Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Afrique

Benghazi bombardée malgré le cessez-le-feu annoncé par le régime du colonel Kadhafi

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/03/2011

Malgré le cessez-le-feu décrété par Tripoli, Benghazi, fief des opposants au régime de Mouammar Kadhafi, a été bombardée la nuit dernière et samedi matin. Un avion de combat a été abattu au dessus de la ville.

AFP - Des bombardements intensifs ont secoué samedi matin le sud-ouest de Benghazi, fief de la rébellion dans l'est de la Libye, et un avion de combat a été abattu au-dessus de la ville, ont constaté des journalistes de l'AFP.

La Libye a affirmé que "les gangs d'Al-Qaïda attaquent des unités des forces armées stationnées à l'ouest de Benghazi", a rapporté l'agence officielle Jana.

[Les forces de Kadhafi] sont entrées dans Benghazi par l'ouest. Où sont les puissances occidentales ? Elles disaient qu'elles pourraient lancer des frappes aériennes en quelques heures.

Khalid al Sayeh, porte-parole militaire des opposants au régime

"Ces bandes terroristes ont utilisé des hélicoptères et un avion de chasse pour bombarder le regroupement des forces armées, en violation flagrante de la zone d'exclusion aérienne imposée par le Conseil de sécurité", ajoute Jana, citant des sources du ministère de la Défense.

Une série de quatre explosions rapprochées ont été entendues depuis le centre de la ville. Plusieurs colonnes de fumée noire s'élevaient au-dessus de la zone, qui pourrait être une zone d'habitations. Des incendies se déclaraient dans les parties bombardées.

Après deux heures de bombardements, une accalmie a suivi, et de nombreux pick-up chargés d'insurgés revenaient de la zone bombardée.

Un avion militaire, vraisemblablement un MiG-23, qui survolait depuis quelques minutes la ville, est tout à coup apparu dans le ciel, l'arrière droit de l'appareil en feu. Le pilote a réussi à s'éjecter avant que l'appareil ne tombe en vrille sur une zone d'habitation du sud de Benghazi et ne s'écrase provoquant une explosion suivie d'une fumée noire.

Il n'était pas immédiatement possible de déterminer comment l'avion a été abattu, mais sa chute a été accueillie par des tirs de joie dans Benghazi.

Selon des journalistes de l'AFP, il s'agissait d'un MiG-23. Selon le centre de recherche IISS (International Institute for strategic studies), l'armée du colonel Mouammar Kadhafi dispose de plusieurs MiG-23, un avion à géométrie variable d'attaque au sol.

Cet appareil avait survolé à basse altitude à 08H40 (06H40 GMT) la ville avant une nouvelle série d'explosions puissantes.

Des explosions ont rythmé toute la nuit, sans que l'on puisse déterminer s'il s'agissait de bombardements ou de tirs de batteries anti-aériennes.

Des explosions à 07H20 (05H20 GMT) avaient touché le sud-ouest de Benghazi, à plusieurs kilomètres du centre-ville.

Vingt minutes plus tard, un raid aérien a provoqué une nouvelle colonne de fumée noire au-dessus de la ville, et vers 08H15 (06H15 GMT), une série très rapprochée d'explosions plus au sud a formé au moins six colonnes de fumée.

Le régime de Tripoli a accusé dans la nuit de vendredi à samedi les insurgés de violer le cessez-le-feu en s'attaquant à des forces loyales au régime dans la région d'Al-Magrun, à environ 80 km au sud de Benghazi.

"Des milices armées ont commencé il y a quelques minutes à tirer (sur les forces libyennes) dans la ville d'Al-Magrun", a déploré le vice-ministre des Affaires étrangères Khaled Kaaim. "Le bombardement continue".

"L'armée n'entreprend aucune action contre eux, parce que nous ne voulons pas violer le cessez-le-feu" annoncé vendredi par Tripoli pour se conformer à une résolution de l'ONU votée la veille, a-t-il affirmé.

Le régime libyen, sous la menace de frappes aériennes après une résolution de l'ONU, a annoncé vendredi un cessez-le-feu, accusant les insurgés de le violer, alors que Washington affirmait que Tripoli ne respectait pas la trêve.

Première publication : 19/03/2011

  • LIBYE

    Sommet décisif à Paris pour donner suite au vote de l'ONU

    En savoir plus

  • LIBYE

    À l’ONU, la diplomatie française face à l’équation libyenne

    En savoir plus

  • LIBYE

    Ces nations qui ont préféré s'abstenir lors du vote à l'ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)