Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Renseignement : une loi qui inquiète

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Budget britannique : to cut or not to cut?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Iran fait la chasse aux coupes de cheveux "sataniques""

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un haut responsable en fuite dénonce un "coup d'État"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'amour fait songer, vivre et croire"

En savoir plus

FOCUS

Finlande : les populistes au gouvernement?

En savoir plus

Economie

Laurent Gbagbo peine à faire censurer des sites pro-Ouattara

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 31/03/2011

Le gendarme des télécoms ivoiriens avait ordonné, la semaine dernière, la censure de certains sites Internet considérés comme favorables à Alassane Ouattara, le président reconnu par la communauté internationale. Sans succès pour l'instant...

Cela fait maintenant une semaine et toujours rien. Le 24 mars, l’Agence des télécommunications de Côte d'Ivoire (ATCI) a publié une directive visant à bloquer l’accès en Côte d'Ivoire à toute une série de sites d’information jugés favorables à Alassane Ouattara, le président reconnu par la communauté internationale. Reste que l'initiative s'apparente à un coup d’épée dans l’eau pour l’instant, ce qui semble accréditer la thèse d'une perte d’influence du président sortant Laurent Gbagbo dans le pays.

"Il y a encore quelques semaines, un tel ordre aurait immédiatement été appliqué", assure à FRANCE 24 Gbansé Douadé Alexis, directeur de la publication en ligne connectionivoirienne.net, qui figure parmi les sites visés par la directive. Celui-ci assure que toute la Côte d’Ivoire a toujours accès à son site. Le document vise en particulier sept sites, dont le très populaire portail abidjan.net, plutôt neutre politiquement, mais laisse la porte ouverte en précisant "que cette liste n’est pas exhaustive".

Retour de flammes

Sylvanus Kla, directeur général de l’ATCI et proche du Front populaire ivoirien (FPI, parti de Laurent Gbagbo) a même tenu à préciser dans le document que " le non respect de l’application de cette décision entraînera des sanctions". Une menace qui n'a visiblement pas impressionné les opérateurs téléphoniques locaux, au moment où les partisans d’Alassane Ouattara gagnent du terrain face aux forces fidèles à Laurent Gbagbo.

"Cela ne m’étonne pas que les opérateurs téléphoniques ne se soient pas pliés à cette directive car ils sont, comme tout le monde ici, lassés de subir des pressions", juge une journaliste ivoirienne, qui se dit indépendante. Ils estiment, pour l’heure, qu’ils ne craignent pas grand-chose.

Cette tentative de censure est même en train de se retourner contre le camp Gbagbo. Ainsi, abidjan.net affiche la fameuse directive sur son site comme un trophée. "J’ai laissé un message au directeur de l’ATCI il y a quatre jours pour savoir ce qu’il en était, et j’attends toujours une réponse", souligne Gbansé Douadé Alexis. Une preuve, selon lui, de la gêne ressentie par les fidèles du président sortant dans cette affaire...

Première publication : 31/03/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'Onuci est-elle à la hauteur des enjeux de la crise ivoirienne ?

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le spectre d'une nouvelle guerre civile plane sur le pays

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le pourrissement de la situation fait le jeu de Laurent Gbagbo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)