Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Quelles conséquences à la dégradation de la note britannique ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

LafargeHolcim va enquêter sur son usine en Syrie

En savoir plus

Asie - pacifique

Le dalaï-lama persiste et signe

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/03/2011

Malgré les requêtes du Parlement tibétain, le dalaï-lama a indiqué qu'il ne reviendrait pas sur sa décision d'abandonner son rôle de chef du gouvernement en exil.

AFP - Le dalaï lama a rejeté jeudi les appels du parlement tibétain lui demandant de reconsidérer sa décision d'abandonner ses fonctions politiques au sein du mouvement tibétain.

Interrogé sur un éventuel changement de position, le prix Nobel de la paix a déclaré lors d'un entretien avec des journalistes: "Non (je ne vais pas reconsidérer (ma décision). J'y ai pensé pendant de nombreuses années (...), ma décision est la meilleure pour le long terme".

Le dalaï lama, 75 ans, a annoncé la semaine dernière son intention de renoncer à son rôle politique de chef du mouvement des Tibétains en exil, essentiellement symbolique, et de transmettre ses responsabilités officielles à un nouveau Premier ministre aux pouvoirs élargis.

Pour acter son retrait politique, un amendement à la constitution doit être voté mais lors d'un débat historique au parlement tibétain en exil mardi, la majorité de l'assemblée composée de 47 membres s'est opposée à cette décision, estimant que leur lutte en serait fragilisée.

Plusieurs membres ont suggéré un référendum destiné aux 200.000 membres de la communauté en exil, tandis que d'autres ont recommandé une voie moyenne où le dalaï lama resterait le dirigeant politique avec une assemblée assumant de plus grandes responsabilités.

Même s'il quitte ses responsabilités politiques, le dalaï lama a assuré qu'il resterait "pleinement engagé dans la lutte pour la justice des Tibétains".

"Chaque Tibétain a une responsabilité", a-t-il assuré devant un petit groupe de journalistes à sa résidence de Dharamsala, dans le nord de l'Inde, où il trouva refuge après sa fuite de Chine en 1959.

Abhorré par Pékin qui voit en lui un dangereux séparatiste, le moine à l'éternelle tunique safran assure défendre une stratégie conciliante face à la Chine, une "voie moyenne" qui prône une simple "autonomie culturelle".

Dans une lettre lue lundi aux parlementaires, le dalaï lama a mis en garde contre un report de la décision de l'assemblée, estimant que cela pourrait poser à l'avenir "un défi écrasant" pour l'avenir de leur mouvement.

"Si nous devons encore rester en exil pendant plusieurs décennies, il y aura inévitablement un moment où je ne serai plus capable d'assurer la gouvernance", a-t-il prévenu dans sa lettre.

Première publication : 17/03/2011

  • TIBET

    Le dalaï-lama va officialiser sa retraite politique dès la semaine prochaine

    En savoir plus

  • FRANCE 24 - Baromètre d'opinions "World Leaders"

    Baromètre d'opinions "World Leaders": 6ème vague

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le dalaï-lama pris à parti dans le jeu sino-américain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)