Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Une enquête sur les dessous de la guerre économique et de l’hyper concurrence. Un samedi sur deux, à 14h15.

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Dernière modification : 21/03/2011

Nationalisations : le syndrome Chavez

En 2010, le président vénézuélien Hugo Chavez a nationalisé plus de 250 entreprises sous prétexte qu’elles ne respectaient pas son modèle économique. Le journal de l’Intelligence Economique d’Ali Laïdi a enquêté sur cette politique de nationalisation qui menace les entreprises vénézuéliennes et internationales.

Energie, banque, agro-alimentaire ou grande distribution … aucun secteur n’échappe à la politique de nationalisation qu’Hugo Chavez mène depuis plusieurs années. En mars 2009, Chavez nationalise une usine du groupe Empresas Polar, un géant de l’alimentaire vénézuélien. En mai, il met la main sur le gazier américain Williams, deux ans seulement après avoir nationalisé les raffineries de la région de l’Orenoque. En février 2010, c’est au tour du géant français de la distribution Casino d’être victime du « syndrome » Chavez. Caracas reproche à sa chaîne de magasins Exito d’augmenter trop brutalement ses prix et menace de s’en prendre à toutes les enseignes du groupe Casino.

Cette « route vers le socialisme » comme entend l’imposer Hugo Chavez laisse peu de marges de manœuvre aux entrepreneurs privés et en particulier étrangers.
Les multinationales sont pourtant nombreuses à convoiter le marché vénézuélien. « Les Chinois sont très présent et sont devenus le deuxième partenaire et fournisseur du Venezuela » analyse ainsi Stéphane Witkowski, conseiller au commerce extérieur de la France. La France, elle, se place au quatrième rang des investisseurs.

« Pour s’implanter au Venezuela il est nécessaire de montrer une volonté d’investissement social », estime quant à lui Pascal Drouhaud, spécialiste des relations internationales à l’Institut Choiseul. Autrement dit les entreprises doivent prendre le relais de l’Etat dans de nombreux domaines : de la construction de logement sociaux à l’encadrement de la population, en passant par la formation de cadres pour l’économie du futur et le transfert de technologies.

Pour Jacques Sapir, directeur d’Etudes à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, la situation vénézuélienne est pourtant loin d’être un cas isolé : « La responsabilité sociale des entreprises, tout comme la formation et le transfert de technologie, est importante dans de nombreux pays en transition. C’est notamment le cas de la Russie ou de l’Ukraine ».

« C’est un système qui tend à se développer parce qu’aujourd'hui les gouvernements se méfient de l'accumulation d'une dette publique trop importante », poursuit l’économiste. Imposer un cahier des charges aux entreprises, « c'est une manière de prélever un impôt sans le dire, une manière de limiter le budget public ».

Et cette politique qui pousse les entreprises à s’investir dans le domaine social semble porter ses fruits : le taux de pauvreté au Venezuela aurait chuté de moitié dans les dernières années, estime l’ONU.

Pour les experts interviewés dans le « Journal de l’intelligence économique », il est donc possible de faire des affaires au Venezuela. « Après tout, le secteur public au Venezuela représente aujourd'hui 30% : ça veut dire qu'il y a quand même 70% qui est fait par le secteur privé », estime Jacques Sapir.

Pour Pascal Drouhaud : « il y a des possibilités de faire des affaires au Venezuela, à partir du moment où l’entreprise respecte le système. Après tout elle n'est pas là pour transformer le système politique dans le pays où elle travaille ».

Par Victoire MEYNIAL

COMMENTAIRE(S)

Les archives

06/12/2014 Banque mondiale

Ressources naturelles : haro sur l'Afrique !

Après la carte au trésor de l'écricain Robert Stevenson, voici celle de la Banque mondiale. Surnommée "La Carte à 1 milliard", elle doit permettre de recenser toutes les...

En savoir plus

22/11/2014 États-Unis

THF : des ordinateurs peuvent-ils provoquer une crise financière ?

THF, cela signifie Trading haute fréquence. Mais pour certains le THF est aussi synonyme de danger pour la finance internationale.

En savoir plus

24/11/2014 guerre

Société militaire privée : le business de la guerre

Moins le monde est sûr, plus leur business est florissant ! Les sociétés militaires privées soutiennent certaines missions de police et de sécurité dans les zones les plus...

En savoir plus

08/11/2014 Agriculture

Lentilles : des règles européennes indigestes!

La situation de la lentille française est ubuesque. Alors que les producteurs français peinent à obtenir plus de souplesse dans l’utilisation des produits phytosanitaires, afin...

En savoir plus

18/10/2014 France

Start-up, la tentation de l'étranger

Avec la mondialisation, à quoi sert la nationalité des entreprises ? Plus à grand-chose vous diront les créateurs de start-up qui se fichent souvent de la couleur de l'argent....

En savoir plus