Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

Sports

Kevin Rolland : "Tignes n’a rien à envier aux Américains !"

Texte par Cassandre TOUSSAINT

Dernière modification : 17/03/2011

Le Français Kevin Rolland a remporté mercredi la médaille d’or du Superpipe de ski freestyle pour la quatrième fois d’affilée. Une consécration pour cet athlète chevronné, toujours en quête de perfection et de reconnaissance. Rencontre.

FRANCE 24  : Kévin Rolland, depuis deux ans, vous avez remporté toutes les compétitions majeures en Superpipe (X-Games Aspen et Tignes en 2010 et 2011, Dew Tour 2011). Quels sont désormais vos objectifs et comment faites-vous pour rester motivé ?

Kevin Rolland : La concurrence est de plus en plus rude et le niveau des meilleurs se resserre. Je vais donc tout faire pour rester au top, car rien n’est jamais acquis. Je continue toujours à chercher de nouvelles figures, à innover dans la construction de mes "runs" (passages, NDLR).

A Tignes, j’ai fait mon premier run classique pour assurer. Ensuite, j’ai tenté de nouvelles figures pour les tester en compétition. Je n’ai pas tout réussi, mais je vais travailler dur cet été pour présenter des nouveautés la saison prochaine. Il y a un gros travail de préparation et de technique. Même quand je ne skie pas, j’y pense tout le temps, j’imagine sans cesse de nouvelles figures.

Pour leur deuxième édition, les Winter X-Games Europe organisés à Tignes (Savoie) sont bien partis pour être une réussite. Pensez-vous qu’un jour Tignes égalera la version américaine des X-Games à Aspen ?

K.R. : Bien sûr ! Déjà, en terme de public, on dépasse Aspen (67 000 personnes à Tignes l’an passé, NDLR). A Tignes, on n’a pas grand chose à leur envier. Le public est friand de ce genre de spectacle et on sent bien qu’ici, il nous soutient à fond. Du coup c’est plus difficile à vivre pour les Américains, qui n’en ont pas l’habitude car à Aspen, c’est l’inverse qui se produit !

A titre personnel, depuis que les X-Games sont en France, j’ai bien senti le changement. Les médias s’intéressent à nous, notamment Xavier Bertoni et moi. On nous reconnaît parfois dans la rue et on nous considère maintenant comme des vrais sportifs, plus comme des jeunes fous.

Que peuvent vous apporter les Jeux olympiques, qui pourraient intégrer le ski halfpipe à Sotchi en 2014 ?

K.R. : Ce ne serait que du bonus ! Une preuve encore que l’on nous prend au sérieux, que l’on prend notre sport au sérieux. Si notre discipline devient olympique, de nombreuses portes s’ouvriront. En terme de médiatisation, de sponsors, d’infrastructures, on aura davantage de légitimité. On peut s’entraîner à Tignes, dans le Superpipe des X-Games, presqu'à la maison (Kevin Rolland est originaire de la Plagne, ndlr) dans de très bonnes conditions. On a également monté un groupe d’entraînement, le Freeski Project, pour mettre en commun toutes les compétences avec quatre skieurs et toute une équipe autour. On veut profiter au maximum de cette vague porteuse.


 

Première publication : 17/03/2011

  • SPORTS D'HIVER

    Les Winter X-Games Europe, le show-sport par excellence

    En savoir plus

  • SPORTS D'HIVER

    Les X-Games sont-ils compatibles avec les Jeux olympiques ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)