Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Quelles conséquences à la dégradation de la note britannique ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

LafargeHolcim va enquêter sur son usine en Syrie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Royaume désuni"

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : à quand la suite ? (Partie 2)

En savoir plus

EUROPE

Un ferry de réfugiés marocains fuyant la Libye se voit refuser l'entrée en Italie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/03/2011

Un ferry transportant 1 850 Marocains fuyant la Libye s'est vu refuser l'entrée dans les eaux territoriales italiennes. Le navire, qui voulait se ravitailler en Sicile, se trouve dans les eaux internationales, dans l'attente d'une autorisation.

AFP - Les autorités italiennes ont interdit l'entrée de leurs eaux territoriales à un ferry marocain transportant 1.850 personnes essentiellement des Marocains évacués de Libye, qui cherchait à se ravitailler en Sicile, a indiqué mardi un responsable portuaire italien.

"Le bateau se trouve au large de nos côtes, dans les eaux internationales", a déclaré à l'AFP Antonio Giummo, un responsable du port d'Augusta, en Sicile.

"Ils avaient demandé d'entrer dans le port pour refaire le plein de carburant. Nous leur avons dit que le ministère de l'Intérieur avait interdit leur entrée", a ajouté M. Giummo.

Les autorités marocaines ont assuré qu'il ne s'agit pas d'un problème lié à l'immigration clandestine.

"Nous sommes en train de travailler sur la procédure administrative avec nos homologues italiens pour avoir les autorisations exceptionnelles. C'est un simple problème administratif et de procédure exceptionnels", a déclaré l'ambassadeur du Maroc en Italie, Hassan Abouyoub, à la radio marocaine privée Radio-Plus.

Une source du ministère des Affaires étrangères marocain, ayant requis l'anonymat, a confirmé à l'AFP que "c'est une simple question administrative".

A Bruxelles, la Commission européenne a demandé aux autorités italiennes de vérifier si des personnes pouvant bénéficier du statut de réfugiés se trouvaient à bord du ferry, a indiqué mardi un porte-parole.

"Nous suivons la situation de près et nous rappelons aux Etats de l'UE de vérifier avec la plus grande attention si des réfugiés peuvent se trouver à bord et de fournir toute l'assistance humanitaire nécessaire", a dit Marcin Grabiec au cours d'un point de presse.

"Jusqu'à présent, il ne semble pas que ce soit un acte de refoulement parce que les autorités italiennes n'ont pas ordonné au ferry de retourner vers son port de départ", a cependant souligné le porte-parole.

Selon les médias italiens, le ferry marocain Mistral Express est arrivé en provenance de Tripoli avec 1.715 Marocains, 39 Libyens et 82 autres personnes originaires d'Algérie, d'Egypte, du Mali, de Mauritanie, de Syrie, du Soudan et de Tunisie.

Le navire parti dimanche de Tripoli aurait été affrété par le gouvernement marocain pour rapatrier ses ressortissants fuyant la Libye, selon les médias.

Interrogé par l'AFP, le ministère de l'Intérieur italien n'était pas en mesure de donner dans l'immédiat des informations concernant ce ferry. Selon l'agence Ansa, les autorités auraient refusé l'entrée du navire dans les eaux italiennes car le ministère estimerait ne pas disposer "d'éléments certains" sur ses passagers.

Depuis le début des insurrections en Tunisie puis en Libye à la mi-février, l'Italie fait face à un afflux de milliers de migrants, qui débarquent surtout sur l'île de Lampedusa, au sud de la Sicile.

 

Première publication : 15/03/2011

  • LIBYE - TUNISIE

    Tunis appelle la communauté internationale à accélérer le rapatriement des réfugiés

    En savoir plus

  • ITALIE - REPORTAGE

    À Lampedusa, les insulaires attendent le calme après la tempête médiatique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)