Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

Economie

Le plan d'austérité susceptible de faire tomber le gouvernement Socrates

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/03/2011

Le Premier ministre portugais, le socialiste José Socrates, joue gros mercredi devant le Parlement, où les députés doivent se prononcer sur un plan d'austérité. En cas de vote contraire, le gouvernement pourrait démissionner.

AFP - L'opposition portugaise, majoritaire au Parlement, devrait confirmer mercredi son rejet du nouveau programme d'austérité du Premier ministre socialiste José Socrates, le poussant à la démission au risque de précipiter un appel à l'aide financière internationale.

"Jour J: Socrates démissionne", le titre revient mercredi à la une de plusieurs journaux, unanimes à anticiper la chute du gouvernement minoritaire, à la veille du sommet de Bruxelles qui doit parachever la réponse européenne à la crise de la dette dont le Portugal pourrait être, après la Grèce et l'Irlande, la prochaine victime.

Le débat sur le nouveau "programme de stabilité et croissance" (PEC) proposé par le gouvernement doit débuter à 15H00 (locales et GMT), le vote étant prévu à partir de 18H00.

Le texte en lui-même, dont la version finale doit être remise fin avril à Bruxelles, n'a pas à être approuvé par le Parlement.

Il fera toutefois l'objet de plusieurs "résolutions", déposées par toute l'opposition, qui dénonce ce quatrième plan d'austérité en moins d'un an et surtout la méthode du gouvernement, qui s'est engagé auprès des institutions européennes, sans aucune concertation interne préalable.

Mardi soir, le Parti social-démocrate (PSD, centre droit), principale force d'opposition, a appelé à voter contre le PEC "au nom de l'intérêt national" jugeant que seul un départ du Premier ministre et l'élection d'un nouveau gouvernement permettrait au Portugal de récupérer sa "crédibilité" et la "confiance" de ses partenaires européens comme des marchés financiers.

En cas de rejet, M. Socrates, qui ne peut compter que sur l'appui de 97 députés socialistes sur 230, a annoncé qu'il démissionnerait, non sans promettre d'être candidat aux élections anticipées qui pourraient être fixées fin mai ou début juin.

Selon les scénarios privilégiés par les commentateurs, le chef du gouvernement pourrait remettre sa démission dès mercredi au président de centre droit Anibal Cavaco Silva qu'il doit rencontrer à 19H00, ou préférer attendre la fin du sommet européen vendredi.

En tout état de cause, deux semaines après avoir été applaudi à Bruxelles pour un programme censé lui éviter l'humiliation d'un sauvetage financier tout en contribuant à la stabilisation de la zone euro, M. Socrates devrait se présenter jeudi les mains vides devant ses pairs.

Lisbonne pourrait alors être mis sous pression pour faire finalement appel à une aide extérieure afin de garantir le remboursement de quelque 9 milliards d'euros de dette due d'ici au 15 juin.

Selon les analystes, les marchés ont déjà "largement anticipé la chute du gouvernement". Les agences de notation Fitch et Moody's ont toutefois insisté sur le fait que des élections anticipées n'aggraveraient pas la "perception du risque" d'insolvabilité du Portugal, à condition que le futur gouvernement respecte les engagements pris en matière de rééquilibrage des comptes publics et de réformes.

Ces derniers jours, Pedro Passos Coelho, leader du PSD et futur Premier ministre pressenti, a multiplié les gages à cet égard. Se disant prêt à "collaborer avec le FMI et l'UE" dans le cadre d'un programme d'aide, il s'est "solennellement" engagé à réduire les déficits comme prévu et à accélérer les réformes structurelles qu'il réclame depuis des mois.

Pour y parvenir, il s'est dit favorable à la mise en place d'un "gouvernement de majorité élargie", seul à même, selon lui, d'imposer aux Portugais de nouveaux "sacrifices" alors que la récession, prévue cette année, devrait aggraver le chômage, qu'un tiers de la population active est réduite aux contrats précaires et que les coupes dans les aides sociales ont déjà jeté des dizaines de milliers de personnes dans la misère.

Première publication : 23/03/2011

  • ZONE EURO

    Le Portugal juge "prématurée" la sanction de l'agence Moody's

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Le Portugal adopte un plan d'austérité pour déjouer le scénario irlandais

    En savoir plus

  • SOCIAL

    Le Portugal se prépare à vivre sa "plus grande grève de toujours"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)