Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

Afrique

Aqmi demande 90 millions d'euros pour la libération des otages français au Sahel

©

Vidéo par Serge Daniel

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/03/2011

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui retient quatre Français en otage au Sahel depuis le mois de septembre 2010, réclame "au moins 90 millions d'euros" pour leur libération. La France a d'ores et déjà rejeté la demande de rançon.

AFP - Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) réclame "au moins 90 millions d'euros" pour la libération de quatre Français enlevés en septembre 2010 au Niger et toujours otages, une demande aussitôt rejetée par la France.

La zone d'influence d'Al-Qaïda au Maghreb islamique

"Les ravisseurs réclament au moins 90 millions d'euros (plus de 59 milliards de FCFA) pour la libération des quatre otages français toujours détenus. Ils réclament aussi la libération de prisonniers d'Aqmi arrêtés dans plusieurs pays dont la France", a déclaré à l'AFP une source nigérienne proche de la médiation rencontrée par l'AFP à Gao, dans le nord du Mali.

"Je peux vous dire que tout le monde est mobilisé pour obtenir la libération des otages", a-t-elle insisté.

Interrogée par l'AFP pour savoir si elle allait à une rencontre avec les médiateurs ou en revenait, la source n'a pas souhaité répondre.

D'autres sources proches de la médiation, dans laquelle sont impliqués des Maliens et des Nigériens, ont aussi évoqué une demande de rançon et de libération de détenus d'Aqmi en contrepartie de la remise en liberté des otages français. Ces membres d'Aqmi seraient en prison "en France et dans des pays du Sahel", selon ces sources, qui n'ont pas fourni plus de détails.

Le chef de la diplomatie française Alain Juppé a rejeté la demande de rançon. "Nous ne négocions pas sur ces bases", a-t-il déclaré à la presse, en marge d'une réunion avec ses homologues européens à Bruxelles.

"On s'attend à de longues et difficiles négociations. Mais il y a de l'espoir", a commenté à l'AFP une des sources maliennes proches de la médiation.

Les quatre Français font partie d'un groupe de sept personnes enlevées le 16 septembre 2010 à Arlit, un site d'extraction d'uranium dans le nord du Niger où opère le groupe nucléaire français Areva. Il s'agissait d'un cadre d'Areva et de son épouse -tous deux Français- ainsi que de cinq employés d'un sous-traitant d'Areva: trois Français, un Togolais et un Malgache.

Aqmi qui avait revendiqué l'enlèvement des sept otages cinq jours après le kidnapping, avait demandé le 18 novembre à la France de négocier leur sort directement avec Oussama ben Laden.

Ce dernier a réclamé à deux reprises le retrait de la France d'Afghanistan en échange de la libération des otages, exigence rejetée par le gouvernement français.

Le 24 février, l'épouse du cadre d'Areva, le Togolais et le Malgache ont été relâchés près du point de jonction des frontières de l'Algérie, du Mali et du Niger, théâtre d'opération d'Aqmi. De source proche de la médiation, une rançon avait été payée pour obtenir la libération de ces trois personnes.

Les quatre Français qui demeurent otages sont tous des hommes: Daniel Larribe, cadre du groupe Areva et époux de Françoise Larribe, Thierry Dol, Pierre Legrand et Marc Ferret.

Le 4 mars, la présidente du groupe Areva, Anne Lauvergeon, avait affirmé avoir "bon espoir" de les faire revenir "le plus vite possible" en France.

 

Première publication : 21/03/2011

  • FRANCE

    Les trois ex-otages d'Aqmi reçus à l'Élysée

    En savoir plus

  • NIGER

    Trois des sept otages enlevés par Aqmi au mois de septembre ont été libérés

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Les sept otages enlevés par Aqmi ne seraient plus au Mali

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)