Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Afrique

Second tour de l'élection présidentielle en forme de transition démocratique

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/03/2011

Les Nigériens ont voté pour le second tour de l'élection présidentielle. Ce scrutin intervient un an après le coup d'État militaire de février 2010 qui avait mis fin à la crise politique provoquée par le président Mamadou Tandja.

AFP - Les camps des candidats du second tour de l'élection présidentielle du Niger se sont chacun dits dimanche confiant de l'emporter, dans l'attente de la publication des résultats, prévue lundi, d'un scrutin qui doit mettre fin à un an de régime militaire.
              
Le vote, qui s'est déroulé sans incident, doit départager l'opposant historique Mahamadou Issoufou, 59 ans, et l'ex-Premier ministre Seïni Oumarou, 60 ans.


"Tout s'est bien passé pour nous. Nous sommes en train d'additionner les résultats envoyés par nos représentants et nous avons un espoir ferme quant à la victoire", a déclaré à l'AFP, Tamboura Issoufou, un porte-parole de M. Oumarou.
              
"Nous sommes toujours très confiants, on est très largement en tête pour les résultats", a de son côté assuré Hassoumi Massaoudou, directeur de campagne de M. Issoufou.
              
A Niamey, l'opposant Issoufou l'emporte à une écrasante majorité, selon des résultats partiels proclamés dimanche par la Commission électorale nationale indépendante (Céni).
              
M. Issoufou totaliserait plus de 75.000 voix contre 27.000 pour son rival, selon les résultats des cinq communes de la capitale publiés à la télévision par le président de la Commission électorale.
              
Niamey est le fief de l'ex-Premier ministre Hama Amadou, arrivé troisième avec 19% au premier tour et qui avait décidé de soutenir M. Issoufou au second.
              
Le président civil succèdera aux putschistes de février 2010 qui avait renversé le président Mamadou Tandja, après dix ans de pouvoir et une grave crise née de sa volonté de se maintenir au-delà de son second et dernier quinquennat légal.
              
Les deux finalistes ont des profils radicalement différents: M. Issoufou a été l'éternel adversaire du chef de l'Etat déchu et détenu depuis un an, alors que M. Oumarou est l'"héritier" autoproclamé de M. Tandja, dont il fut Premier ministre.
              
Arrivé en tête (36%) au premier tour, M. Issoufou part favori grâce au soutien de M. Amadou. M. Oumarou (23%) bénéficie pour sa part du ralliement de l'ex-chef de l'Etat Mahamane Ousmane (8%).
              
Quelque 6,7 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes dans ce pays sahélien, important producteur d'uranium mais pourtant classé parmi les plus pauvres du monde, qui doit également faire face à la menace croissante d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
              
Gousmane Abdourahamane, le président de la Commission électorale nationale indépendante avait affirmé samedi qu'il allait proclamer les résultats globaux provisoires au "plus tard dimanche soir", ajoutant que le taux de participation tournait autour de "35 à 38%".
              
Mais il a finalement indiqué dimanche qu'ils seraient "proclamés lundi".
              
La Céni a fait état d'un taux de participation entre 24 et 35% dans la capitale.
              
Les missions d'observation se sont félicités du déroulement du vote.
              
La mission de l'UA "marque sa satisfaction quant à la bonne conduite du processus électoral et de la transition".
              
Celle de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) considère que le second tour "s'est déroulée dans une atmosphère de calme et de transparence et que les citoyens nigériens ont pu exercer librement leur droit et devoir civique".
              
Le chef de la junte, le général Salou Djibo, avait symboliquement ouvert le vote à Niamey. "Si nous réussissons ce scrutin si honorable, nous aurons accompli ensemble cette démocratie qui servira d'exemple à l'Afrique", a-t-il indiqué

Première publication : 12/03/2011

Comments

COMMENTAIRE(S)