Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"En arrivant à Auschwitz, les Soviétiques ont trouvé un immense cimetière"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Colombie : le président convaincu "que les Farc veulent la paix"

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 1)

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile prête à faire face au "Snowmaggedon"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La victoire de Syriza fait rêver l'extrême gauche et le Front national

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quelle marge de manœuvre pour Tsipras ?

En savoir plus

FRANCE

Les propos de Claude Guéant sur l'immigration divisent la classe politique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/03/2011

Pour le ministre de l'Intérieur, "les Français à force d'immigration incontrôlée ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux". Une déclaration qui indigne la gauche, divise la droite et... amuse le Front national.

AFP - La petite phrase de Claude Guéant expliquant que les Français "ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux" du fait d'une "immigration incontrôlée", a indigné Martine Aubry, amusé Marine Le Pen,  "terrifié" le PCF, et partagé la droite entre critique et approbation.
              
"Les Français à force d'immigration incontrôlée ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux", ou "de voir des pratiques qui s'imposent à eux et qui ne correspondent pas aux règles de notre vie sociale", a déclaré le ministre de l'Intérieur, à la veille des cantonales.
              
"Nos compatriotes veulent choisir leur mode de vie, ils ne veulent pas qu'on (le) leur impose", a-t-il insisté.
              
Le fondateur du FN Jean-Marie Le Pen a aussitôt évoqué la tentation de la récupération politique en raillant: "c'est gros comme un câble!".
              
Pour sa fille Marine Le Pen, Claude Guéant a été "touché par la grâce".
              
Au PS, la première secrétaire Martine Aubry a jugé que tenir les propos de M. Guéant "à trois jours du premier tour" des cantonales et "nous faire pleurer des larmes de crocodile en disant que le FN augmente, c'est vraiment se moquer des valeurs de la République".
              
Et la maire de Lille, en campagne à Clichy-sous-Bois, d'ajouter: "nous sommes fiers d'être français! Ici, on est en Seine-Saint-Denis. La France que nous aimons, c'est celle-là!".
              
"C'est quand l'Etat n'est plus dirigé par des républicains que +les Français ne se sentent plus chez eux+", a lancé le numéro deux du PS, Harlem Désir.
              
Au PCF, la petite phrase du ministre devenu "un rabatteur de voix" pour le FN a été jugée "terrifiante".
              
"Cynisme venimeux", s'est exclamée la secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, Cécile Duflot.
              
"Insupportable!", s'est indigné Jean-Pierre Grand, député membre de l'UMP et proche de Dominique de Villepin. "Insupportable et surtout suicidaire", a-t-il enchaîné. Pour lui, les propos de M. Guéant valent "appel à voter FN, parce que les électeurs préfèrent l'original à la copie".
              
A l'UMP, les attaques de l'opposition ont déclenché une riposte immédiate. "Claude Guéant a tenu un langage de vérité, et relayé ce que les Français nous expriment dans nos villes, nos villages", a dit le député Eric Ciotti.
              
Sa collègue Valérie Rosso-Debord a déclaré ne pas être "dupe de cette connivence entre la gauche et le FN". "Finalement, les silences du PS font les affaires du FN et les outrances du FN font les affaires du PS".
              
Interrogé sur le plateau du 20H00 de France 2, François Fillon a lui affirmé ne pas s'attacher "aux tournures de phrases", et a évoqué la question de l'immigration clandestine.
              
Celle-ci "empêche l'intégration" et "exaspère nos concitoyens", a-t-il dit, qualifiant de "ferme" la politique du gouvernement en la matière.
              
Enfin, sous couvert de l'anonymat, un ténor centriste a pour sa part reconnu que M. Guéant n'avait "fait que reprendre la rhétorique habituelle de la droite traditionnelle et conservatrice qui fait une partie de l'électorat UMP".

 

Première publication : 18/03/2011

  • FRANCE

    Marine Le Pen en croisade anti-immigration sur l'île italienne de Lampedusa

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le rapport qui tord le cou aux idées reçues sur l'immigration

    En savoir plus

  • FRANCE

    Comment la droite lie insécurité et immigration : revue de déclarations en images

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)