Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Afrique

Qui sont les "commandos invisibles" d'Abobo ?

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/03/2011

Ces forces armées n’ont qu’un seul but : faire tomber le président Laurent Gbagbo, par tous les moyens, y compris les plus radicaux. 800 000 habitants ont déjà préféré fuir Abidjan devant les risques qu'ils encourent.

On l’appelle le commandant Esprit. C’est l’un des chefs des "commandos invisibles". Il se bat depuis plusieurs semaines dans le quartier d’Abobo, à Abidjan, pour faire tomber le président sortant Laurent Gbagbo, qui refuse de quitter le pouvoir depuis le scrutin présidentiel de novembre dernier.

"Ce n’est pas la France ou un autre pays étranger qui va venir enlever Gbagbo. C’est nous-mêmes, tous ceux qui se sentent ivoiriens", déclare le chef de guerre, encadré par deux hommes en armes, au micro de FRANCE 24.

Dans une ville défigurée par la guerre, il faut prendre un hélicoptère pour se rendre à l’hôtel du Golfe, où réside depuis quatre mois Alassane Ouattara, le président dont l’élection a été reconnue par la quasi-totalité de la communauté internationale. Ici, on parle de révolte populaire.

"Ce n’est pas une guérilla voulue et organisée par Ouattara. C’est une réaction d’une certaine frange de la population excédée", estime-t-on dans le camp du rival de Gbagbo. Le gouvernement d’Alassane Ouattara ne reconnaît pas officiellement les commandos invisibles, mais appelle la population à continuer à résister.

"On va frapper très fort"

De l’autre côté de la ville, le camp Gbagbo assure que ces commandos, dont le contingent est composé pour l’essentiel des ex-rebelles des Force nouvelles (FN), sont incontrôlables et dangereux.

"Ces personnes qui se disent rebelles ont décidé de tuer et estiment qu’il est normal de commettre des exactions", s’inquiète un proche de Laurent Gbagbo, interrogé par FRANCE 24.

Combien sont-ils ? À qui obéissent-ils ? À Abobo, les commandos affirment n’avoir qu’un objectif : le départ de Laurent Gbagbo. "Nous sommes partout, et nous allons frapper très fort", prévient le chef de guerre Esprit.

Pour éviter la bataille d’Abidjan qui se prépare, près de 800 000 personnes ont déjà quitté la capitale économique.

Première publication : 30/03/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Les forces pro-Ouattara ouvrent un nouveau front à l'Est

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Ouattara rejette le médiateur nommé par l'Union africaine

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    À Abidjan, des milliers d'Ivoiriens manifestent leur soutien à Laurent Gbagbo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)