Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

  • Nemmouche inculpé pour “assassinat dans un contexte terroriste”

    En savoir plus

Afrique

Gbagbo prêt au "dialogue" si les pro-Ouattara "déposent les armes"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/03/2011

Pour son premier discours officiel depuis le sommet de l'Union africaine qui avait confirmé l'élection d'Alassane Ouattara, le président sortant Laurent Gbagbo a appelé l'opposition à désarmer. Elle a d'ores et déjà refusé.

AFP - Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo s'est dit prêt vendredi à un "dialogue" avec son rival Alassane Ouattara et a appelé les combattants du camp adverse à "déposer les armes", au moment où l'intensification des violences fait craindre une guerre civile.

Depuis mi-février, les affrontements se multiplient à Abidjan entre insurgés pro-Ouattara et Forces de défense et de sécurité (FDS) fidèles à M. Gbagbo, menaçant le régime en place jusqu'aux abords du Plateau, le quartier du palais présidentiel.

L'ONU enquête sur les Droits de l'Homme en Côte d'Ivoire

Les civils sont les premières victimes, et l'ONU a accusé les forces du camp Gbagbo d'avoir tué jeudi de 25 à 30 d'entre eux, évoquant un possible "crime contre l'humanité".

Réagissant pour la première fois officiellement au sommet de l'Union africaine du 10 mars à Addis Abeba, qui avait confirmé l'élection de M. Ouattara comme président ivoirien lors du scrutin de novembre 2010, M. Gbagbo a dit "prendre acte des cadres de discussion proposés" par l'UA.

Il "attend le Haut représentant mandaté par l'institution pour envisager le schéma de dialogue interivoirien, seul gage de sortie pacifique de la crise, seul moyen pour préserver la sécurité des citoyens", indique le communiqué lu par le porte-parole du gouvernement, Ahoua Don Mello, sur la télévision d'Etat.

L'UA, dont la position avait été catégoriquement rejetée par le camp Gbagbo, avait décidé de réunir d'ici au 24 mars des négociations entre les parties ivoiriennes pour appliquer ses propositions, notamment un gouvernement d'union nationale incluant des partisans de M. Gbagbo.

Selon une source diplomatique à Abidjan, on ne savait pas pour l'heure "qui sera et quand sera nommé" le Haut représentant annoncé par l'UA à Abidjan.

M. Gbagbo, qui doit s'adresser "bientôt" à la Nation, a par ailleurs appelé "les rebelles", terme dont il désigne les combattants du camp Ouattara, à "déposer les armes, à cesser les violences".

Sollicité par l'AFP, le camp Ouattara n'avait pas réagi dans l'immédiat.

Un pays, deux présidents
L'escalade des violences avait été marquée jeudi, selon l'ONU, par la mort de 25 à 30 personnes tuées dans le quartier d'Abobo (nord), fief électoral de M. Ouattara et base des insurgés, par "les forces armées du camp" Gbagbo.

Ce massacre pourrait constituer un "crime contre l'humanité", a indiqué un porte-parole du Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme. La France a dénoncé un "massacre délibéré de civils".

Mais le gouvernement Gbagbo a dénoncé un "complot". "Il y a une synergie entre l'ONU, la France, les rebelles contre la Côte d'Ivoire", a déclaré à l'AFP le porte-parole Ahoua Don Mello.

Le quartier d'Abobo avait été de nouveau la cible dans la nuit de jeudi à vendredi de tirs à l'arme lourde, ont rapporté à l'AFP plusieurs habitants.

"Vers minuit (locale et GMT), on a entendu des tirs d'arme lourde. On s'est mis sous le lit, à même le sol, de peur d'être tués", a raconté une habitante. Aucun bilan n'était immédiatement disponible.

Laurent Gbagbo a marqué un point à l'extérieur, la cour de justice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) ayant donné l'ordre vendredi aux 15 Etats membres de s'abstenir de l'usage de la force en Côte d'Ivoire, dans une décision provisoire en attendant un jugement sur le fond.

Des Ivoiriens fuient vers le Libéria
La décision n'a cependant pas d'implication immédiate, la Cédéao semblant avoir écarté un éventuel usage de la force pour déloger M. Gbagbo.

Le Nigeria, dont le chef d'Etat Goodluck Jonathan est le président en exercice de la Cédéao, avait souligné en février que toute action militaire de ce genre devait être placée "sous l'égide de l'ONU".

M. Jonathan a été accusé par M. Gbagbo d'apporter une "assistance militaire" au camp Ouattara en "convoyant près de 500 mercenaires sur Bouaké" (centre), fief de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) alliée à son rival.

Le président ivoirien sortant a averti qu'il "n'hésitera pas à user de son droit légitime de défense" en cas d'"atrocités" contre des Ivoiriens.

Première publication : 18/03/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Les Ivoiriens otages des combats qui se déplacent vers l'Ouest

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Human Rights Watch accuse les forces pro-Gbagbo de crimes contre l'humanité

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Ouattara appelle Gbagbo à saisir la "dernière chance" de paix offerte par l'UA

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)