Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Tamir Rice, 12 ans, abattu pour avoir joué avec son pistolet factice"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande est-il Vert ?"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Nouvelle affaire d'enlèvement au Mexique : la mère d'une victime témoigne

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la communauté noire appelée au boycott du "Black Friday"

En savoir plus

FOCUS

Massacre de Thiaroye : une histoire toujours controversée, 70 ans après

En savoir plus

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de la francophonie : la langue française a-t-elle encore un avenir ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

Afrique

La Turquie et la France s'écharpent sur le dossier libyen

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/03/2011

Après avoir farouchement condamné la résolution de l’ONU autorisant une intervention militaire au pays de Kadhafi, Ankara entend s'imposer comme un acteur-clé dans le règlement de la crise libyenne. Au détriment de Paris...

L’Otan a accepté dimanche de prendre en main toutes les opérations militaires en Libye, au terme d’une semaine d’âpres négociations entre les membres de la coalition et la Turquie initialement opposée à toute ingérence étrangère dans le pays de Mouammar Kadhafi.

Lors des discussions, la France et la Turquie se sont notamment opposées sur la question du contrôle politique des opérations. Paris souhaitait que les membres de la coalition, dont elle fait partie, gardent la main sur les décisions politiques tandis que l’Otan assurerait la coordination militaire des opérations aériennes. Ankara voulait, pour sa part, utiliser son droit de veto à l’Otan, pour limiter les opérations alliées contre les infrastructures libyennes et éviter des victimes civiles.

"Paris exaspère Ankara"

Pour nombre d'observateurs, les réticences de la Turquie sont en partie liées aux relations pour le moins complexes qu'elle entretient avec la France, qui s’oppose à son adhésion à l’Union européenne (UE). Acteur diplomatique de plus en plus actif dans le monde arabe, le seul pays musulman membre de l’Otan a vu d’un mauvais œil que Paris, fer de lance des frappes aériennes sur le territoire libyen, s’impose en première ligne dans la crise libyenne.

"Le fait que la France se mette en avant sur le dossier libyen a le don d’exaspérer la Turquie", explique Didier Billion, spécialiste de la Turquie à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). "Le gouvernement turc était hostile à une intervention militaire sur le sol libyen. Mais maintenant que le processus est engagé, il préfère le voir pris en main par l’Otan plutôt que par une coalition conduite par la France".

Ces dernières semaines, les relations entre les deux pays se sont tendues. Fin février, le président français, Nicolas Sarkozy, avait été accueilli fraîchement à Ankara par le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, qui estimait que la visite éclair du locataire de l'Élysée n’était "pas à la hauteur de l’amitié franco-turque". Le 19 mars, la France a achevé de vexer la Turquie en "omettant" de l’inviter au sommet international sur la Libye organisé à Paris au lendemain du vote de la résolution à l’ONU.

"Énorme maladresse" et "erreur stupide"

"Une énorme maladresse, tranche Didier Billion. Sur la forme, c’était impoli ; sur le fond, c’était une erreur stupide. L’exécutif français a tendance à se méfier des Turcs, dont ils n’apprécient pas la montée en puissance et les prises d’initiative dans la région. À mon sens, c’est une position absurde."

Une course au leadership régional dans laquelle Ankara entend pourtant bien s'imposer. Ce mardi, à Londres, la Turquie devrait profiter de la réunion des pays et organisations internationales impliqués dans le dossier libyen pour faire valoir ses arguments. "Nous sommes les seuls à maintenir des contacts avec les deux camps", a affirmé le vice-Premier ministre turc, Cemil Cicek. Profitant de cette position privilégiée, Ankara a d’ores et déjà proposé sa médiation pour éviter que la Libye ne se transforme en un "nouvel Irak ou Afghanistan".
 

Première publication : 28/03/2011

  • LIBYE

    L'insurrection reprend la ville de Brega et poursuit son offensive vers l'ouest

    En savoir plus

  • LIBYE

    Les opérations prendront "des semaines", selon le chef d'état-major des armées

    En savoir plus

  • FRANCE

    Fillon : "Nous ne sommes pas en guerre contre la Libye"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)