Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Afrique

La présidentielle programmée "un ou deux mois" après les législatives de septembre

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/03/2011

Le Conseil suprême des forces armées égyptiennes, qui assure actuellement la transition depuis le départ de Hosni Moubarak, a annoncé qu'une élection présidentielle se tiendrait "un ou deux mois" après les législatives de septembre.

AFP - L'Egypte élira vers la fin de l'année un nouveau président à qui l'armée remettra ses pouvoirs, a annoncé mercredi l'institution militaire qui tient les rênes du pays depuis la chute en février du président Hosni Moubarak.

Cette élection aura lieu "un à deux mois" après les législatives prévues en septembre pour les deux chambres du Parlement, a déclaré à la presse le général Mamdouh Chahine, membre du Conseil suprême des forces armées (CSFA).

Les militaires, qui gouvernent par décret, remettront le pouvoir législatif au futur Parlement élu, puis le pouvoir exécutif au chef de l'Etat qui sortira des urnes, a-t-il ajouté.

Plusieurs personnalités ont déjà fait état de leur intention de se présenter à la présidentielle, dont le chef de la Ligue arabe Amr Moussa et l'ancien haut fonctionnaire international et prix Nobel de la Paix Mohamed ElBaradei.

L'armée égyptienne, à qui M. Moubarak a remis le pouvoir en démissionnant, a suspendu la Constitution, prononcé la dissolution du Parlement et relégué le gouvernement à la gestion des affaires courantes.

Mais elle a aussi promis de ne pas s'éterniser au pouvoir, et d'engager la démocratisation du pays en vue de s'effacer au profit d'un gouvernement civil, avec un président et des parlementaires librement élus.

La transition en Egypte, pays le plus peuplé du monde arabe avec plus de 80 millions d'habitants, est suivie avec une grande attention à l'étranger au moment où cette région connaît une cascade de soulèvements et de bouleversements.

De nombreux responsables internationaux se sont succédé au Caire ces dernières semaines pour souligner l'importance de la réussite de cette expérience.

L'annonce d'une présidentielle fin 2011 a été faite lors de la présentation d'une "déclaration constitutionnelle" destinée à régir le reste de la période de transition.

Cette déclaration, très attendue, reprend de nombreux éléments de la Constitution héritée de l'ère Moubarak en y ajoutant des amendements approuvés par référendum il y une dizaine de jours.

Sur les sujets de tensions entre musulmans et chrétiens, elle se borne à reprendre des dispositions déjà existantes.

Ainsi les "principes de la charia", la loi islamique, restent la "principale source" de la législation égyptienne, comme dans la Constitution en vigueur sous M. Moubarak, et l'islam demeure religion d'Etat.

Mais le texte affirme aussi que l'Egypte est un Etat démocratique basé sur le principe de la citoyenneté, et confirme que les partis politiques ne peuvent être formés sur une base confessionnelle.

Pays très majoritairement musulman sunnite, l'Egypte compte aussi une importante communauté chrétienne copte, qui représente 6 à 10% de la population, qui redoute que les changements politiques ne se traduisent par une montée en puissance du mouvement des Frères musulmans.

La "déclaration constitutionnelle" intègre les changements approuvés par 77% des votants lors du référendum du 19 mars, en particulier la limitation de toute présidence à huit ans (deux mandats de quatre ans au plus), et l'assouplissement des règles de candidature à la magistrature suprême.

La tenue de l'élection présidentielle vers la fin l'année allonge de quelques mois la période de transition de six mois initialement envisagée par les militaires.

Ce délai de six mois avait été jugé par de nombreux spécialistes et personnalités comme trop court pour pouvoir procéder à des réformes et à des élections libres dans un pays sortant de décennies de dictature.

Mais une éventuelle transition longue, se prolongeant en 2012, avait suscité des craintes de voir la puissante institution militaire s'incruster au pouvoir.



 

Première publication : 30/03/2011

  • ÉGYPTE

    L'ancien "raïs" Hosni Moubarak et ses proches en résidence surveillée

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les élections législatives organisées en septembre

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Réouverture chaotique à la Bourse du Caire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)