrales nucléaires des préfectures de Miyagi et Fukushima se sont automatiquement arrêtées, a indiqué leur opérateur, la compagnie d'électricité Tokyo Electric Power (Tepco) qui dessert la capitale.

Le Premier ministre, Naoto Kan, a assuré qu'aucune fuite radioactive n'avait été constatée. 

Les réseaux de télécommunications fixes et mobiles étaient très fortement perturbés, a constaté l'AFP. 

"Rien n'est terminé"

A Tokyo, situé à quelque 380 km de distance, les gratte-ciel, construits sur des structures parasismiques spéciales, ont très longuement tangué, après le séisme qui a duré pendant plus de deux minutes.

Un toit s'est effondré vendredi sur un bâtiment du centre de Tokyo où 600 étudiants participaient à une cérémonie de remise de diplôme, faisant de nombreux blessés, selon les pompiers et les médias.

Dans les bureaux et les habitations, des objets ont chuté des étagères, les ascenseurs ont été stoppés automatiquement, tandis que des millions de personnes se précipitaient dans les rues.

Dix incendies ont été signalés dans la capitale, et il y aurait plusieurs blessés selon les médias.

Dans la région de Tokyo, une raffinerie était en feu à Iichihara, selon des images diffusées à la télévision nippone.

L'aéroport international de Narita, situé à une cinquantaine de kilomètres à l'est de Tokyo, a suspendu le trafic et décidé d'évacuer les bâtiments.

Les transports ferroviaires et routiers ont également été interrompus dans une grande partie de l'archipel. 

Les trains express Shinkansen ont été stoppés dans tout le nord-est et les autoroutes de la région de Tokyo fermées quelques minutes après le tremblement de terre.

Selon l'agence de presse Jiji, le parking du parc Disney Resort, situé dans la banlieue est de la capitale, était sous les eaux de l'océan tout proche.

A Tokyo, quatre millions de foyers étaient privés d'électricité, selon les médias.

"J'étais au bureau, au dixième étage de mon immeuble. Les murs ont commencé à trembler, puis tous les meubles. Je n'ai jamais connu ça ici, j'ai eu peur!", a expliqué Horikane Saki, une employée de bureau du quartier de Ginza descendue avec ses collègues quelques minutes après la secousse.

Des milliers de résidents et salariés de ce quartier de commerces et d'affaires étaient encore massés dans les rues plus d'une heure et demie après le séisme, de crainte de répliques.

Première publication : 11/03/2011

COMMENTAIRE(S)