Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC: "Nous n'excluons pas des mesures de rétorsion contre l'UE" (Léonard She Okitundu)

En savoir plus

LE DÉBAT

One Planet Summit : Sans les Etats-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le Tage est en danger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La "très grande mélancolie" de Lamia Ziadé

En savoir plus

Economie

Le Brésil pourrait soulager le Portugal de certaines dettes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/03/2011

La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, a laissé entendre que son pays pourrait apporter une aide financière au Portugal afin qu'il puisse rembourser les dettes qui arrivent à échéance en juin prochain.

AFP - Le Brésil pourrait "racheter une partie de la dette souveraine portugaise" afin d'aider l'économie portugaise et le pays à se financer, a déclaré la présidente brésilienne Dilma Rousseff au quotidien portugais Diario Economico mercredi.

"Nous sommes en train d'étudier la meilleure manière de participer à la reprise de l'économie portugaise. Nos équipes ont un dialogue permanent et fluide sur cette question. L'une des possibilités, c'est l'achat d'une partie de la dette souveraine portugaise", a répondu la présidente du Brésil dans un entretien par écrit au quotidien économique.

"Nous étudions aussi d'autres alternatives, comme le rachat anticipé de titres brésilien actuellement entre les mains du gouvernement portugais", a-t-elle ajouté.

Mercredi déjà, Mme Rousseff avait déclaré que le Brésil était prêt à "aider le Portugal dans le cadre de notre législation", précisant que le rachat de dette étrangère était encadré par une législation stricte au Brésil.

La présidente du Brésil se trouve actuellement à Coimbra, dans le centre du Portugal, où elle doit assister mercredi matin à une cérémonie d'hommage à son prédécesseur Luiz Inacio Lula da Silva par l'université de Coimbra.

La responsable brésilienne a toutefois dû écourter sa visite en raison du décès du vice-président José Alencar, annulant les rencontres prévues mercredi après-midi avec son homologue Anibal Cavaco Silva et le Premier ministre portugais José Socrates.

Dans l'entretien au Diario economico, Mme Rousseff a également affirmé que beaucoup d'entreprises brésiliennes étaient "intéressées par le marché portugais" et qu'elle souhaitait une plus grande coopération entre les deux pays notamment dans "les secteurs de l'énergie, du tourisme, de l'aéronautique, des télécommunications et médias".

"Le Portugal est un pays très important pour le Brésil. C'est notre porte d'entrée en Europe", a-t-elle souligné.

Première publication : 30/03/2011

  • ZONE EURO

    Le Portugal a-t-il besoin de 75 milliards d'euros ?

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Les économies fragiles de l'Union européenne au menu des discussions à Bruxelles

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Le Parlement rejette le plan d'austérité, le Premier ministre démissionne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)