Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris d'ici dimanche

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

Moyen-orient

Le bilan de la répression des manifestations de Deraa s'alourdit

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/03/2011

Un responsable de l'hôpital de la ville de Deraa, où les manifestations contre le régime de Bachar el-Assad ont été violemment réprimées, a précisé à l'agence Reuters que 37 cadavres avaient été transférés dans son établissement.

REUTERS - Des milliers de manifestants ont défilé jeudi à Deraa, foyer de contestation dans le sud de la Syrie où des violences entre forces de l'ordre et jeunes contestataires ont, selon un responsable de l'hôpital local, fait 37 morts mercredi.

À Damas, Bousaïna Chaabane, conseillère du président Bachar al Assad, a promis que les revendications des protestataires seraient prises en compte.

"Les revendications de la population de Deraa sont en cours d'examen (...) Elles sont justifiées. Des décisions très importantes à tous les niveaux seront prises dans la période qui vient", a-t-elle dit à la presse.

À Deraa, ville proche de la frontière avec la Jordanie, les forces de l'ordre ont ouvert le feu mercredi sur des centaines de jeunes gens qui marchaient au cri de "Liberté". Les troubles y auraient fait au moins 44 morts depuis vendredi.

Le bilan des affrontements de mercredi pourrait être plus élevé encore. On parle de dizaines de corps transférés vers l'hôpital Tafas, à la sortie de la ville, mais l'information est invérifiable.

"Les habitants sont hystériques, ils ignorent si leurs fils sont morts ou vivants. Nul ne sait encore combien de personnes ont été tuées, il pourrait y en avoir des dizaines", confie un habitant.

"Le sang des martyrs"

Jeudi, 20.000 personnes au moins se sont rassemblées dans le cimetière Sud de la ville pour les funérailles de plusieurs manifestants tués la veille, selon des témoins.

Le cortège s'est mué en manifestation politique. "Le sang des martyrs ne sera pas versé en vain", ont-ils scandé.

Si la présence de la police secrète et de la police spéciale, en uniforme noir, était plus visible que depuis le début des troubles, vendredi dernier, l'armée était en retrait.

Mais d'après des témoins, plusieurs centaines de soldats armés de fusils automatiques AK-47 ont fait leur apparition, patrouillant sous la pluie dans les rues de la ville, et des dizaines étaient en faction aux principaux carrefours pour empêcher les rassemblements publics.

Des voyageurs croisés à proximité de la ville disent avoir vu mercredi soir des convois militaires qui auraient transporté jusqu'à 2.000 soldats vers Deraa.

La ville, située à une centaine de km au sud de Damas, a longtemps été un fief du parti Baas au pouvoir depuis le coup d'Etat de 1963. Nombre de ses cadres viennent de cette région.

Mais elle est devenue ces derniers jours le foyer le plus actif du mouvement de contestation du régime du président Bachar el Assad, qui a imputé les troubles à des "éléments extérieurs" et à des "bandes armées".

Mur de la peur

Réfugiés à Beyrouth, les opposants syriens amplifient le cyberactivisme

À Damas comme en province, le mur de la peur qui empêchait toute contestation semble également se fissurer. Des affiches autres que celles, omniprésentes, à la gloire du président Assad et des "réalisations historiques" du parti Baas, ont fait leur apparition. Elle réclament toutes la "Liberté".

Le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, a réclamé une "enquête transparente" sur les violences de mercredi. A Paris, le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a de nouveau exhorté la Syrie à engager des réformes politiques. "Nous l'appelons à cesser la répression, écouter la voix du dialogue et des changements démocratiques", a-t-il dit à la presse.

Son homologue britannique, William Hague, a quant à lui invité Damas à respecter le droit de son peuple à manifester pacifiquement. Guido Westerwelle, chef de la diplomatie allemande, a exigé la fin immédiate des violences.

L'histoire de la Syrie moderne est parcourue de répressions. sanglantes. En 1982, Hafez el Assad, père de Bachar, avait envoyé la troupe contre les Frères musulmans dans la ville de Hama, où 20.000 personnes avaient été tuées, selon le bilan établi par un mouvement de défense des droits de l'homme.

Une réponse d'une telle brutalité semble cependant peu probable aujourd'hui, alors que la Syrie est frappée à son tour par le mouvement d'émancipation parti de Tunisie et d'Egypte.

A Deraa, ville majoritairement sunnite, des manifestants, ont scandé des slogans hostiles à l'alliance nouée par le gouvernement avec l'Iran chiite. Et brisé un des tabous du pays: critiquer la politique étrangère de Damas.

"Les honorables Syriens ne font pas confiance à l'Iran ou au Hezbollah (libanais)", ont lancé des habitants de Deraa mercredi lors des funérailles de deux des leurs tués la nuit précédente près de la mosquée Omari, dans la vieille ville.

Dans un communiqué officiel, les autorités accusent des "parties étrangères" de répandre des mensonges sur la situation à Deraa et imputent les violences à des "bandes armées".

Première publication : 24/03/2011

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Daraa sera-t-elle la seule région contestataire de Syrie ?

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les forces de l'ordre ont ouvert le feu sur des manifestants à Deraa

    En savoir plus

  • SYRIE

    La contestation prend de l'ampleur dans le sud du pays

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)