Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Amnesty dénonce les violences faites aux femmes en Égypte

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : la loi anti-djihad de Cazeneuve

En savoir plus

FOCUS

L'essor d'un bouddhisme radical

En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Maintenant, fais tes prières" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

  • Vidéo : à Tel-Aviv, les habitants vivent dans la peur des tirs de roquettes

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

Afrique

Gbagbo prêt au "dialogue" si les pro-Ouattara "déposent les armes"

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/03/2011

Pour son premier discours officiel depuis le sommet de l'Union africaine qui avait confirmé l'élection d'Alassane Ouattara, le président sortant Laurent Gbagbo a appelé l'opposition à désarmer. Elle a d'ores et déjà refusé.

AFP - Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo s'est dit prêt vendredi à un "dialogue" avec son rival Alassane Ouattara et a appelé les combattants du camp adverse à "déposer les armes", au moment où l'intensification des violences fait craindre une guerre civile.

Depuis mi-février, les affrontements se multiplient à Abidjan entre insurgés pro-Ouattara et Forces de défense et de sécurité (FDS) fidèles à M. Gbagbo, menaçant le régime en place jusqu'aux abords du Plateau, le quartier du palais présidentiel.

L'ONU enquête sur les Droits de l'Homme en Côte d'Ivoire

Les civils sont les premières victimes, et l'ONU a accusé les forces du camp Gbagbo d'avoir tué jeudi de 25 à 30 d'entre eux, évoquant un possible "crime contre l'humanité".

Réagissant pour la première fois officiellement au sommet de l'Union africaine du 10 mars à Addis Abeba, qui avait confirmé l'élection de M. Ouattara comme président ivoirien lors du scrutin de novembre 2010, M. Gbagbo a dit "prendre acte des cadres de discussion proposés" par l'UA.

Il "attend le Haut représentant mandaté par l'institution pour envisager le schéma de dialogue interivoirien, seul gage de sortie pacifique de la crise, seul moyen pour préserver la sécurité des citoyens", indique le communiqué lu par le porte-parole du gouvernement, Ahoua Don Mello, sur la télévision d'Etat.

L'UA, dont la position avait été catégoriquement rejetée par le camp Gbagbo, avait décidé de réunir d'ici au 24 mars des négociations entre les parties ivoiriennes pour appliquer ses propositions, notamment un gouvernement d'union nationale incluant des partisans de M. Gbagbo.

Selon une source diplomatique à Abidjan, on ne savait pas pour l'heure "qui sera et quand sera nommé" le Haut représentant annoncé par l'UA à Abidjan.

M. Gbagbo, qui doit s'adresser "bientôt" à la Nation, a par ailleurs appelé "les rebelles", terme dont il désigne les combattants du camp Ouattara, à "déposer les armes, à cesser les violences".

Sollicité par l'AFP, le camp Ouattara n'avait pas réagi dans l'immédiat.

Un pays, deux présidents
L'escalade des violences avait été marquée jeudi, selon l'ONU, par la mort de 25 à 30 personnes tuées dans le quartier d'Abobo (nord), fief électoral de M. Ouattara et base des insurgés, par "les forces armées du camp" Gbagbo.

Ce massacre pourrait constituer un "crime contre l'humanité", a indiqué un porte-parole du Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme. La France a dénoncé un "massacre délibéré de civils".

Mais le gouvernement Gbagbo a dénoncé un "complot". "Il y a une synergie entre l'ONU, la France, les rebelles contre la Côte d'Ivoire", a déclaré à l'AFP le porte-parole Ahoua Don Mello.

Le quartier d'Abobo avait été de nouveau la cible dans la nuit de jeudi à vendredi de tirs à l'arme lourde, ont rapporté à l'AFP plusieurs habitants.

"Vers minuit (locale et GMT), on a entendu des tirs d'arme lourde. On s'est mis sous le lit, à même le sol, de peur d'être tués", a raconté une habitante. Aucun bilan n'était immédiatement disponible.

Laurent Gbagbo a marqué un point à l'extérieur, la cour de justice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) ayant donné l'ordre vendredi aux 15 Etats membres de s'abstenir de l'usage de la force en Côte d'Ivoire, dans une décision provisoire en attendant un jugement sur le fond.

Des Ivoiriens fuient vers le Libéria
La décision n'a cependant pas d'implication immédiate, la Cédéao semblant avoir écarté un éventuel usage de la force pour déloger M. Gbagbo.

Le Nigeria, dont le chef d'Etat Goodluck Jonathan est le président en exercice de la Cédéao, avait souligné en février que toute action militaire de ce genre devait être placée "sous l'égide de l'ONU".

M. Jonathan a été accusé par M. Gbagbo d'apporter une "assistance militaire" au camp Ouattara en "convoyant près de 500 mercenaires sur Bouaké" (centre), fief de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) alliée à son rival.

Le président ivoirien sortant a averti qu'il "n'hésitera pas à user de son droit légitime de défense" en cas d'"atrocités" contre des Ivoiriens.

Première publication : 18/03/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Les Ivoiriens otages des combats qui se déplacent vers l'Ouest

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Human Rights Watch accuse les forces pro-Gbagbo de crimes contre l'humanité

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Ouattara appelle Gbagbo à saisir la "dernière chance" de paix offerte par l'UA

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)