Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Asie - pacifique

À Tokyo, Nicolas Sarkozy rend hommage aux victimes du séisme

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/03/2011

Alors que le Japon se débat en pleine catastrophe nucléaire trois semaines après un violent séisme suivi d'un tsunami, le président français est arrivé à Tokyo. Il y a réaffirmé le choix du nucléaire fait par la France.

AFP - Le président français Nicolas Sarkozy est allé exprimer jeudi le soutien des pays du G20 aux autorités japonaises en pleine urgence nucléaire, mais a réaffirmé son choix en faveur de cette énergie qu'il juge incontournable, au prix toutefois d'un renforcement de la sécurité.

Trois semaines après le séisme et le tsunami gigantesques qui ont ravagé le nord-est du Japon et provoqué le plus grave accident nucléaire depuis Tchernobyl en 1986, M. Sarkozy a fait étape quelques heures à Tokyo en provenance de Nankin, dans l'Est de la Chine, où il a ouvert un séminaire du G20 sur la réforme du système monétaire international.

Devant la communauté française établie au Japon, puis devant le Premier ministre nippon Naoto Kan, le chef de l'Etat a d'abord rendu hommage au "courage exceptionnel" des Japonais face à la catastrophe et, pour faire face à l'urgence, promis toute l'aide de la France.

Dans cette panoplie, il a notamment cité les robots du numéro un mondial du nucléaire Areva, "qui permettent d'intervenir dans les zones contaminées". Ces engins sont entrés en action à la centrale de Fukushima, à 250 km au nord de Tokyo, pour traiter les eaux fortement radioactives ayant servi à refroidir les réacteurs.

Naoto Kan s'est réjoui en retour de pouvoir "bénéficier de l'expertise et du matériel de la France" et, même si sa présence l'a momentanément détourné de l'urgence, "remercié sincèrement" son invité de sa visite.

Comme il l'a déjà fait, Nicolas Sarkozy a profité de son séjour japonais pour réaffirmer le choix nucléaire de la France. "Nous avons pris des engagements de réduction des gaz à effet de serre. Pour les remplir, il n'y a pas 150 solutions, il y a le nucléaire", a-t-il martelé dans un message limpide aux écologistes français partisans de son arrêt.

Dans la foulée, M. Sarkozy a dénoncé ceux qui, à l'inverse du Premier ministre japonais, mais comme la chancelière allemande Angela Merkel, ont pris des décisions sur l'avenir de la filière nucléaire dans l'urgence.

"L'heure n'est pas aux choix précipités qui ne marquent qu'une seule chose, le manque de sang-froid", a-t-il jugé.

Seule concession à l'émotion suscitée dans le monde par le drame de Fukushima, le chef de l'Etat a souligné que l'avenir du nucléaire passait par un indispensable renforcement de sa sécurité. "Le problème est un problème de norme de sûreté plus que de choix de l'énergie nucléaire, pour laquelle il n'y a pas d'alternative à l'heure actuelle", a-t-il tranché.

M. Sarkozy a ainsi proposé la réunion en mai à Paris des autorités de sûreté nucléaire des pays du G20, qu'il préside, afin d'imposer les mêmes normes de sûreté des installations dans le monde entier.

"Il est absolument anormal que ces normes de sûreté internationales n'existent pas (...), ce qui compte, c'est qu'avant la fin de l'année il y ait des normes internationales", a-t-il insisté, "le nucléaire n'est possible qu'avec des normes de sûreté exceptionnelles".

Comme il l'avait fait mercredi avec son homologue chinois Hu Jintao, le président français n'a pu s'empêcher de vanter devant M. Kan le "niveau de sûreté maximal" des réacteurs français EPR.

Selon une source française, ce renforcement des normes internationales devrait d'ailleurs bénéficier commercialement aux réacteurs géants d'Areva, qui avait essuyé un cinglant échec fin 2009 aux Emirats arabes unis face à leurs concurrents sud-coréens, nettement moins chers.

Même si Nicolas Sarkozy a confié jeudi qu'il aurait "préféré venir au Japon dans d'autres conditions", ce bref séjour lui a permis de combler un vide de son bilan diplomatique. S'il s'est déjà rendu à cinq reprises en Chine, il n'avait jusque-là pas encore visité le Japon depuis son élection, hormis pour le sommet du G8 à Toyako en 2008.

 

Première publication : 31/03/2011

  • CHINE

    À Pékin, Nicolas Sarkozy défend un nouvel ordre monétaire international

    En savoir plus

  • JAPON

    L'AIEA relève des taux de radiations très élevés près de Fukushima

    En savoir plus

  • JAPON

    Un "tweet" et un livre pour venir en aide aux victimes du séisme et du tsunami

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)