Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Theresa May est du côté obscure de l'Europe"

En savoir plus

FOCUS

Crise migratoire en Europe : la formation des garde-côtes libyens est-elle suffisante?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rachida Brakni, combattante culturelle

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Irak : dans le piège de Mossoul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Paris et l'Île-de-France ont perdu 1,5 million de touristes en 2016

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Après le PSG, la magie de Monaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen au Liban : en quête de stature internationale

En savoir plus

Afrique

Mohamed El-Baradei essuie des jets de pierre devant un bureau de vote

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/03/2011

Candidat probable à la prochaine présidentielle et partisan d'un rejet de la réforme constitutionnelle qui fait l'objet d'un référendum ce samedi, l'ancien patron de l'AIEA a été caillassé a son arrivée dans un bureau de vote de l'est du Caire.

AFP - Quelques centaines d'habitants d'un quartier défavorisé du Caire, pour la plupart des islamistes, ont jeté des pierres samedi sur l'opposant Mohamed ElBaradei devant un bureau de vote où il comptait voter pour le référendum constitutionnel, selon des journalistes de l'AFP.

M. ElBaradei a été atteint par au moins une pierre dans le dos et par des jets d'eau et a rapidement quitté les lieux en voiture.

Son frère Ali a assuré à l'AFP qu'il n'avait pas été blessé.

M. ElBaradei, qui arrivait de l'aéroport après une courte visite en Inde, s'est présenté dans l'après-midi devant un bureau de vote dans une école du Moqattam, dans l'est du Caire, où il comptait voter comme les centaines de personnes qui attendaient pour mettre leur bulletin dans l'urne.

Monde arabe : les raisons de la révolte
Cliquez ici pour voir la carte interactive



Entouré par de nombreux journalistes et une poignée de partisans, l'ancien directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a tenté d'avancer vers le bureau de vote, mais des habitants ont commencé à crier "On ne veut pas de toi!".

Plusieurs d'entre eux ont jeté des chaussures et de l'eau dans sa direction. Lorsqu'il a rebroussé chemin, entre 200 et 300 personnes ont commencé à courir derrière lui en jetant des pierres.

"Il vit aux Etats-Unis et veut nous gouverner, c'est hors de question", a lancé une habitante du quartier, furieuse.

"C'est un agent des Américains, la guerre en Irak c'est à cause de lui", a lancé une autre. Cette accusation est fréquemment lancée contre M. ElBaradei depuis qu'il a fait l'objet d'une virulente campagne de dénigrement de la part des médias gouvernementaux à son retour en Egypte l'an dernier.

Diplomate de carrière, M. ElBaradei, prix Nobel de la Paix en 2005, a dirigé l'AIEA, basée à Vienne, avant de se lancer dans des activités politiques en Egypte.

M. ElBaradei est partisan d'un rejet de la révision constitutionnelle soumise à référendum samedi, estimant qu'elle ne suffit pas pour assurer une transition démocratique en Egypte après la chute du président Hosni Moubarak le 11 février.

Il a fait savoir récemment qu'il serait candidat à la présidence égyptienne si des réformes garantissant la démocratisation du système étaient adoptées.

M. ElBaradei était de retour d'un voyage en Inde où il a participé vendredi à un congrès.

C'est dans le quartier du Moqattam que des affrontements entre chrétiens et musulmans ont fait au moins 13 morts il y a dix jours, après le rassemblement d'un millier de Coptes (chrétiens d'Egypte) qui protestaient contre l'incendie d'une église au sud du Caire dans des violences confessionnelles.

Première publication : 19/03/2011

  • ÉGYPTE

    L'opposition demeure sceptique à l'égard du projet de réforme constitutionnelle

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Mohamed el-Baradei compte se présenter à l'élection présidentielle

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le régime peine à contenir une flambée de violence place Tahrir

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)