Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : au coeur de raqqa, fief des jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : la Crimée à l’heure de la russification

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Miossec, poétique et sombre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Martin Schulz, Président du Parlement européen

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Terrorisme, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : la bataille pour la présidence de l'UMP

En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

  • La trêve violée en Ukraine : des militaires et des civils tués

    En savoir plus

  • Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

    En savoir plus

  • Sénatoriales : le FN a séduit quatre fois plus de grands électeurs que prévu

    En savoir plus

  • Plus de 3 000 migrants sont morts en Méditerranée depuis janvier

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes européens affluent en Irak pour combattre l’EI

    En savoir plus

Afrique

Pris sous le feu de l'artillerie des forces de Kadhafi, les insurgés abandonnent Brega

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/03/2011

Après le village d'Al-Uqaila, les forces armées loyales au régime de Mouammar Kadhafi progressent vers l'est. D'intenses bombardements d'artillerie ont fait fuir des insurgés libyens défendant le port de Brega.

AFP - Les forces du régime progressaient dimanche vers le siège de la rébellion dans l'Est de la Libye après avoir reconquis de nouvelles villes à coups d'obus et de raids aériens, au moment où la question d'une zone d'exclusion aérienne restait au stade du débat.

La ligne de front s'est déplacée ainsi davantage vers l'Est, les villes tenues par les rebelles tombant l'une après l'autre aux mains des troupes du régime de Mouammar Kadhafi qui s'est dit déterminé à venir à bout de l'insurrection malgré les protestations et sanctions internationales.

Après Al-Uqaila sur la route côtière, c'est la localité d'al-Bicher plus à l'est qui est désormais sous contrôle des loyalistes qui bombardaient aussi Brega, à quelque 240 km de Benghazi, quartier général du Conseil national de transition regroupant l'opposition, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Aux cris de "Allah O Akbar", des dizaines de rebelles ont fui la ville stratégique de Brega à bord de véhicules transportant des batteries anti-aériennes de la DCA, se dirigeant vers la ville d'Ajdabiya à 80 km plus à l'est.

La télévision d'Etat libyenne a ensuite affirmé que Brega avait été "purgée" des insurgés.

L'aviation du régime n'est pas intervenue à Brega mais les insurgés tiraient dans leur retraite des tirs de DCA, selon le journaliste de l'AFP.

La veille, les insurgés avaient fui Al-Uqaila tombée aux mains des pro-Kadhafi, vers Brega.

A Benghazi, à un millier de km de la capitale Tripoli, bastion des pro-Kadhafi, toutes les lignes des téléphones portables étaient coupées, les communications des opérateurs Libyana et Al-Madar ne fonctionnant plus.

Malgré les gains remportés par le régime dans sa contre-offensive, la communauté internationale semble lente à agir. Après des réunions de l'Otan et l'Union européenne qui n'ont pas abouti à des résultats concrets pour stopper la répression, une nouvelle rencontre ministérielle du G8 est prévue lundi.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton et ses homologues européens devront se pencher à Paris sur la question de la zone d'exclusion aérienne et se concerter avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, la position de Moscou restant également floue.

Jusqu'à présent, les Européens, divisés entre eux, hésitent à instaurer une telle zone, même s'ils ont souligné la possibilité d'utiliser "toutes les options" contre M. Kadhafi, qui reste sourd aux appels à arrêter la répression et à s'en aller après plus de quatre décennies de règne.

Samedi, c'est la Ligue arabe qui a apporté son soutien à une telle mesure pour protéger le peuple libyen. Elle a appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à l'autoriser afin de clouer l'aviation au sol, une arme utilisée par le régime pour reconquérir ces derniers jours des villes aux mains des rebelles.

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont favorablement accueilli le soutien arabe à la zone d'exclusion, réclamée avec force par l'opposition libyenne.

Washington et Paris ont exigé un mandat de l'ONU pour une telle zone.

Londres et Paris travaillent actuellement à un projet de résolution soutenant l'idée de faire de la Libye une zone de survol interdite, qu'ils entendent soumettre au Conseil de sécurité.

Face à la poursuite de la répression sanglante de la révolte qui a fait des centaines de morts et poussé à la fuite plus de 250.000 personnes, la Ligue arabe a aussi estimé samedi que le régime libyen avait "perdu sa légitimité" et annoncé son soutien avec le Conseil national de transition.

A mesure que les rebelles se replient vers l'Est, ils se rapprochent de la ville d'Ajdabiya, dernier verrou vers Benghazi.

Mais malgré les mauvaises nouvelles du front, des volontaires quasi désarmés continuaient de s'enrôler à Benghazi. "Nous n'avons pas peur de cette armée composée à 90% de mercenaires. Nous pouvons les battre", a assuré l'un d'eux samedi.

Dans l'Ouest, Zawiyah, qui fut le bastion rebelle le plus proche de la capitale, est tombée aux mains du régime qui a fêté sa "victoire" après plus de deux semaines de résistance acharnée. Des témoins ont parlé de "massacre".

En revanche, les rebelles contrôlaient toujours Misrata (150 km à l'est de Tripoli) mais des tirs d'armes automatiques étaient entendus aux abords de la ville, selon un habitant.

Plusieurs villes du Nord-Ouest, en particulier dans la région montagneuse du Jabal Al-Gharbi, sont également sous contrôle rebelle, selon des témoins.

La veille, un cameraman de la chaîne Al-Jazira a été tué dans une embuscade près de Benghazi. C'est la première fois qu'un média étranger annonce la mort d'un journaliste en Libye depuis le début de la révolte le 15 février.

Le coordinateur des affaires humanitaires de l'ONU pour la Libye était à Tripoli pour des entretiens avec les responsables au sujet de l'accès des Libyens à l'aide humanitaire.

Première publication : 13/03/2011

  • LIBYE

    Les forces de Kadhafi lancent une offensive sur la troisième ville du pays, Misrata

    En savoir plus

  • LIBYE

    La Ligue arabe invite l'ONU à "imposer une zone d'exclusion aérienne"

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'UE reconnaît la légitimité de l'opposition au régime de Kadhafi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)