Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol recule sur son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • L'Afrique à Paris !

    En savoir plus

Afrique

Les troupes de Kadhafi progressent vers Benghazi, fief de l'opposition

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/03/2011

Les forces gouvernementales continuent leur avancée vers l'est du pays. Après avoir repris Brega à coups d'artillerie lourde et de raids aériens, l'armée se dirige vers Benghazi, berceau de la contestation anti-Kadhafi.

AFP - Les forces gouvernementales progressaient dimanche vers Benghazi, siège de l'opposition libyenne, à coups d'artillerie lourde et de raids aériens, mais la question d'une zone d'exclusion aérienne restait au stade du débat.

L'armée libyenne est en marche "pour purger" l'ensemble du pays, a déclaré dimanche un de ses porte-parole.

La ligne de front s'est déplacée encore davantage vers l'est, les villes contrôlées par les rebelles tombant l'une après l'autre aux mains des troupes du colonel Mouammar Kadhafi, qui s'est dit déterminé à venir à bout de l'insurrection malgré les protestations et sanctions internationales.

Après Al-Uqaila sur la route côtière et la localité d'al-Bicher un peu plus à l'est, les forces gouvernementales ont atteint Brega, site pétrolier stratégique à quelque 240 km de Benghazi, ville où siège le Conseil national de transition (CNT) créé par l'opposition.

Aux cris de "Allah O Akbar", des dizaines de rebelles ont fui Brega à bord de véhicules transportant des batteries anti-aériennes, en direction d'Ajdabiya, noeud de communication à 80 km plus à l'est.

"Les groupes terroristes fuient sous raids. Nous avons libéré Zawiyah, Al-Uqayla, Ras Lanouf, Brega, et l'armée marche pour purger le reste des régions", a déclaré un porte-parole de l'armée libyenne, le colonel Milad Hussein.

Le commandant des insurgés, le général Abdel Fattah Younis, a assuré dimanche soir qu'Ajdabiya, désormais en première ligne, était "une ville vitale" et qu'elle serait défendue. Il a aussi estimé que les troupes gouvernementales, "très étirées" le long de la côte, allaient connaître "de sérieuses difficultés logistiques.

A Benghazi, deuxième ville du pays à un millier de kilomètres à l'est de Tripoli, l'euphorie des premières semaines de la révolte a fait place à l'inquiétude. "Nous avons peur de ce qui va arriver, peur de bombardements", a déclaré Mohammed Gepsi, un ancien fonctionnaire.

Toutes les lignes de téléphones portables étaient coupées, et les regards tournés vers l'étranger: "Les Occidentaux vont nous sauver. Avec l'aide de Dieu et avec l'imposition d'une interdiction de survol du pays, nous allons reprendre l'avantage", espérait Abdul Salam Elamari, un employé de bureau.

Un petit-neveu de l'ancien roi Idris Ier, Ahmed al-Zoubair el-Senoussi, qui a passé 31 ans dans les geôles du régime, a appelé "le monde à aider, à apporter tout le soutien possible, aussi vite que possible".

La communauté internationale semblait cependant lente à agir. Après des réunions de l'Otan et l'Union européenne qui n'ont abouti à aucune décision concrète, une rencontre ministérielle du G8 était prévue lundi à Paris, où la France comptait faire avancer l'idée d'une zone d'exclusion aérienne.

Samedi, la Ligue arabe a apporté son soutien à une telle mesure, réclamée avec force par l'opposition libyenne, appelant le Conseil de sécurité de l'ONU à l'autoriser pour empêcher les bombardements et protéger les civils.

La Chine et la Russie, toutes deux membres permanents du Conseil de Sécurité de l'ONU, ont fait part de leur septicisme au sujet de la zone d'exclusion aérienne alors que l'Inde, membre non permanent, a fait part de son opposition.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a annoncé dimanche avoir envoyé depuis la Jordanie sept camions chargés de nourriture et de médicaments vers Benghazi. Dix camions supplémentaires sont doivent partir mercredi et vendredi.

La répression sanglante de la révolte a fait des centaines de morts et poussé à la fuite plus de 250.000 personnes.

Dans l'Ouest, les rebelles contrôlaient toujours Misrata, à 150 km à l'est de Tripoli, mais des tirs d'armes automatiques résonnaient aux abords de la ville, selon un habitant."Nous allons purger cette ville bientôt", a assuré le colonel Hussein.

La Compagnie pétrolière nationale libyenne a lancé dimanche un appel à la reprise du travail affirmant que les ports pétroliers étaient désormais "sûrs" et "opérationnels" et demandé aux sociétés étrangères de reprendre les exportations de brut.

La télévision nationale libyenne a précisé que le colonel Kadhafi "a examiné lors d'une rencontre avec les ambassadeurs de Chine, Inde et Russie la possibilité de charger des compagnies de ces pays de prendre en charge l'industrie pétrolière de la Libye".

La compagnie Total avait affirmé vendredi que la production pétrolière de la Libye était passée de 1,4 millions à 300.OOO barils par jour.

A Tripoli, les forces gouvernementales répriment toute opposition "avec brutalité", à coups d'arrestations arbitraires, de disparitions forcées, voire de tortures, selon l'organisation Human Rights Watch.

Des dizaines de manifestants anti-Kadhafi, de personnes soupçonnées d'avoir critiqué le régime ou fourni des informations à l'étranger ont été arrêtés, et le sort de beaucoup d'entre eux reste un mystère, a déploré HRW, citant des témoignages.

Un responsable d'Al-Qaïda, Abou Yahya al-Libi, a appelé les insurgés à poursuivre leur combat "sans hésitation et sans peur", dans un enregistrement vidéo diffusé dimanche sur des sites islamistes, première réaction du réseau extrémiste depuis le début de l'insurrection le 15 février, que le colonel Kadhafi lui a régulièrement imputée.

Des groupes de défense des droits de l'Homme ont condamné dimanche le meurtre d'un journaliste d'Al-Jazira en Libye, un cameraman qatari tué samedi dans une embuscade, mettant en garde contre le risque d'une campagne de violence à l'encontre des journalistes.

A la frontière tunisienne, des milliers de réfugiés fuyant le chaos continuaient à affluer. Entre 500 et 700 réfugiés Ghanéens, pour la plupart sans papiers, se sont retrouvé bloqués dans la zone tampon entre les deux pays.

Première publication : 14/03/2011

  • LIBYE

    Pris sous le feu de l'artillerie des forces de Kadhafi, les insurgés abandonnent Brega

    En savoir plus

  • LIBYE

    Les forces de Kadhafi lancent une offensive sur la troisième ville du pays, Misrata

    En savoir plus

  • LIBYE

    La Ligue arabe invite l'ONU à "imposer une zone d'exclusion aérienne"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)