Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Afrique

Nouveaux tirs à l'arme lourde à Abidjan, l'ONU étudie leur interdiction

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/03/2011

De nouveaux tirs à l'arme lourde ont été entendus à Adidjan vendredi. La France et le Nigeria ont annoncé avoir déposé une demande de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU visant à interdire ce type d'armement.

AFP - Des tirs à l'arme lourde ont retenti vendredi à Abidjan, au moment où la France et le Nigeria demandaient aux Nations unies d'interdire ce type d'armement dans la plus grande ville de Côte d'Ivoire et d'exiger le départ du président sortant Laurent Gbagbo.

Le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés a en outre annoncé que des mercenaires venus du Libéria voisin semaient la terreur dans l'ouest de la Côte d'Ivoire, en proie à une grave crise consécutive à l'élection présidentielle du 28 novembre qui a fait 462 morts selon les Nations unies.

Dans le nord d'Abidjan, des tirs à l'arme lourde ont été entendus pendant plusieurs heures près d'un camp de l'armée fidèle à Gbagbo, dans le quartier d'Anyama, ont indiqué à l'AFP plusieurs habitants.

"Nos positions ont été attaquées à l'arme lourde par les rebelles. Nous avons pu les repousser et ils se sont réfugiés dans les villages environnants", a déclaré une source à l'état-major des Forces de défense et de sécurité (FDS, fidèles à M. Gbagbo).

Anyama jouxte le quartier d'Abobo, bastion des insurgés favorables au président ivoirien reconnu par la communauté internationale, Alassane Ouattara. Depuis mi-février, les FDS affrontent les insurgés pro-Ouattara à Abobo et dans d'autres quartiers d'Abidjan où ils ont réussi à s'infiltrer.

La Cédéao appelle à une "intervention militaire" de l'Onuci en "dernier recours"

Ces tirs surviennent alors que la France a annoncé avoir déposé un projet de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU en vue de faire cesser les tirs à l'arme lourde et que le président américain Barack Obama a reconnu Ouattara comme le dirigeant légitime de la Côte d'Ivoire.

"Les élections de l'an dernier ont été libres et justes" a affirmé Obama s'adressant aux Ivoiriens dans un message vidéo.

"Le président Alassane Ouattara est le dirigeant démocratiquement élu de la nation", a-t-il ajouté, avertissant que si Gbagbo et ses partisans continuaient à s'accrocher au pouvoir, cela "mènerait à plus de violence, à plus de civils innocents tués et blessés ainsi qu'à un plus grand isolement diplomatique et économique".

"C'est un scandale qu'on tire à l'arme lourde à Abidjan", a déclaré le président français Nicolas Sarkozy à l'issue d'un sommet européen à Bruxelles. "Il faut au minimum déclarer qu'Abidjan soit interdite aux armes lourdes", a-t-il ajouté.

Le projet de résolution, déposé également par le Nigeria, demande explicitement le départ de Laurent Gbagbo. S'il était voté, ce serait la première fois que le Conseil de sécurité demande formellement le départ du président sortant. Les Quinze se sont jusqu'à présent bornés à reconnaître indirectement Alassane Ouattara.

L'ambassadeur de France auprès de l'ONU, Gérard Araud, a estimé devant la presse qu'Abidjan était "au bord d'une guerre civile" et que "Gbagbo doit partir".

Le projet de résolution prévoit également de s'en prendre aux finances et aux déplacements de Gbagbo et de son épouse Simone ainsi que de trois autres hauts responsables, notamment pour "incitation à la haine et à la violence".

Jusqu'à un million de personnes pourraient être déplacées en Côte d'Ivoire, a estimé à Genève le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR). Or leur fuite vers le Liberia est bloquée par des violences dans l'ouest du pays.

A Abidjan, le porte-parole du HCR, Jacques Franquin, a ainsi révélé que des mercenaires libériens étaient intervenus dans l'ouest du pays où ils "pillent, violent et tuent".

"Nous sommes très inquiets, les populations sont paniquées", a-t-il ajouté, chiffrant à "quelque centaines" ces mercenaires dans la région de Guiglo, devenue "une zone de non-droit": "il n'y a plus de police qui fonctionne, tout le monde fait ce qu'il veut", a-t-il dit.

Première publication : 26/03/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'ONU va enquêter sur les violences commises dans le pays

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'Onuci est-elle à la hauteur des enjeux de la crise ivoirienne ?

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    La Cédéao mise sur une mission renforcée de l'ONU pour résoudre la crise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)