Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Afrique

Ouattara rejette le médiateur nommé par l'Union africaine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/03/2011

Dénonçant les "relations personnelles" du médiateur de l'Union africaine avec Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara a rejeté la médiation du Capverdien José Brito, nommé pour superviser des discussions entre les deux hommes.

AFP - Les discussions entre parties en conflit en Côte d'Ivoire étaient dans l'impasse dimanche, après le rejet par Alassane Ouattara du haut représentant nommé par l'Union africaine, alors que son rival Laurent Gbagbo mobilisait des milliers de partisans à Abidjan.

Le conseil de sécurité de l'ONU doit de son côté examiner dans les prochains jours un projet de résolution, déposé par la France et le Nigeria, visant à interdire l'utilisation d'armes lourdes à Abidjan, au bord de la guerre civile, et demandant explicitement le départ du pouvoir de M. Gbagbo.

L'Union africaine a nommé samedi l'ex-ministre cap-verdien des Affaires étrangères José Brito comme son haut représentant en Côte d'Ivoire, en vue d'organiser des négociations pour résoudre une crise post-électorale ayant déjà fait plus de 460 morts, selon l'ONU.

Mais très vite, M. Ouattara, président reconnu par la communauté internationale, a récusé cette nomination et "exprimé sa surprise" quant au choix de M. Brito, "compte tenu de ses relations personnelles et de ses accointances politiques" avec M. Gbagbo.

Le camp Gbagbo s'est par contre logiquement félicité de ce choix: "On accepte, mais maintenant c'est à l'UA de décider", a indiqué dimanche à l'AFP le porte-parole du gouvernement Gbagbo, Ahoua Don Mello.

"Le Cap Vert a toujours fait preuve de neutralité dans le conflit. Et un bon arbitre doit être neutre. C'est donc une bonne proposition. La neutralité du Cap Vert peut permettre de faire avancer les choses, l'autre camp cherche un arbitre qui soit partisan, je comprends un peu son attitude", a-t-il ajouté.

Dès le début de la crise, le Cap Vert avait opté pour une "solution pacifique", écartant l'éventualité d'une intervention militaire régionale.

Sur le terrain, plusieurs milliers de personnes, essentiellement des jeunes, se sont rassemblées à Abidjan, de samedi à la mi-journée jusqu'à dimanche matin, à l'appel de Charles Blé Goudé, chef des "patriotes" pro-Gbagbo, pour apporter leur soutien au président sortant.

"Avant d'attaquer Laurent Gbagbo, vous allez (devoir) égorger tout ce monde-là", a lancé M. Blé Goudé à l'adresse de la communauté internationale, en montrant la foule réunie dans le quartier du Plateau, près du Palais présidentiel.

"Il n'y aura pas de guerre civile", a-t-il martelé, s'en prenant au président français Nicolas Sarkozy mais aussi au président américain Barack Obama, à l'ONU et à la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

Pour le porte-parole du gouvernement Gbagbo, "le plus important, c'est de montrer que le peuple est d'accord avec le président Gbagbo et qu'il est déterminé, même avec les mains nues, à résister à n'importe quel char, à n'importe quelle force".

Concernant le projet d'interdiction des armes lourdes à Abidjan, notamment utilisées par le camp Gbagbo et qui font de nombreuses victimes au sein des civils, il a répondu: "une armée, c'est une armée. On ne peut pas avoir une armée sans arme, une armée a besoin d'armes".

Le 22 mars, la mission de l'ONU en Côte d'Ivoire (Onuci) s'était déclarée "extrêmement préoccupée par l'utilisation croissante d'armes lourdes, dont des mitrailleuses, des lance-roquettes et des mortiers" par le camp Gbagbo contre des civils.

Selon elle, le camp Gbagbo dispose notamment d'hélicoptères d'attaque MI-24 et des lance-roquettes multiples BM-21.

"On se demande quelles sont les possibilités de mettre en oeuvre (ce projet de résolution), a conclu M. Don Mello. Nous avons une armée, nous avons un peuple. Vous ne pouvez pas exterminer au moins 50% de la population, il faut tenir compte des forces populaires en présence".

 

Première publication : 27/03/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    À Abidjan, des milliers d'Ivoiriens manifestent leur soutien à Laurent Gbagbo

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Nouveaux tirs à l'arme lourde à Abidjan, l'ONU étudie leur interdiction

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'Onuci est-elle à la hauteur des enjeux de la crise ivoirienne ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)