Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Corée du Sud : des questions encore

En savoir plus

TOUS POLITIQUES

Benoist Apparu, député-maire UMP de Châlons-en-Champagne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Libérés de l'enfer

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

  • L'ex-otage Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

Economie

Le site de l’ambassade de Syrie en France est un nid à virus

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 31/03/2011

Google déconseille de visiter le site internet de l’ambassade de Syrie en France qui risque d’installer des virus sur les ordinateurs des internautes à leur insu.

C’est Google lui-même qui le dit. Le site officiel de l’ambassade syrienne à Paris "risque d’endommager votre ordinateur" indique le célèbre moteur de recherche lorsqu’on tente d'y accéder à partir d’un lien sur Google. Dommage collatéral des troubles en Syrie ?

À l’heure actuelle, il est impossible de se rendre sur le site de l’ambassade syrienne depuis Google. Mieux, Firefox, le navigateur de Mozilla, en bloque également l’accès car il s’agirait d’un "site malveillant". Les utilisateurs d’Internet Explorer (jusqu’à la version 8) en revanche peuvent toujours y surfer sans se douter des risques encourus.

Que se passe-t-il donc ? Sur sa page de diagnostic, Google explique que le site officiel de l’ambassade de Syrie en France est un véritable nid à virus depuis le 23 mars au moins. En tout, le géant de l’Internet a dénombré 65 scripts (lignes de code) malicieux et deux chevaux de Troie (des logiciels qui permettent de prendre le contrôle à distance d’un ordinateur). "C’est clairement un site dangereux, mais il y en a beaucoup comme ça, la seule différence est qu’il s’agit là du site officiel de la délégation d’un pays", explique à FRANCE 24 Greg Day, un expert britannique en sécurité informatique.

Seulement en France

Les internautes qui voudraient avoir des renseignements sur les dernières communications de l’ambassade ou obtenir une information pratique sur la Syrie, risquent de télécharger sans s’en rendre compte des virus sur leurs ordinateurs. Une mauvaise surprise qui semble réservée à ceux qui s’intéressent à la délégation syrienne en France. Les autres ambassades dans le monde ne sont, toujours d’après Google, pas affectées par le problème.

Impossible de savoir s’il s’agit d’un acte volontaire des autorités syriennes.  "Généralement, il s’agit d’une tierce personne qui attaque un site et y installe des virus, mais il n’est pas exclu que les responsables appartiennent au personnel de l’ambassade", souligne Laurent Heslault, responsable de la sécurité chez le fabriquant d’antivirus Symantec.

Difficile aussi de relier cette irruption de virus aux troubles qui agitent actuellement le pays. Le rapport de Google indique toutefois que le site de l’ambassade de Syrie en France a été utilisé pour infecter all4syria.info. Un portail qui se présente comme une agence de presse syrienne qui n’est pas inféodée au pouvoir mais n’adopte pas non plus un ton d’opposant déclaré.

Première publication : 31/03/2011

  • SYRIE

    Al-Assad fait un pas vers la levée de l'état d'urgence

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Assad n'a rien annoncé de nouveau, le peuple redescendra dans la rue"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le soulèvement en Syrie sème le trouble dans les capitales voisines

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)