Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

Moyen-orient

La Ligue arabe invite l'ONU à "imposer une zone d'exclusion aérienne"

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/03/2011

Tandis que les combats font rage à l'est de la Libye où les forces fidèles à Kadhafi ont lancé une attaque pour reprendre Misrata aux insurgés, la Ligue arabe, réunie au Caire, a demandé à l'ONU d'intervenir "pour protéger le peuple libyen".

AFP - La Ligue arabe est en faveur d'une zone d'exclusion aérienne en Libye et de contacts avec le Conseil national de transition regroupant l'opposition libyenne, ont indiqué samedi des diplomates participant à la réunion extraordinaire de l'organisation au Caire.

"Deux pays ont refusé le principe de cette zone"

Les ministres arabes des Affaires étrangères "se sont mis d'accord pour inviter le Conseil de sécurité (de l'ONU) à assumer ses responsabilités et à imposer une zone d'exclusion aérienne pour protéger le peuple libyen", a affirmé à l'AFP l'un de ces diplomates sous le couvert de l'anonymat.

"La décision de la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne a été acceptée par les ministres arabes à l'exception de ceux d'Algérie et de Syrie", a-t-il ajouté.

La Ligue arabe compte 22 membres mais la Libye a été exclue des réunions après la répression de l'insurrection dans le sang. Les réserves algérienne et syrienne n'empêchent pas l'adoption de la résolution arabe.

Damas craint qu'une décision en faveur d'une zone d'exclusion aérienne en Libye n'ouvre la voie à une intervention militaire étrangère, a expliqué son délégué lors de la réunion.

Les ministres arabes ont en outre "décidé d'ouvrir des canaux de contact avec le Conseil national de transition (CNT) en Libye pour aider le peuple libyen", a encore dit le diplomate, dont les informations ont été confirmées par deux autres responsables.

Juste avant cette réunion de crise, le CNT avait demandé à la Ligue de le reconnaître en tant que représentant de la Libye et de donner son accord à une zone d'exclusion aérienne, dans une lettre remise à son secrétaire général Amr Moussa par une délégation de jeunes opposants libyens.

Des centaines de manifestants s'étaient rassemblés devant le siège de l'organisation dans le centre du Caire pour exiger la mise en place de cette zone d'exclusion.

Dans une interview à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, M. Moussa avait plaidé pour une telle mesure, en souhaitant que la Ligue "joue un rôle" dans sa mise en place.

Alors qu'Européens et Américains ont accentué la pression sur le régime libyen, évoquant l'utilisation de "toutes les options" possibles, la Ligue arabe s'était jusqu'ici bornée à dire qu'elle pourrait soutenir une zone d'exclusion aérienne, en s'affirmant opposée à toute intervention militaire.

La mise en place d'une telle opération nécessite des centaines d'avions pour interdire le survol aérien d'un territoire de près de 1,8 million de km2 et empêcher notamment l'aviation libyenne de bombarder la population.

Les Etats arabes du Golfe, dominés par l'Arabie saoudite, avaient réaffirmé leur soutien au principe d'une zone d'exclusion tout en insistant sur la nécessité d'une caution de la Ligue arabe.

Considérant que le régime du colonel Kadhafi était désormais "illégitime", ils ont exhorté leurs pairs arabes à "prendre leurs responsabilités pour arrêter le bain de sang".

"Je parle d'une action humanitaire. Il s'agit, avec une zone d'exclusion aérienne, de soutenir le peuple libyen dans sa lutte pour la liberté et contre un régime de plus en plus dédaigneux", a affirmé M. Moussa dans son interview au Der Spiegel.

L'Union européenne et les Etats-Unis ont évoqué vendredi la possibilité d'utiliser "toutes les options" contre le régime de Mouammar Kadhafi. Les Européens ont toutefois souligné que toute intervention était conditionnée à "une nécessité démontrée, une base juridique claire et le soutien de la région".

.

Première publication : 12/03/2011

  • LIBYE

    L'UE reconnaît la légitimité de l'opposition au régime de Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Tripoli suspend ses relations diplomatiques avec Paris

    En savoir plus

  • LIBYE

    La zone d'exclusion aérienne, une option délicate

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)