Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

SUR LE NET

Un selfie pris à Auschwitz scandalise la Toile

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Gaza : l'ONU tente de formaliser une trêve fragile

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

  • En images : les Champs-Élysées noirs de monde pour l'arrivée du Tour

    En savoir plus

  • MH 17 : des combats autour du site du crash bloquent les enquêteurs

    En savoir plus

  • L'épave du Costa Concordia arrive dans le port de Gênes

    En savoir plus

  • Les enfants migrants ne pourront pas rester aux États-Unis, prévient Obama

    En savoir plus

Moyen-orient

Une famille de colons israéliens assassinée près de Naplouse

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/03/2011

Deux Palestiniens sont accusés d'avoir tué une famille de colons israéliens dans la colonie d'Itamar, près de Naplouse, une attaque condamnée par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas.

AFP - Une famille de colons israéliens a été tuée à coups de couteau dans la nuit de vendredi à samedi en Cisjordanie, une attaque attribuée à deux Palestiniens qui a été condamnée par l'Autorité palestinienne et la communauté internationale.
              

"Israël accuse l'autorité palestinienne"

Le père de famille, Ehud Vogel, 36 ans, sa femme Ruth, 35 ans, ainsi que leurs enfants Yoav (11 ans), Elad (3 ans) et Hadass (3 mois), ont été poignardés dans leur lit, dans la colonie d'Itamar, près de Naplouse (nord de la Cisjordanie).
              
Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a exigé de l'Autorité palestinienne "qu'elle aide à retrouver et à punir les meurtriers", et l'a appelée à "stopper l'incitation (à la violence) dans les mosquées et dans les médias sous son contrôle".
              
Le président palestinien Mahmoud Abbas a "dénoncé toute violence contre des civils quels qu'en soient les motifs", réaffirmant la nécessité de parvenir au plus tôt à un règlement de paix juste.
              
Samedi soir, lors d'un entretien téléphonique avec M. Netanyahu, M. Abbas a exprimé les regrets de l'Autorité palestinienne, selon le bureau du Premier ministre israélien.
              
Pour l'instant, les agresseurs n'ont pas été arrêtés et l'attaque n'a pas été revendiquée. A Gaza, les Brigades Al-Quds, le bras armé du Jihad islamique, a jugé "l'opération normale", estimant qu'elle exprimait "le droit de résistance contre l'occupation (israélienne) et ses crimes".
              
Selon le colonel Nimrod Aloni, commandant la brigade déployée dans le nord de la Cisjordanie, "l'attentat semble avoir été perpétré par un groupe (palestinien) local".
              
Au lendemain de ce drame qui a bouleversé les Israéliens, l'armée a installé des barrages routiers dans la région de Naplouse et s'est déployée en force dans le village palestinien d'Awarta, proche de la colonie d'Itamar.
              
Les soldats ont procédé à des fouilles maison par maison, et interpellé des habitants pour les interroger, ont précisé les services de sécurité palestiniens.
              
Selon la radio israélienne, les assassins, vraisemblablement au nombre de deux, ont opéré pendant plus d'une heure après s'être infiltrés de nuit dans la colonie.
              
Deux enfants âgés de 4 et 2 ans, qui se trouvaient dans la maison, ont échappé au massacre. Une autre enfant de la famille, une fillette de dix ans, a découvert le drame lorsqu'elle est rentrée tard le soir.
              
"Israël agira vigoureusement pour défendre la population israélienne et châtier les assassins", a annoncé M. Netanyahu en ordonnant à l'armée et aux services de sécurité "d'agir dans toutes les directions pour capturer les terroristes".
              
Tout en estimant que la condamnation de l'Autorité palestinienne était "molle et ambiguë" du fait qu'elle ne parlait pas d'"acte terroriste", il a exhorté les colons à "faire preuve de retenue et à ne pas se faire justice eux-mêmes".
              
Le meurtre des cinq Israéliens a été dénoncé en Israël par plusieurs partis et par l'ONG de défense des droits de l'Homme B'Tselem, pour qui "la lutte contre l'occupation (israélienne) ne saurait justifier de tels crimes".
              
"Aucune religion au monde ne peut justifier un acte aussi horrible", a déclaré le président Shimon Peres.
              
L'attaque a été également condamnée par l'ONU, le Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, UE, ONU et Russie) et la France.
              
La colonie d'Itamar avait déjà été la cible en 2002 d'un attentat palestinien qui avait fait trois morts (une femme et trois enfants).
              

 

Première publication : 12/03/2011

  • ONU

    Washington s'oppose à une résolution condamnant la colonisation israélienne

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Israël s'apprête à autoriser un nouveau projet de colonisation à Jérusalem-Est

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L’Union européenne réaffirme le droit des Palestiniens à un État souverain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)