Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Interview exclusive : Marzouki met en garde les Tunisiens contre la "tentation extrémiste"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Essebsi : "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean-Christophe Moreau, co-auteur de "Islamophobie : la contre-enquête"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Charlotte Gainsbourg : "Je n'aurais pas pu être autre chose qu’actrice"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Hollande à Florange : un retour sous tension

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

Afrique

Des milliers de jeunes Ivoiriens s'enrôlent dans l'armée

Vidéo par Caroline DUMAY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/03/2011

Des milliers d'hommes ont répondu à l’appel de Charles Blé Goudé, chef des jeunes patriotes pro-Gbagbo, les invitant à s’enrôler dans l’armée pour "défendre la souveraineté de la Côte d’Ivoire", laissant craindre une escalade de la violence.

Venus pour s’enrôler, des milliers de jeunes pro-Gbagbo se sont massés devant l’état-major de l’armée ivoirienne à Abidjan ce lundi, dès les premières lueurs de l’aube. Samedi, le chef des jeunes patriotes et ministre de la Jeunesse du gouvernement de Laurent Gbagbo les avait appelés à "libérer la Côte d’Ivoire"

"Je veux une kalachnikov pour défendre mon pays", lance Cyprien, un mécanicien d’Abidjan rencontré par le journaliste de l’AFP. "Je suis prêt à mourir pour mon pays et chasser ces rebelles", renchérit Théodore, cordonnier. 

Débat : La Côte d'Ivoire au bord de la guerre civile ?

S’engager dans l’armée signifie également la promesse d’une solde pour les nombreux jeunes sans ressources de la capitale ivoirienne.

"Certains jeunes sont arrivés dès 4 heures du matin, raconte Caroline Dumay, l’envoyée spéciale de FRANCE 24 en Côte d’Ivoire. Ils patientent en se rasant la tête pour pouvoir être intégrés dans l’armée. Ils sont venus si nombreux que l’état-major n’a pas assez de place pour les accueillir". 

Accompagné de Charles Blé Goudé, le chef d’état-major Philippe Mangou a salué "l’engagement et la détermination" des milliers de volontaires qui se sont déplacés devant le quartier général de l’armée "pour défendre la souveraineté de la Côte d’Ivoire". 

Escalade de la violence 

"Armer ces jeunes est suicidaire, c’est les conduire à l’abattoir", a pour sa part répondu le camp d’Alassane Ouattara par la voix d’Anne Ouloto, porte-parole du président élu et reconnu par la communauté internationale. L’appel à ces jeunes "désœuvrés et désarmés" est "la preuve que l’armée a lâché, que l’armée se désolidarise des actes de barbarie" de Laurent Gbagbo, a poursuivi celle-ci, faisant allusion à la mort d’une trentaine de civils, jeudi dernier, dans le quartier pro-Ouattara d’Abobo à la suite de bombardements attribués par l’ONU aux FDS. 

Un pays, deux présidents

Pour Drissa Traoré, président du Mouvement ivoirien des droits humains (MIDH), l’appel de Charles Blé Goudé peut en effet "laisser penser qu’il y a un problème dans l’armée. Les FDS n’ont peut-être pas suffisamment d’hommes ou certains soldats refusent peut-être de combattre", suggère-t-il. 

Celui-ci craint en outre que cette initiative conduise à transformer l’armée régulière ivoirienne en milice. "Le risque est d’assister à une multiplication des massacres de civils", poursuit-il. "Nous sommes surpris que ce soit Charles Blé Goudé qui appelle l’armée à recruter. C’est en effet à la hiérarchie militaire de procéder au recrutement selon des critères précis. Là, la voie régulière n’existe plus", explique encore Drissa Traoré. 

L’enrôlement de jeunes partisans de Laurent Gbagbo dans l’armée intervient alors que, sur le terrain, les FDS éprouvent des difficultés croissantes à contenir les coups de boutoirs de son adversaire. Bloléquin, une cinquième ville de l’ouest du pays, est ainsi tombée aux mains de l’ex-rébellion des Forces nouvelles, qui soutient Alassane Ouattara, ce lundi, tandis que, à Abidjan, le "commando invisible", qui se cantonnait jusqu’à présent à harceler les FDS à Abobo, n’hésite plus à porter le combat dans les quartiers du sud de la capitale ivoirienne.

Depuis le début de la crise post-électorale, les affrontements entre les partisans de Laurent Gbagbo et d’Alassane Ouattara ont déjà fait quelque 440 morts, selon l’ONU, et contraint des dizaines de milliers d’Ivoiriens à quitter le pays. 

L'ONU enquête sur les Droits de l'Homme en Côte d'Ivoire

Première publication : 21/03/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Les armes lourdes des forces pro-Gbagbo inquiètent l'ONU

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Gbagbo prêt au "dialogue" si les pro-Ouattara "déposent les armes"

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Human Rights Watch accuse les forces pro-Gbagbo de crimes contre l'humanité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)