Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • Brésil – Pays-Bas : la Seleçao veut sauver son honneur

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

Asie - pacifique

Malgré la crise nucléaire, les Tokyoïtes tentent de mener une vie normale

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/04/2011

Alors que la situation reste instable dans la centrale de Fukushima, à 240 kilomètres au nord-est de la capitale, les Tokyoïtes tentent de s'adapter en attendant des jours meilleurs. Témoignages.

Selon le propre aveu du gouvernement japonais, la situation n’est pas "suffisamment stabilisée" dans la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, endommagée par le séisme et le tsunami survenus le 11 mars dans le nord-est du pays. Plus au sud, à 240 kilomètres, les Tokyoïtes continuent de mener une vie normale tout en suivant les recommandations des autorités et les informations sur d’éventuelles retombées radioactives. Si de nombreux habitants de la capitale nipponne ont migré vers le sud du pays par crainte d’une réplique sismique ou d’un nuage radioactif, ceux qui sont restés refusent de céder à la panique.

"Il n’y a pas de quoi être inquiet, certains ont préféré s’éloigner temporairement, d’autres, comme une partie des expatriés, ont carrément choisi de quitter le pays. Mais la majorité des Japonais croit les nouvelles rassurantes du gouvernement, c’est culturel", philosophe Hide, un jeune architecte tokyoïte contacté par France24.com. Reste, que ce dernier avoue que la vie n’est plus exactement la même à Tokyo.

Pénurie d’eau minérale

Les habitants de Tokyo et l'eau contaminée


En effet, de nouvelles contraintes sont venues "perturber" le quotidien des habitants, notamment le ravitaillement en eau et en nourriture, explique Hide. De son côté, Yuki, une Tokyoïte francophone confirme que les stocks des supermarchés ont été épuisés il y a deux semaines à cause des ménages qui ont paniqué au point de constituer des réserves de nourriture, d’eau et de lait. "La situation s'est améliorée petit à petit depuis la semaine dernière sauf pour l’eau" précise-t-elle. Pour faire face à la pénurie, elle continue à boire "comme d'habitude" de l'eau du robinet. Et ce, malgré plusieurs alertes, émises ces dernières semaines et levées depuis, sur la présence dans cette eau d’un niveau d'iode radioactif supérieur à la limite légale admise pour les bébés.

D’autres produits sont rationnés en signe de solidarité avec les habitants des zones sinistrées du nord-est du pays. "Les articles comme les couches pour bébé et les conserves, sont prioritairement envoyés aux sinistrés, ainsi nous ne pouvons acheter qu'un ou deux paquets au plus à la demande des commerçants", explique Yuki. Solidaires, les Tokyoïtes minimisent en effet leurs "petits désagréments qui ne pèsent pas lourd face aux problèmes rencontrés par ceux qui ont tout perdu", à cause du séisme et du tsunami.

Scénario du pire

Mais cet optimisme n’est pas partagé par tout le monde. Itaya, un étudiant en électronique, redoute de son côté le scénario du pire : un nouveau séisme de forte magnitude ou une "catastrophe nucléaire généralisée". Il a même modifié son comportement social. "La vie continue certes, mais je ne sors plus autant qu’avant, je ne vais plus au restaurant, j’ai arrêté de faire du jogging et j’évite de mettre le nez dehors quand il pleut, de peur des pluies radioactives", explique-t-il. Pour l’instant, il entend rester dans la capitale, mais si la situation empire, il cherchera à fuir. "Le gouvernement ne nous informe pas correctement, pour ne pas créer un mouvement de panique. Mes valises sont prêtes, je suis prêt à partir à n’importe quel moment", prévient-il.

De son côté, Bruno, un restaurateur français expatrié au Japon depuis 12 ans, affirme que les médias locaux et étrangers ont amplifié la crise et créé un vent de panique. "Je reste à Tokyo avec ma famille, je ne partirai qu’en cas de danger total". Impressionné par l’élan de solidarité et de générosité des Tokyoïtes, il se sent lui aussi redevable, et affirme ressentir le "devoir" d’aider. "Depuis le séisme et la crise nucléaire, les gens vivent au ralenti à Tokyo. Les coupures de courant, le rationnement de l’essence et de nourriture ont permis d’oublier le superficiel et de revenir à l’essentiel", se félicite-t-il.
 

Première publication : 01/04/2011

  • JAPON

    À Tokyo, Nicolas Sarkozy rend hommage aux victimes du séisme

    En savoir plus

  • JAPON

    Le bilan du séisme et du tsunami s'élève à plus de 10 000 morts

    En savoir plus

  • JAPON

    Les ONG peinent à réunir de l'argent pour venir en aide aux sinistrés japonais

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)