Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Afrique

Le camp de Laurent Gbagbo demande un "cessez-le-feu immédiat"

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 30/03/2011

Face à la vaste offensive déclenchée par les partisans d'Alassane Ouattara qui ont pris plusieurs villes de l'est et de l'ouest ivoirien mardi, le camp du président sortant a appelé à l'ouverture d'un dialogue sous la médiation de l'UA.

AFP - Les combattants du président reconnu par la communauté internationale Alassane Ouattara ont rapidement progressé mardi vers le Sud ivoirien, menaçant le régime du chef d'Etat sortant Laurent Gbagbo, qui a demandé un "cessez-le-feu immédiat".

"Nous appelons à un cessez-le-feu immédiat et à l'ouverture du dialogue sous la médiation du haut représentant de l'Union africaine (UA)", a déclaré à l'AFP le porte-parole du gouvernement Gbagbo, Ahoua Don Mello.

"il est très difficile de se prononcer sur cette offre du président Gbagbo"

"Nous avons reçu un courrier de l'UA nous invitant à une négociation dans le cadre de l'UA, du 4 au 6 avril à Addis Abeba. On n'a pas encore répondu mais il n'y a pas de raison de refuser une occasion de dialoguer", a-t-il ajouté

Mais avant même cette demande de fin des hostilités, M. Ouattara et ses alliés ont donné le ton: "toutes les voies pacifiques pour amener Laurent Gbagbo à reconnaître sa défaite (à la présidentielle de novembre) sont épuisées", ont-ils dit dans un communiqué.

C'est la première fois que le camp Ouattara choisit clairement la force pour tenter de clore une crise post-électorale qui a fait plus de 460 morts selon l'ONU, et menace de faire basculer le premier exportateur mondial de cacao dans la guerre civile.

Les combattants pro-Ouattara ont notamment pris le contrôle d'Abengourou, une ville située à seulement 220 km au nord-est d'Abidjan. Cette dernière, capitale économique et coeur du pouvoir du régime Gbagbo, n'a jamais été aussi menacé en quatre mois.

Alors que près d'un million de personnes ont déjà été déplacées et que quelque 112.000 Ivoiriens se sont réfugiés au Liberia, les Nations unies se préparaient à un fort afflux de réfugiés au Ghana.

Au lendemain du lancement de la vaste offensive des Forces républicaines de M. Ouattara, plusieurs grandes villes sont tombées au fil de la journée de mardi sous le contrôle des adversaires de M. Gbagbo, isolé diplomatiquement, de plus en plus asphyxié économiquement et sur la défensive militairement.

Il s'agit de Bondoukou (est), près de la frontière ghanéenne, Abengourou (sud-est), Daloa (centre-ouest) et Duékoué (ouest), important carrefour stratégique menant à San Pedro, le plus important port d'exportation du cacao au monde, situé 300 km plus au sud.

"ça va à une vitesse folle"
C'est à Duékoué que les Forces républicaines, qui regroupent essentiellement l'ex-rébellion pro-Ouattara tenant le Nord depuis son putsch raté de 2002, ont rencontré la plus vive résistance, les combats - à l'arme lourde notamment - ayant duré toute la journée de lundi et plusieurs heures mardi.

Un correspondant de l'AFP a pu voir mardi après-midi des maisons en feu et des impacts d'obus et de balles sur des bâtiments.

Dans les villes tombées, des habitants ont rapporté des scènes de liesse autour des combattants pro-Ouattara qui circulaient à bord de 4X4. "Ils paradent dans la ville en tirant des coups de feu en l'air", a dit un résident de Bondoukou.

Et à Abengourou, il n'ont quasiment pas rencontré de résistance. "J'ai assisté à leur arrivée à la gendarmerie. Il n'y a pas eu d'échanges de tirs. Ils ont demandé où se trouvaient les armes. Et ils ont tout chargé dans le véhicule de type 4X4 de la gendarmerie", a raconté un témoin.

Dans la capitale économique ivoirienne, la situation restait très tendue.

L'Onuci a accusé "des forces loyales" au président sortant d'avoir "tiré sur des civils innocents" lundi dans le quartier de Williamsville, "faisant une dizaine de morts".

En outre, "un groupe de jeunes pro-Gbagbo ont imposé le supplice du pneu à un jeune homme brûlé vif dans le quartier de la Riviera. Un autre groupe a sauvagement agressé deux fonctionnaires de l'Onuci qui vaquaient à leurs occupations", a affirmé la force onusienne.

Le porte-parole du gouvernement Gbagbo a démenti ces informations, estimant qu'il s'agissait d'une "diversion" de l'Onuci.

La voie des armes choisie par le camp Ouattara fait suite à l'échec de tous les efforts diplomatiques tendant à résoudre pacifiquement la crise née du scrutin présidentiel du 28 novembre, qui devait sortir le pays d'une décennie de crise politico-militaire.

Première publication : 29/03/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Les forces pro-Ouattara ouvrent un nouveau front à l'Est

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Ouattara rejette le médiateur nommé par l'Union africaine

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    À Abidjan, des milliers d'Ivoiriens manifestent leur soutien à Laurent Gbagbo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)