Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Economie

Les banques irlandaises toujours en mal d'argent

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 29/03/2011

Quelques mois après avoir reçu une première aide financière de l’Union européenne, les banques irlandaises risquent de nouveau d’avoir besoin d’argent. Pourquoi ces établissements ne parviennent-ils pas à redresser la barre ?

C’est le grand retour des banques irlandaises. Ce jeudi, Dublin doit publier les résultats des tests de résistance ("stress-tests") auxquels se sont soumis quatre des principaux établissements financiers du pays (Bank of Ireland, Allied Irish Banks, Irish Life & Permanent et Educational Building Society). Des évaluations qui seront scrutées à la loupe par l'Union européenne (UE), qui, en cas de mauvaises notes, pourrait être amenée à débloquer une aide d’urgence.

Encore ? En novembre 2010, l’UE et le Fonds monétaire international (FMI) avait déjà accordé à l'Irlande 85 milliards d’euros de prêts à des taux avantageux, dont 35 milliards d'euros essentiellement destinés aux banques. Mais, à cette époque, Bruxelles n'avait autorisé Dublin à n'en emprunter que 10 milliards dans l'immédiat, le reliquat de 25 milliards d'euros étant censés constituer un matelas de secours. Sans vouloir préjuger des résultats des "stress-tests", la plupart des analystes estiment que l'Irlande risque d'en avoir besoin...

Depuis 2009 pourtant, les institutions financières irlandaises vivent sous perfusion. L’État leur a déjà prêté 45 milliards d’euros, sans compter l’apport européen. Les sommes versées en 2010 représentaient 22 % du produit intérieur brut (PIB) du pays. L’Irlande a même dû nationaliser certaines banques.

Effet boule de neige

Un gouffre financier qui ne finit pas de se creuser. Mais pourquoi les banques ont-elles aujourd’hui encore besoin d’argent ? "Les autorités européennes ont dû agir rapidement à l’époque et ont probablement sous-estimé les besoins réels des banques irlandaises", analyse Céline Antonin, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) de Sciences-Po-Paris.

En réalité, les banques irlandaises sont victimes d'une double peine. La première est liée à un problème structurel persistant. "Avant la crise, ces établissements ont prêté sans compter au secteur de l’immobilier", rappelle Céline Antonin. Durant des années, les banques ont accumulé des créances. À tel point qu’en 2010, le total des actifs, incluant les prêts alloués, de ces banques équivalait à 11 fois le PIB de l’Irlande. Lorsque la bulle immobilière a éclaté, leur trésor de guerre ne valait plus grand-chose étant donné qu’une partie de ces nouveaux propriétaires ne pouvaient plus rembourser. Une addition beaucoup plus salée que prévu pour le secteur bancaire.

À cela s’ajoute la défiance des partenaires qui fait effet boule de neige. "Les Irlandais ne font plus confiance à leur banque et retirent leurs dépôts tandis que les banques étrangères rechignent à commercer avec des institutions financières montrées du doigt", explique à FRANCE 24 Gunther Capelle-Blancard, directeur adjoint du Centre d'études prospectives et d'informations internationales (Cepii). Difficile dans ces conditions de trouver de l’argent frais, sauf à se tourner une nouvelle fois vers Bruxelles.

Première publication : 29/03/2011

  • FINANCE

    Le "deux rapports, deux mesures" de Merrill Lynch en Irlande

    En savoir plus

  • CRISE FINANCIÈRE

    Qui après l'Irlande ?

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Le Portugal a-t-il besoin de 75 milliards d'euros ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)