Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

Moyen-orient

Le gouvernement remet sa démission au président Bachar al-Assad

Vidéo par Cyrielle ABEHSERA , Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/03/2011

Le gouvernement syrien a remis sa démission au président Bachar al-Assad qui l'a acceptée, a annoncé la télévision publique syrienne. Celle-ci intervient après deux semaines de manifestations hostiles au régime dans le pays.

AFP - Le président syrien Bachar al-Assad, qui a accepté mardi la démission du gouvernement, s'adressera mercredi à la nation pour la première fois depuis le début le 15 mars d'une contestation sans précédent du régime autoritaire en place depuis plus de quatre décennies.

Arrivé au pouvoir en 2000, après avoir succédé à son père qui avait dirigé ce pays d'une main de fer depuis 1970, il devrait annoncer des mesures de libéralisation et un nouveau cabinet, pour les mener à bien.

Le pouvoir, cherchant à montrer que les contestataires ne sont qu'une poignée même s'ils avancent certaines revendications légitimes, a mobilisé des centaines de milliers de ses partisans qui ont manifesté dans le pays.

"Le président s'adressera mercredi dans la matinée à la nation (en prononçant) un discours au Parlement, et à cette occasion il présentera ses projets de réformes", a dit à l'AFP un responsable syrien.

Il devrait annoncer l'abrogation de l'état d'urgence en vigueur depuis 1963, la libéralisation de la presse, l'instauration du pluralisme politique et des mesures anti-corruption. L'état d'urgence avait été imposé après l'arrivée au pouvoir du parti Baas, qui reste jusqu'à nos jours le parti unique en Syrie.

Selon l'"index de la démocratie" établi par l'Economist intelligence unit, la Syrie arrive en 152e position sur 167 et est considérée comme un "régime autoritaire". Et selon Transparency International, ce pays est considéré comme "très corrompu".

Afin d'avoir les mains libres, M. Assad a accepté "la démission du gouvernement Otri (en place depuis 2003) et lui a demandé d'expédier les affaires courantes", selon l'agence officielle Sana.

La Syrie est régie par un système présidentiel et le gouvernement applique les directives du président. La composition du nouveau cabinet devrait être connue d'ici la fin de la semaine.

Le mouvement de contestation, déclenché le 15 mars par des pages Facebook dont l'une intitulée, "Révolution syrienne 2011", exige des réformes politiques, dont la fin de la corruption, l'instauration d'un Etat civil, et plus de libertés.

Cette page a de nouveau appelé à des sit-in vendredi en Syrie à la mémoire des "martyrs" et pour appuyer les revendications en faveur de la démocratie.

Selon des organisations des droits de l'Homme, environ 130 personnes ont été tuées depuis le début du mouvement lors des protestations notamment à Deraa, épicentre de la révolte à 100 km au sud de Damas. Le bilan officiel est d'une trentaine de morts.

Face au mouvement de contestation, le régime a organisé les plus importantes manifestations depuis l'arrivée au pouvoir de Bachar al-Assad.

Forêts de drapeaux syriens, des multitudes de portraits du président, une foule a convergé à pied ou transportée en bus sur la place des Sept Fontaines à Damas face à l'imposant bâtiment de la Banque centrale où a été tendu un immense portrait du chef de l'Etat.

"Dieu, la Syrie, Bachar et c'est tout", "Par notre âme, par notre sang, nous nous sacrifierons pour toi, Bachar", ont scandé les manifestants.

Une pancarte dit "Oui aux réformes, non à la dissension confessionnelle". La Syrie est un pays multiconfessionnel et multiethnique avec les sunnites majoritaires, les alaouites au pouvoir, et des minorités chrétienne et Kurde.

La télévision publique a montré des rassemblements identiques dans les principales villes, à l'exception de Lattaquié, où les autorités avaient demandé de ne pas se rassembler pour des raisons de sécurité après un weekend sanglant.

En revanche, à Deraa, 300 personnes ont manifesté contre le pouvoir en scandant "Révolution, révolution".

Pour les Etats-Unis, Bachar al-Assad est "à la croisée des chemins. Il affirme depuis plus d'une décennie être un réformateur, mais il n'a pas fait de progrès important quant aux réformes politiques".

Première publication : 29/03/2011

  • SYRIE

    La prison est "le prix à payer pour la liberté"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Impatiente, la jeunesse syrienne tente de briser le mur du silence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)