Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Valls : opération séduction

En savoir plus

  • Naufrage d’un ferry en Corée du Sud : trois morts et une centaine de disparus

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

  • Obama à Poutine : les insurgés de l’est de l’Ukraine doivent poser les armes

    En savoir plus

  • Michel Foucher : "Dans l'Est, les gens se sentent ukrainiens"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le nouvel homme fort du pouvoir civil reste sous le contrôle de la junte militaire

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 30/03/2011

Le Premier ministre sortant, Thein Sein, devient officiellement l’homme fort du nouveau régime. Mais le chef de la junte militaire, le général Than Shwe, peut continuer de diriger en sous-main le régime. Retour sur une dictature née en 1962.

Le junte birmane est morte, vive la junte birmane ? Peu de gens sont, en effet, dupes. Les militaires ont certes remis les clefs du pouvoir, mercredi, à Thein Sein, Premier ministre sortant, et dorénavant président du Parlement. Il dirige le nouveau pouvoir civil, censé être l’aboutissement des "7 étapes vers une démocratie disciplinée". Un programme décidé par la junte militaire au lendemain de l’adoption de la nouvelle constitution en 2008 et qui avait culminé avec des élections législatives contestées en novembre 2010.

Le Parlement qui en est issu est largement composé de militaires à la retraite. Mais selon cette même constitution, c’est l'association du développement et de la solidarité, dirigé par Than Shwe, le chef de la junte depuis 1992, qui contrôle les principaux leviers du pays.

"Il n’y a pas matière à se réjouir, la junte militaire se mue simplement en dictature civile", explique à FRANCE 24 Anna Roberts, directrice de l’association britannique Burma Campaign. La cérémonie n’est qu’une "opération de communication", selon Anne Roberts, destinée à donner un coup de jeune à une dictature qui dure depuis près de 50 ans.

C’est en 1962 que les militaires ont pris le pouvoir à la suite d’un coup d’État. Le général Ne Win devient alors l’homme fort de la junte qui s’installe à tous les échelons de la vie publique. Nationalisations en masse de l’économie et des médias, persécution des minorités et corruption généralisée marquent ses vingt années de règne. 300 000 Indiens ont dû fuir le pays durant cette période.

Un régime autoritaire, un pays corrompu

Il est aussi celui qui a inventé le petit coup de jeune à mi-parcours. En effet, en 1974, Ne Win décide de démissionner… pour prendre la tête d’un tout nouveau gouvernement civil largement calqué sur le modèle du parti unique en ex-URSS.

Than Shwe, qui succède à Ne Win en 1992, a donc de qui tenir. "En fait, c’est l’un de ces exemples où le nouveau dictateur est encore pire que son prédécesseur", estime Anna Roberts. Le général Than Shwe, qui réinstaure un régime militaire, se révèle être une sorte de despote paranoïaque que certains qualifient de fou influencé par ses conseillers-astrologues tandis que d’autres, comme Anna Roberts, le prennent "pour un grand manipulateur".

Une chose est sûre. Les années Than Shwe n’ont fait qu’accentuer les tendances autoritaires du régime. A la fin des années 1990, le Fond monétaire internationale a qualifié le pays d’État en banqueroute. La Birmanie est, avec la Somalie, le pays le plus corrompu au monde selon l’organisation Transparency International et l’Organisation internationale estime que près de 800 000 personnes y sont soumises au travail forcé.

Le pouvoir se coupe aussi définitivement du peuple. Than Shwe déplace, en 2005, la capitale à 300 kilomètres de Rangoon où il a fait construire une ville baptisé Naypyidaw ("siège des rois"). Le maître de la junte refuse aussi de parler à la presse étrangère et ne rencontre les officiels d’autres pays qu’à de rares occasions. Cette vie dans une tour d’ivoire éclate au grand jour lors des inondations meurtrières causées par un cyclone en 2008. Than Shwe non seulement ne fait aucune apparition publique mais il refuse même l’aide internationale. A l’instar de la Corée du Nord, le pays est alors officiellement coupée du reste monde.

Haine sans borne

Politiquement, la junte militaire ne veut pas entendre parler de démocratie, sauf à sa sauce. Than Shwe est réputé, d’après une biographie du journaliste et défenseur des droits de l’Homme Benedict Rogers ("Than Shwee : démasquer le tyran birman", NDLR), vouer une haine sans borne à Aung San Suu Kyi. Le seul nom de l’opposante et prix Nobel de la paix en 1991 le mettrait en rage. Depuis 1990 et l’annulation des élections remportées par le parti d’Aung San Suu Kyi, le pouvoir harcèle sa plus célèbre opposante. Elle n’est officiellement libre de ses mouvements que depuis juillet 2010 après des années passées en résidence surveillée et prison.

En 2007, la junte a également dû faire face à un autre test démocratique. Une série de manifestations en septembre, emmenées par des moines, demande plus de liberté. Les militaires écrasent alors ces soulèvements.

C’est suite à ce mouvement que le pouvoir a entamé le processus qui a abouti, ce mercredi, au transfert des pouvoirs aux instances civiles. "Ils espèrent que ce geste poussera la communauté internationale à lever une partie des sanctions économiques", note Anna Roberts.

Première publication : 30/03/2011

  • BIRMANIE

    La junte au pouvoir a été officiellement dissoute

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi appelle à une "révolution non violente"

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    La junte militaire convoque les Birmans pour un scrutin joué d’avance

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)