Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ibrahim al-Jaafari, ministre irakien des Affaires étrangères

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

Asie - pacifique

Deux jours après le séisme, le Japon craint un nouvel accident nucléaire

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/03/2011

Après le réacteur n°1, les réacteurs n°2 et n°3 de la centrale Fukushima Daiichi connaissent à leur tour des problèmes de refroidissement. Le séisme et le tsunami auraient fait près de 10 000 morts dans la seule province de Miyagi, selon la police.

REUTERS  - Les autorités japonaises s'employaient dimanche à éviter la fusion du coeur de trois réacteurs nucléaires de la centrale de Fukushima Daiichi, endommagée par le séisme et le tsunami de vendredi, qui ont fait selon toute vraisemblance plus de 10.000 morts dans le Nord.
 
Un autre problème est apparu dans la nuit de dimanche à lundi dans une centrale de la préfecture d'Ibaraki, à seulement 120 km au nord de Tokyo. Une pompe du système de refroidissement du réacteur n°2 a cessé de fonctionner. Cette centrale atomique, Tokai, avait connu un accident nucléaire en 1999.

La crise la plus grave depuis la seconde guerre mondiale

Le Premier ministre Naoto Kan, l'air sombre, a estimé lors d'une conférence de presse que ce séisme et ses conséquences - tsunami, accident nucléaire - représentaient la crise la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale pour l'archipel, mais il a souligné que cela n'était en rien un nouveau Tchernobyl.
 
Près de deux millions de foyers sont privés d'électricité dans le nord du pays, où les températures sont hivernales, et 1,4 million d'habitations n'ont plus d'eau courante. Des centaines de milliers de personnes ont été évacuées des zones sinistrées, dont 140.000 aux abords de la centrale de Daiichi, après le séisme de magnitude 8,9.
 
Cent mille soldats japonais ont été mobilisés pour participer aux secours, soit le double du chiffre précédemment annoncé.

La communauté internationale mobilisée

Près de 70 pays ont proposé ou d'ores et déjà envoyé une aide au Japon. Une dizaine de nations ont dépêché des équipes de secouristes, et 17 autres équipes se tenaient prêtes à partir.
 
De France devait partir dimanche soir ou dans la nuit un avion transportant des pompiers venus d'Istres, dans les  Bouches-du-Rhône, et du matériel.
 
Les autorités françaises ont recommandé d'autre part à leurs ressortissants de s'éloigner de la région du Kantô, autour de Tokyo, en raison du risque de répliques et l'incertitude sur la situation nucléaire. Neuf mille Français vivent dans l'archipel nippon.

La France à la rescousse du Japon

La crainte d'une explosion dans le réacteur 3 de la centrale de Fukushima

Alors que le Premier ministre japonais s'exprimait, le personnel de la centrale de Fukushima, à 240 km au nord de Tokyo, s'activait pour empêcher une fonte des cartouches de combustible des réacteurs n°2 et n°3. De l'eau de mer devait
être injectée dans le réacteur n°2, comme cela est en cours dans le n°3, afin d'éviter toute fusion.
 
Le gouvernement n'exclut pas qu'une explosion survienne au réacteur n°3 mais juge peu probable que cela touche le caisson renfermant le coeur du réacteur. Il n'exclut pas non plus que le coeur du réacteur n°1, dont un toit s'est effondré samedi après
une explosion, soit déjà en train de fondre.
 
Les vents continuent de souffler du sud dans la région de Fukushima, ce qui pourrait affecter la population locale plus au nord.

"Le cauchemard japonais continue"



La gestion de crise critiquée
 
D'ores et déjà, une hausse de la radioactivité a été mesurée à la centrale d'Onagawa, dans les environs de Sendai, mais les autorités ont assuré que le système de refroidissement de ses trois réacteurs fonctionnait normalement et que les radiations provenaient de la vapeur radioactive libérée à Fukushima Daiichi afin d'atténuer la pression à l'intérieur du réacteur n°1.
 
Ce réacteur-là, en service depuis 40 ans, aurait dû être fermé en février mais sa licence d'exploitation a été prolongée de dix ans.
 
Les autorités ont évacué les populations dans un rayon de 20 km autour de Fukushima Daiichi et ont passé au scanner des milliers de personnes afin de déterminer si elles avaient été contaminées ou non. A ce stade, il a été confirmé que 22 personnes avaient été irradiées.
 
Le gouvernement, dominé par le Parti démocrate (PDJ) et au pouvoir depuis moins de deux ans, n'échappe pas à des accusations de mauvaise gestion de la situation.
 
"La gestion de la crise est incohérente!", affirmait en gros titre dimanche le quotidien à grand tirage Asahi, pointant du doigt la lenteur des évacuations autour de la centrale atomique de Fukushima Daiichi.

"Les autorités japonaises colmatent les brèches", Yannick Jadot, député européen

L'activité économique affectée

La catastrophe et les coupures d'électricité affectent l'activité économique du nord du Japon: le géant de l'électronique Sony a suspendu l'activité de huit usines, dont une a été inondée par le tsunami. Toute production a cessé dans les quatre usines de montage du constructeur automobile Nissan . Et ce ne sont là que deux exemples d'une longue liste d'usines plus ou moins touchées.

Des dégâts estimés entre 15 et 35 milliards de dollars

Un bilan qui s'élève à plus de 10 000 morts


Quant à l'évaluation de 10.000 morts, elle risque fort d'être revue à la hausse dans les temps à venir, car les secours n'ont toujours pas atteint certaines régions sinistrées. La
ville de Minamisanriku, qui avait 17.500 habitants, a été pratiquement rasée
et on est sans nouvelles de la moitié de sa population.
 
Le séisme de Kobe, en 1994, avait fait 6.000 morts. Celuiqui avait frappé le Kanto (région de Tokyo) le 1er septembre 1923, de magnitude 7,9, avait, en raison de dramatiques incendies, fait au total dans les 140.000 tués.
 

Première publication : 13/03/2011

  • JAPON

    D'importants rejets radioactifs se sont produits lors de l'explosion du réacteur 1

    En savoir plus

  • JAPON

    Dans la seule ville de Minamisanriku, le bilan atteindrait les 10 000 victimes

    En savoir plus

  • JAPON

    Tokyo estime que le séisme aura un impact économique "considérable"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)