Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'ancien bourreau khmer rouge "Douch" se présente comme un "simple secrétaire"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/03/2011

Pour le premier jour de son procès en appel, l'ex-chef de la prison S21 de Phnom Penh a admis avoir supervisé l'exécution de 15 000 personnes entre 1975 et 1979. Tout en assurant n'avoir été qu'un "simple secrétaire" du régime de Pol Pot.

AFP - Il a admis avoir supervisé la torture et l'exécution de 15.000 personnes, mais "Douch", le bourreau khmer rouge, a été présenté lundi par ses avocats comme un "simple secrétaire" du régime de Pol Pot, lors du premier jour de son procès en appel à Phnom Penh.

L'ex-chef de S21, la prison de la capitale entre 1975-1979, condamné à 30 ans de détention en juillet 2010 après des aveux complets, Kaing Guek Eav, alias Douch, s'est présenté devant la cour suprême du tribunal parrainé par les Nations unies avec pour objectif une libération pure et simple.

Ses avocats estiment qu'il n'appartient ni aux cadres supérieurs du régime, sous lequel un quart de la population cambodgienne a disparu dans les années 1970, ni aux plus hauts responsables des crimes perpétrés.

La cour n'étant habilitée à juger que ces deux catégories d'accusés, il se considère hors de sa compétence.

"C'est une question purement légale. Je donne autorité à mes conseils pour agir en mon nom", a-t-il brièvement déclaré aux juges avant de retourner s'asseoir.

"Douch n'était qu'un secrétaire qui n'avait pas d'autorité réelle pour prendre des décisions ou faire quoi que ce soit en contradiction avec la direction ou les ordres fixés par les échelons supérieurs", a résumé Me Kar Savuth, l'un de ses deux avocats.

L'ex-professeur de mathématiques, poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, n'avait atteint "qu'un rang très bas" au sein de l'appareil, a-t-il poursuivi.

"Douch n'était qu'un outil utilisé par ces gens et doit en conséquence tomber hors de la juridiction de la cour (...). S'il existe le moindre doute, l'accusé doit être jugé non coupable".

Le premier cadre du régime de Pol Pot à être jugé par la juridiction avait largement coopéré et demandé pardon aux victimes en première instance.

Mais après des aveux circonstanciés, quelques larmes et d'insoutenables récits sur les atrocités qu'il avait dirigées, il avait coupé le souffle aux victimes, à la cour et à son avocat français François Roux, en demandant la liberté. Depuis, il s'est privé des services de Me Roux.

Au cours des trois ou quatre jours d'audience en appel, l'accusation tentera d'obtenir la perpétuité contre celui qui, si le premier verdict est confirmé, sera libérable dans moins de 19 ans.

"C'est un moment risqué pour la défense d'utiliser ce genre d'arguments, qui auraient dû être présentés avant le procès", a relevé Clair (bien: Clair) Duffy, une analyste de l'organisation Open Society Justice Initiative.

"Tout le monde a été surpris quand Douch est passé de l'admission de ses responsabilités et l'expression de remords, à la demande de libération", a-t-elle ajouté. "La question est de savoir si cela va se révéler efficace en appel".

Le verdict n'est pas attendu avant juin. Et le temps sera long pour les rares survivants de S21. "La peine de Douch est tellement faible que je ne peux l'accepter", a expliqué Bou Meng à l'AFP. "Je veux qu'il reste en prison toute sa vie.

Environ deux millions de personnes sont mortes sous la torture, d'épuisement ou de malnutrition dans la mise en oeuvre de l'utopie marxiste délirante et abjecte des Khmers rouges, avant qu'ils ne soient renversés par les Vietnamiens.

"Le frère numéro 1", Pol Pot, est décédé en 1998 sans avoir été inquiété.

Dans quelques mois, doit débuter le procès de quatre hauts dirigeants du régime, dont le "frère numéro deux" et idéologue Nuon Chea. Aucun d'entre eux, à l'inverse de Douch, n'a l'intention de plaider coupable.

Première publication : 28/03/2011

  • CAMBODGE

    Trois dirigeants khmers rouges demandent leur libération

    En savoir plus

  • CAMBODGE

    L'ex-Khmer rouge "Douch" fait appel de sa condamnation à 30 ans de prison

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)