Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Afrique

La Turquie et la France s'écharpent sur le dossier libyen

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/03/2011

Après avoir farouchement condamné la résolution de l’ONU autorisant une intervention militaire au pays de Kadhafi, Ankara entend s'imposer comme un acteur-clé dans le règlement de la crise libyenne. Au détriment de Paris...

L’Otan a accepté dimanche de prendre en main toutes les opérations militaires en Libye, au terme d’une semaine d’âpres négociations entre les membres de la coalition et la Turquie initialement opposée à toute ingérence étrangère dans le pays de Mouammar Kadhafi.

Lors des discussions, la France et la Turquie se sont notamment opposées sur la question du contrôle politique des opérations. Paris souhaitait que les membres de la coalition, dont elle fait partie, gardent la main sur les décisions politiques tandis que l’Otan assurerait la coordination militaire des opérations aériennes. Ankara voulait, pour sa part, utiliser son droit de veto à l’Otan, pour limiter les opérations alliées contre les infrastructures libyennes et éviter des victimes civiles.

"Paris exaspère Ankara"

Pour nombre d'observateurs, les réticences de la Turquie sont en partie liées aux relations pour le moins complexes qu'elle entretient avec la France, qui s’oppose à son adhésion à l’Union européenne (UE). Acteur diplomatique de plus en plus actif dans le monde arabe, le seul pays musulman membre de l’Otan a vu d’un mauvais œil que Paris, fer de lance des frappes aériennes sur le territoire libyen, s’impose en première ligne dans la crise libyenne.

"Le fait que la France se mette en avant sur le dossier libyen a le don d’exaspérer la Turquie", explique Didier Billion, spécialiste de la Turquie à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). "Le gouvernement turc était hostile à une intervention militaire sur le sol libyen. Mais maintenant que le processus est engagé, il préfère le voir pris en main par l’Otan plutôt que par une coalition conduite par la France".

Ces dernières semaines, les relations entre les deux pays se sont tendues. Fin février, le président français, Nicolas Sarkozy, avait été accueilli fraîchement à Ankara par le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, qui estimait que la visite éclair du locataire de l'Élysée n’était "pas à la hauteur de l’amitié franco-turque". Le 19 mars, la France a achevé de vexer la Turquie en "omettant" de l’inviter au sommet international sur la Libye organisé à Paris au lendemain du vote de la résolution à l’ONU.

"Énorme maladresse" et "erreur stupide"

"Une énorme maladresse, tranche Didier Billion. Sur la forme, c’était impoli ; sur le fond, c’était une erreur stupide. L’exécutif français a tendance à se méfier des Turcs, dont ils n’apprécient pas la montée en puissance et les prises d’initiative dans la région. À mon sens, c’est une position absurde."

Une course au leadership régional dans laquelle Ankara entend pourtant bien s'imposer. Ce mardi, à Londres, la Turquie devrait profiter de la réunion des pays et organisations internationales impliqués dans le dossier libyen pour faire valoir ses arguments. "Nous sommes les seuls à maintenir des contacts avec les deux camps", a affirmé le vice-Premier ministre turc, Cemil Cicek. Profitant de cette position privilégiée, Ankara a d’ores et déjà proposé sa médiation pour éviter que la Libye ne se transforme en un "nouvel Irak ou Afghanistan".
 

Première publication : 28/03/2011

  • LIBYE

    L'insurrection reprend la ville de Brega et poursuit son offensive vers l'ouest

    En savoir plus

  • LIBYE

    Les opérations prendront "des semaines", selon le chef d'état-major des armées

    En savoir plus

  • FRANCE

    Fillon : "Nous ne sommes pas en guerre contre la Libye"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)