Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'agent de la CIA accusé d'un double meurtre a été remis en liberté

Vidéo par Cyrielle ABEHSERA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/03/2011

Raymond Davis, le diplomate américain qui a tué deux hommes au Pakistan, fin janvier, a été remis en liberté par le tribunal de Lahore. L'homme, qui travaillait pour la CIA, a dû verser une compensation financière aux familles des victimes.

AFP - L'Américain travaillant pour la CIA qui a tué fin janvier deux hommes au Pakistan a été remis en liberté mercredi par un tribunal contre le "prix du sang", une compensation financière versée aux familles en vertu de la loi islamique, a annoncé un ministre.

"Les familles des deux hommes tués ont déclaré solennellement devant le tribunal qu'elles accordaient leur pardon" à Raymond Davis, a déclaré Rana Sanaullah, le ministre de la Justice de la province du Pendjab en direct sur la chaîne de télévision pakistanaise Geo TV.

Cette décision a créé une surprise totale au moment où tout le monde spéculait sur le fait que le tribunal de Lahore, dans l'est du Pakistan, qui jugeait Davis dans sa prison sous très haute sécurité, allait l'inculper de double meurtre.

Ce jugement est susceptible, d'un côté, de normaliser les relations très tendues depuis le début de l'affaire entre Washington --qui réclamait l'immunité diplomatique pour son ressortissant-- et Islamabad, son allié-clé dans sa "guerre contre le terrorisme".

Mais, de l'autre côté, il risque d'enflammer la rue dans un pays où l'opinion publique est très majoritairement anti-américaine et dont une frange importante exigeait que l'"espion américain" soit jugé, voire pendu.

Le 27 janvier, en plein jour à Lahore (est), Raymond Davis avait tué de plusieurs balles, dont certaines dans le dos, deux jeunes Pakistanais à moto dont il assure qu'ils s'apprêtaient à le détrousser.

Les enquêteurs ont conclu qu'il avait commis "deux meurtres de sang froid" en atteignant les deux hommes de chacun cinq balles, dont plusieurs dans le dos.

Les Etats-Unis --le président Barack Obama en personne-- avaient assuré qu'il travaillait pour leur ambassade et disposait d'un passeport diplomatique qui lui assurait l'immunité, mais le gouvernement pakistanais, sous la pression de manifestations de rue quasi-quotidiennes, n'a jamais clairement confirmé ou démenti.

Différentes juridictions ont multiplié depuis fin janvier les atermoiements, ajournant sans cesse les audiences en invoquant le fait que le gouvernement pakistanais --pris entre les pressions de Washington intenses et des manifestations de rues très hostiles à tout arrangement-- tardait à leur prouver que Raymond Davis disposait réellement d'un passeport et d'un visa diplomatiques.

Les Etats-Unis, principaux bailleurs de fonds du Pakistan, considèrent que les principaux cadres d'Al-Qaïda se cachent dans ce pays et entraînent leurs kamikazes dans les camps des talibans pakistanais, dans les zones tribales du nord-ouest, qui servent également de bases aux talibans afghans.

Première publication : 16/03/2011

  • PAKISTAN

    L'immunité d'un diplomate américain accusé de meurtres embarrasse la justice

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)