Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Économie britannique : George Osborne tente de rassurer

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En fait, on ne voulait pas vraiment dire 'partir'"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Pour une Europe du peuple"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

Asie - pacifique

À la Bourse de Tokyo, le Nikkei poursuit sa chute

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/03/2011

Pris de panique par la crise nucléaire, les marchés japonais continuent de céder du terrain. Ce mardi, le Nikkei de la Bourse de Tokyo a plongé de 10,55 %. L'une des plus importantes baisses depuis la création de cet indice il y a 50 ans.

AFP - La Bourse de Tokyo a vécu mardi l'une des pires journées de son histoire, l'indice Nikkei s'effondrant de 10,55% dans un mouvement de panique des investisseurs sur fond d'aggravation de la crise nucléaire au Japon.

A la clôture, l'indice Nikkei 225 des valeurs vedettes a plongé de 1.015,34 points à 8.605,15 points, subissant, en pourcentage, la troisième plus importante chute depuis sa création il y a plus d'un demi-siècle.

Des dégâts estimés entre 15 et 35 milliards de dollars

L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau, qui couvre des entreprises d'un nombre plus vaste de secteur, a chuté pour sa part de 9,47%, perdant 80,23 points à 766,73 points.

L'activité a atteint le niveau record de 5,78 milliards d'actions échangées sur le premier marché, représentant une activité quasiment triplée par rapport à la normale.

Le Nikkei avait déjà chuté lundi de 6,18%, trois jours après un séisme et un tsunami qui ont dévasté le nord-est du Japon, détruisant ou endommageant les infrastructures et des sites de production.

Mardi, l'indice a commencé la journée en forte baisse et s'affichait en forte baisse de 6,45% à la mi-séance.

Mais c'est un véritable vent de panique qui s'est levé sur le marché à la reprise de 03H30 GMT, après que le gouvernement eut admis que le niveau de radioactivité mesuré sur la centrale nucléaire de Fukushima était dangereux pour la santé.

Aucun secteur n'a semblé épargné.

Parmi les géants de l'électronique, Panasonic s'est écroulé de 11,27% à 866 yens et Sony de 8,86% à 2.324 yens.

Le constructeur automobile Toyota a chuté de 7,40% à 3.065 yens, son concurrent Nissan a baissé moins franchement de 3,32% à 698 yens, tout comme Honda qui a reculé de 3,90% à 2.974 yens.

Les firmes de BTP, qui avaient bondi lundi grâce aux perspectives de grands travaux nécessaires à la reconstruction du nord-est dévasté par un séisme et un tsunami, ont chuté lourdement à leur tour, tout comme l'immobilier.

Première publication : 15/03/2011

  • JAPON

    Tokyo estime que le séisme aura un impact économique "considérable"

    En savoir plus

  • JAPON

    Le Japon ne devrait pas éviter une nouvelle récession

    En savoir plus

  • JAPON

    Le recours à l'énergie nucléaire remis en cause par l'accident de Fukushima

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)