Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

Sommet décisif à Paris pour donner suite au vote de l'ONU

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/03/2011

La France a convoqué ce samedi un sommet international à Paris. La coalition doit décider s'il y a lieu de déclencher des frappes aériennes contre le régime du colonel Kadhafi qui, de son côté, prétend observer un cessez-le-feu.

AFP - Après le succès diplomatique remporté par la France et la Grande-Bretagne à l'ONU avec une résolution autorisant le recours à la force contre les troupes de Mouammar Kadhafi, les Occidentaux ont doublé la mise avec une mise en demeure sous peine de représailles militaires.

"Une mise en scène pour le reste du monde"

Dans un communiqué diffusé par la présidence française, Paris, Londres, Washington et des pays arabes ont demandé au dirigeant libyen la fin "immédiate" de "toutes les attaques" contre la population libyenne. "Un cessez-le-feu doit être mis en oeuvre immédiatement, c'est-à-dire que toutes les attaques contre les civils doivent prendre fin", précise le texte qui réclame aussi aux troupes libyennes de se retirer des villes d'Adjdabiyah, Misratah et Zawiyah.

"Ceci n'est pas négociable", souligne le communiqué.

Annoncé jeudi soir comme imminent, le recours à la force semble devoir laisser se dérouler encore une séquence diplomatique avec la tenue samedi en milieu de journée d'un sommet international réunissant à Paris notamment l'Union européenne, la Ligue arabe, l'Union africaine, l'ONU et les Etats-Unis.

Cette réunion internationale vise à afficher une position unie face à Kadhafi et évaluer ses premières réactions après l'adoption de la résolution 1973 de l'ONU prévoyant une protection des civils libyens par tous moyens.

Déroulement d'une opération militaire en Libye
A défaut de gestes significatifs du dirigeant libyen, l'option militaire pourrait être engagée même si un grand flou entourait vendredi, semble-t-il à dessein, les préparatifs militaires de la France et de ses alliés. Interrogé à la mi-journée pour savoir qui dirigerait la future coalition et où serait son quartier-général, le ministère français des Affaires étrangères n'a pas répondu.

Paris ne veut pas que ce rôle dirigeant soit confié à l'Otan même si cette dernière a annoncé accélérer la réalisation de plans.

Le président américain Barack Obama a annoncé que des forces américaines participeraient à l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye, sans préciser le nombre d'avions de chasse engagés.

Le premier résultat de l'"engagement fort de la diplomatie française", selon les termes du Quai d'Orsay, en faveur de l'adoption d'une résolution à l'ONU s'est traduit par l'annonce par la Libye de la fin de ses opérations militaires et d'un cessez-le-feu. Ces annonces ont laissé les Occidentaux circonspects.

La réussite revendiquée par la France n'est pas totale, plusieurs pays ou entités - pays émergents, membres de l'Union européenne - restant très en retrait face à la perspective d'actes de guerre contre la Libye.

Si aucun veto n'a été opposé à la résolution de l'ONU, votée dans la nuit de jeudi à vendredi à New York, cinq pays importants se sont abstenus, dont la Chine, la Russie et l'Allemagne, pourtant le plus proche allié de Paris en Europe.

Les pro-Kadhafi toujours sur la Place verte
Un sommet européen récent et une réunion ministérielle cette semaine du G8 avaient déjà montré d'importantes réticences à l'égard de l'option militaire, en particulier de la part de Berlin.

La France et la Grande-Bretagne ont arraché l'accord à l'ONU en grande partie grâce à un soutien de pays arabes.

La résolution 1973 se veut d'abord une réponse à un appel de la Ligue arabe à l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne. Elle y ajoute cependant le recours possible à "toutes les mesures nécessaires" pour protéger les populations civiles libyennes, c'est-à-dire à des bombardements.

Le Qatar a annoncé sa participation à une coalition internationale contre le colonel Kadhafi, les Emirats arabes unis pourraient faire de même.

Première publication : 18/03/2011

  • LIVEBLOGGING

    Revivez les évènements du 18 mars en Libye minute par minute

    En savoir plus

  • LIBYE

    À l’ONU, la diplomatie française face à l’équation libyenne

    En savoir plus

  • ANALYSE

    Et l'ONU ressuscita le droit d'ingérence...

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)