Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

"Il y a une vaste gamme de droites radicales en Europe"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’abstention est une forme de rejet du système"

En savoir plus

DÉBAT

Le Yémen dans le chaos : vers une guerre régionale ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Le Yémen dans le chaos : vers une guerre régionale ? (Partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'intervention militaire au Yémen bouscule les cours du pétrole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash de la Germanwings : "le copilote voulait en finir"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Agriculture : faire face à l'élevage intensif

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Elections américaines : quels candidats pour 2016 ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : quels scénarios pour le second tour ?

En savoir plus

Moyen-orient

Au moins 15 morts à Deraa, Bachar al-Assad limoge le gouverneur de la ville

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/03/2011

Les forces de l'ordre ont une nouvelle fois ouvert le feu sur des manifestants ce mercredi à Deraa (sud). Selon des militants des droits de l'Homme, on dénombre au moins 15 morts. Le président Bachar al-Assad a limogé le gouverneur de la ville.

AFP - Au moins 15 personnes ont été tuées mercredi à Deraa, noyau de la contestation contre le pouvoir en Syrie qui a débordé dans des villes voisines malgré un déploiement massif de l'armée et des forces anti-émeutes, selon des militants des droits de l'Homme.
              

Les autorités ont imputé les heurts à un "gang armé", l'accusant d'avoir tué quatre personnes et "d'emmagasiner des armes dans la mosquée" al-Omari à Deraa, une ville tribale à 120 km au sud de Damas en proie à des protestations sans précédent depuis le 18 mars.
              
Elles ont néanmoins limogé le gouverneur de Deraa, Fayçal Khaltoum, l'une des mesures exigées par les manifestants qui défient l'état d'urgence en vigueur dans le pays depuis 1963.
              
Les protestations violemment réprimées ont fait au total 21 morts, plus de cent blessés et des dizaines d'arrestations dans un pays gouverné d'une main de fer depuis 40 ans par le régime baassiste où la moindre velléité démocratique est immédiatement matée.
              
Les Etats-Unis se sont déclarés "alarmés" par "la violence et les arrestations arbitraires", alors que le chef de l'ONU Ban Ki-moon a condamné la violence contre "des manifestants pacifiques".
              
Le président Bachar al-Assad, arrivé au pouvoir en 2000 après le décès de son père, n'est pas intervenu publiquement depuis le début des manifestations lancées le 15 mars à Damas.
              
Les nouveaux heurts à Deraa ont éclaté avant l'aube. Neuf manifestants, dont deux femmes, un enfant et un médecin, ont été tués et des dizaines blessés près de la mosquée al-Omari, devenue le point de ralliement des protestataires, selon des militants des droits de l'Homme.
              
"Les forces de l'ordre ont tiré à balles réelles et lancé des gaz lacrymogènes sur les manifestants", a affirmé l'un d'eux.
              
Plus tard, six personnes, dont une fillette de 11 ans atteinte d'une balle perdue, ont été tuées lors de funérailles des victimes des violences nocturnes, a indiqué un autre militant.
              
"Des balles réelles ont été tirées alors que les parents des victimes ainsi que des manifestants revenaient de l'enterrement", a-t-il dit.
              
Parallèlement, des échanges de tirs ont eu lieu entre forces de sécurité et protestataires autour de la mosquée al-Omari, selon un journaliste de l'AFP qui a vu deux morts transportés à l'hôpital. L'un était touché d'une balle à la tête et l'autre avait le corps ensanglanté. Les circonstances exactes de leur décès n'étaient cependant pas connues.
              
Les autorités ont dénoncé "des parties étrangères qui continuent de propager des mensonges sur Deraa" et affirmé que des messages SMS, envoyés pour la plupart d'Israël, appellent les Syriens à provoquer des troubles.
              
En fin d'après-midi, les rues étaient désertes et la plupart des boutiques fermées à Deraa, encerclée par l'armée et les forces anti-émeutes.
              
Toutes les entrées de la ville ont été bloquées et les véhicules autorisés à y entrer devaient passer deux barrages tenus par des membres des services de renseignements armés habillés en civil.
              
Mais les protestations ont touché les villes voisines. Des habitants de Dahel, à 25 km plus au nord, ont fait état de victimes lors de manifestations contre le régime, alors que plus de 2.000 personnes ont défilé dans la ville proche de Kharra selon un militant.
              
Il n'était pas possible de confirmer ces informations.
              
Un mouvement de contestation sans précédent a débuté le 15 mars en Syrie à la suite d'un appel via une page Facebook intitulée "la révolution syrienne contre Bachar al-Assad 2011", à des manifestations pour "une Syrie sans tyrannie, sans loi d'urgence ni tribunaux d'exception".
              
De petites manifestations ont été dispersées depuis le 15 mars dans la capitale, puis le mouvement s'est étendu au Sud.
              
Les inégalités se sont accentuées en Syrie, la pauvreté touchant 14% des 22 millions de Syriens. Le taux de chômage, qui frappe particulièrement les jeunes, est évalué par des experts à 22%.

 

Première publication : 23/03/2011

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Daraa sera-t-elle la seule région contestataire de Syrie ?

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les forces de l'ordre ont ouvert le feu sur des manifestants à Deraa

    En savoir plus

  • SYRIE

    La contestation prend de l'ampleur dans le sud du pays

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)