Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Theresa, pas besoin de partir!"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et si le Royaume-Uni restait..."

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Thuram : "Il faut comprendre le mécanisme du racisme pour pouvoir le dépasser"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Inquiétudes sur le projet de loi antiterroriste

En savoir plus

LE DÉBAT

Projet de loi antiterroriste : quel équilibre entre sécurité et libertés individuelles ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Projet de loi antiterroriste : quel équilibre entre sécurité et libertés individuelles ? (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Gouvernement Philippe II : derrière la technique, la politique

En savoir plus

FOCUS

Soudan du Sud : la guerre civile vue de l'intérieur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Puy du Fou, 40 ans de voyage dans le temps

En savoir plus

FRANCE

Après l'échec des cantonales, l'UMP sous tensions

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/03/2011

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a déclaré que "l'heure [était] à l'apaisement" après avoir été recadré par le Premier ministre. La veille, il avait accusé Fillon de "ne pas jouer collectif" dans le débat sur la laïcité.

AFP - Le Premier ministre François Fillon a recadré mardi le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé qui l'a accusé la veille de "ne pas jouer collectif" dans le débat sur la laïcité, mais ce dernier a maintenu ses propos, lors d'une réunion à l'Elysée, a-t-on appris auprès d'un participant.
             
Avant le petit-déjeuner hebdomadaire de la majorité à l'Elysée, le président Nicolas Sarkozy a réuni François Fillon et Jean-François Copé, alors que les deux hommes ont affiché au grand jour leurs désaccords.
             

Jean-François Copé sur Canal +


Lundi soir sur Canal +, M. Copé a reproché à M. Fillon sa "posture" et de "ne pas jouer collectif" à propos du débat laïcité. Une attaque vive et relativement rare entre un chef de parti majoritaire et son Premier ministre, qui a entraîné une réplique tout aussi violente du second, par la voix d'un de ses proches.

Le député filloniste Etienne Pinte a ainsi demandé la démission du secrétaire général de l'UMP.

Etienne Pinte, député UMP


             
Devant les responsables de la majorité, M. Copé a maintenu sur le fond ses propos, en expliquant qu'il avait "exprimé ce qu'il pensait". Toutefois, il a "regretté que ses propos aient paru excessifs", a rapporté à l'AFP un participant.
             
Le chef du gouvernement a pris à son tour la parole pour vilipender le secrétaire général, estimant qu'il "n'était pas possible d'exposer ses différends avec le Premier ministre ainsi à la télévision". "Le parti doit soutenir l'action du gouvernement et le Premier ministre (...), on ne peut pas exposer ses différends comme ça", a-t-il insisté.

 

Première publication : 29/03/2011

  • FRANCE

    Au lendemain des cantonales, l'UMP tente de minimiser sa défaite

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le PS en tête et le FN piétine, à l'issue du second tour des cantonales

    En savoir plus

  • FRANCE

    Petit guide pratique des élections cantonales françaises

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)